Grande-Bretagne

15 novembre 2019 08:57; Act: 15.11.2019 09:13 Print

Un «musée du vagin» ouvre à Londres

Reykjavik avait son musée du pénis. Londres a désormais son musée du vagin, avec l'ambition de briser quelques tabous.

Sur ce sujet
Une faute?

Au cœur du quartier touristique de Camden, dans le nord de la capitale britannique, un panneau «Vagina museum», surmontant la porte d'une ancienne étable, suscite la curiosité des passants. Niché entre des magasins de vêtements vintage et de souvenirs, ce lieu qui ouvre samedi est le premier musée permanent entièrement consacré à cette partie de l'anatomie féminine.

«J'ai découvert qu'il y avait un musée du pénis et pas d'équivalent pour le vagin donc je l'ai créé», explique simplement Florence Schechter. Cette vulgarisatrice scientifique avait déjà organisé trois expositions temporaires autour de ce thème depuis deux ans. Loin d'être un cabinet de curiosités, le petit musée gratuit qu'elle a monté se veut plutôt un lieu didactique à l'usage de tous.

Une femme sur quatre évite de subir un frottis

Sa première exposition temporaire s'attaque aux «mythes autour du vagin». «Si vous utilisez un tampon, vous perdez votre virginité», «les règles sont sales»: des panneaux détricotent ces affirmations, avec force schémas et arguments. Pour Florence Schechter, l'enjeu n'est pas seulement d'éduquer et d'améliorer l'image de soi mais c'est aussi une question de santé publique.

«Certaines personnes ont trop honte de consulter un médecin lorsqu'elles ressentent des symptômes et meurent littéralement de cette honte parce que des choses comme le cancer du col de l'utérus ne sont pas dépistées assez tôt», s'indigne-t-elle.

Une étude réalisée par une association britannique spécialisée dans la prévention de cette maladie avait révélé l'an dernier qu'une femme sur quatre évitait de subir un frottis, la gêne dissuadant entre un tiers et la moitié des femmes. Une autre étude, réalisée par l'institut YouGov en mars dernier indiquait que la moitié des Britanniques étaient incapables de situer le vagin sur un schéma.

Les règles sont normalisées

L'étude montrait aussi que les femmes connaissent mal leur anatomie, près de la moitié des sondées ignorant par exemple qu'il n'est pas nécessaire de laver leur vagin. Un questionnaire à l'entrée du musée invite les visiteurs à tester leurs connaissances. Une partie de l'exposition est consacrée à l'hygiène, montrant des produits vendus dans le commerce et parés de mille vertus comme les «savons de virginité» ou des crèmes censées raffermir le vagin.

«Ces produits perpétuent l'idée dans l'esprit des femmes que leur vagin n'est pas assez bien», souligne Sarah Creed, commissaire de l'exposition. Les règles sont normalisées voire mises en beauté à travers une sculpture d'un tampon sur lequel le sang est remplacé par des sequins flamboyants. Moins glamour, des culottes tâchées de pertes vaginales sont aussi exposées, histoire de rappeler que ces sécrétions sont naturelles.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean-miche le 15.11.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    "Moins glamour, des culottes tâchées de pertes vaginales sont aussi exposées, histoire de rappeler que ces sécrétions sont naturelles." C'est comme les traces de pneu et la dernière goutte de pisse sur le caleçon, naturel. Pour autant je vais pas dire du jour au lendemain que c'est propre...

  • baboun le 15.11.2019 10:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec le musée de Rekjavik l'un dans l'autre ils devraient s'entendre !

  • Ben-J le 15.11.2019 11:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parasitisme du haut quand tu nous tiens! Sinon un lieu d’hébergement des sans abris à la place aurait été plus social

Les derniers commentaires

  • Ben-J le 15.11.2019 11:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parasitisme du haut quand tu nous tiens! Sinon un lieu d’hébergement des sans abris à la place aurait été plus social

  • Salut c'est cool le 15.11.2019 11:42 Report dénoncer ce commentaire

    Fallait bien un musée du vagin avec toutes ces têtes de gland

  • baboun le 15.11.2019 11:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ils devraient se rapprocher de Reykjavik

  • baboun le 15.11.2019 10:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec le musée de Rekjavik l'un dans l'autre ils devraient s'entendre !

    • J'adore!! le 15.11.2019 12:17 Report dénoncer ce commentaire

      "l'un dans l'autre ils devraient s'entendre !" Excellent! ;oP

  • Jean-miche le 15.11.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    "Moins glamour, des culottes tâchées de pertes vaginales sont aussi exposées, histoire de rappeler que ces sécrétions sont naturelles." C'est comme les traces de pneu et la dernière goutte de pisse sur le caleçon, naturel. Pour autant je vais pas dire du jour au lendemain que c'est propre...