Acteur-photographe

15 décembre 2018 11:05; Act: 15.12.2018 11:14 Print

Un livre illustré par des photos de Ryan Gosling

L'acteur canadien a fait montre d'un autre de ses talents en signant les photos pour un livre sur l'histoire de la République démocratique du Congo.

storybild

Le livre évoque l'histoire tortueuse du pays. (photo: AFP/Eric Baradat)

Sur ce sujet
Une faute?

On le connaît plus pour ses rôles à succès dans «La La Land» ou plus récemment «First Man», mais Ryan Gosling a une autre passion, la photographie, dont est né un livre sur la République démocratique du Congo. L'acteur canadien de 38 ans connaît bien l'Afrique: cela fait une dizaine d'années qu'il œuvre aux côtés de l'ONG Enough Project, qui entend mettre un terme aux atrocités perpétuées à travers le continent.

Marqué par ses séjours en RD Congo, il s'est associé avec le fondateur et directeur de l'organisation américaine, John Prendergast, et le militant congolais Fidel Bafilemba afin d'attirer l'attention sur la colonisation brutale du pays d'Afrique centrale. Le livre «Congo Stories: Battling Five Centuries of Exploitation and Greed» aborde son histoire tortueuse, l'exploitation de ses minerais et ce que l'avenir lui réserve. Le tout illustré par les photos de Ryan Gosling. «C'est l'histoire d'une résilience inébranlable, d'une volonté de ne pas se laisser abattre, et l'expression d'un espoir», a témoigné l'acteur jeudi lors d'un salon du livre à Washington.

Un voyage à travers les époques

Après un voyage dans le nord de l'Ouganda en 2008, Ryan Gosling et John Prendergast ont mis le cap deux ans plus tard sur l'est de la RDC, qu'ils ont sillonné en compagnie de Fidel Bafilemba. «À l'époque, Ryan prenait simplement des photos comme quelqu'un qui n'avait jamais été à un endroit auparavant et qui souhaitait conserver une trace de ce qu'il voyait», raconte le directeur d'Enough Project. C'est à l'occasion d'un deuxième séjour dans le pays, des années plus tard, qu'a émergé l'idée d'un ouvrage.

«Congo Stories» conduit le lecteur à travers l'époque pré-coloniale, l'occupation belge, l'indépendance de 1960 et la situation actuelle sous la présidence de Joseph Kabila, dont le successeur sera choisi le 23 décembre lors d'une élection à risque. Il brasse de nombreux aspects, de la vente d'esclaves envoyés travailler sur les plantations américaines à l'exploitation continue des nombreuses ressources naturelles du pays.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tyron le 17.12.2018 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    "occupation Belge" tout de suite les gros mots. Le congo n'existait pas. Il a simplement été créé par le traité de Londre a partir des territoire exploré pour Léopold II. Le congo devrait est en fait composé de plusieurs "peuples/région" pouvant être autant de pays (ex: le Katanga.)

Les derniers commentaires

  • Tyron le 17.12.2018 08:27 Report dénoncer ce commentaire

    "occupation Belge" tout de suite les gros mots. Le congo n'existait pas. Il a simplement été créé par le traité de Londre a partir des territoire exploré pour Léopold II. Le congo devrait est en fait composé de plusieurs "peuples/région" pouvant être autant de pays (ex: le Katanga.)