Arts au Japon

25 avril 2019 11:10; Act: 25.04.2019 11:39 Print

Un rat attribué à Banksy exposé à Tokyo

La ville de Tokyo expose depuis jeudi un dessin au pochoir susceptible d'être l'œuvre de Banksy, la gouverneure appelant le mystérieux street-artiste à se manifester.

Sur ce sujet
Une faute?

Curieux, amateurs d'art et touristes se pressaient pour jeter un coup d'œil à cette représentation d'un rat tenant un parapluie, découverte sur la porte d'une installation technique dans le centre de la capitale du Japon. «En cas de problème, je voudrais bien que M. Banksy contacte nos services», a déclaré l'élue de Tokyo, Yuriko Koike, face aux doutes sur l'authenticité de ce graffiti, que l'artiste n'a pour l'instant pas revendiqué.

Protégée par une vitre, l'œuvre a été installée dans un coin du tentaculaire bâtiment municipal. «On parle tant de cet artiste que je suis venu ici en espérant qu'il en est réellement l'auteur», a commenté Akihiro Ishikawa, 71 ans. «Ce que j'aime bien, c'est que personne ne sait qui il est. J'apprécie ce mystère», soulignait de son côté Riyuko Sato, tandis que son mari Toshio doutait que Banksy prenne contact avec les autorités.

Un mystère bien gardé

La municipalité, alertée en décembre par des riverains, avait fait une annonce publique un mois plus tard. «Il y a à Tokyo un dessin de rat mignon qui est peut-être une œuvre de Banksy. Un cadeau pour Tokyo?», avait alors écrit dans un tweet Mme Koike, accompagnant son texte d'une photo. La date de réalisation de cette esquisse n'est pas connue. Des photos postées sur les réseaux sociaux à des dates bien antérieures à 2018 peuvent laisser penser qu'elle est déjà ancienne, d'autant qu'elle apparaît en partie affectée par le temps. Des experts ont été consultés depuis, mais sans que l'authenticité ait pu être confirmée à ce stade.

L'identité de Banksy est un mystère bien gardé depuis ses débuts dans les années 1990. De lui, on connaît sa nationalité (britannique), sa ville d'origine (Bristol), sa page Instagram aux 5 millions d'abonnés et son site Internet où il met en ligne ses œuvres, sans autre commentaire. Il a fait de son art de rue un moyen de protestation et se joue de sa récupération à des fins commerciales, comme en octobre 2018 quand il avait prémédité la retentissante autodestruction de sa célèbre toile «Girl with balloon», montrant une petite fille laissant s'envoler un ballon rouge en forme de cœur.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.