Missions sur Mars

13 juillet 2020 08:40; Act: 13.07.2020 10:57 Print

Une colonie humaine envisagée d'ici 2117

Cet été, trois missions d'exploration s'envoleront vers la planète rouge, dans l'espoir d'y détecter des signes d'une vie passée, et, à l'avenir, d'y poser le pied.

storybild

«Mars 2020» s'élancera le 30 juillet pour faire atterrir sur Mars un véhicule conçu pour explorer sa surface. (photo: AFP PHOTO/ NASA)

Sur ce sujet
Une faute?

Le cycle de la mécanique céleste n'offre qu'une fenêtre de tir tous les 26 mois, la distance entre Mars et la Terre étant à cette période plus courte que d'habitude, ce qui rend le voyage plus facile (55 millions de kilomètres, soit environ six mois de voyage tout de même). Trois pays sont dans les starting blocks. Les Émirats arabes unis ouvriront le bal le 15 juillet, en envoyant la première sonde arabe interplanétaire de l'histoire, «Al-Amal» («Espoir»), étudier l'atmosphère de la planète. Suivra la Chine, qui fera elle aussi son baptême martien avec «Tianwen» (»Questions au ciel»), en expédiant une sonde et un petit robot téléguidé, entre le 20 et le 25 juillet.

La plus ambitieuse, l'américaine «Mars 2020», s'élancera le 30 juillet, pour faire atterrir un véhicule conçu pour explorer sa surface, le rover Perseverance, signant le début d'un programme pharaonique encore jamais réalisé de prélèvement d'échantillons, en vue de leur retour sur Terre. Une étape-clé dans la quête du vivant. Une quatrième échappée russo-européenne était programmée, «ExoMars» et son robot de forage, mais a dû être reportée à 2022, à cause de la pandémie de coronavirus. Cette ruée vers la planète rouge n'est pas inédite: véritable pépite scientifique, notre plus proche voisine a accueilli depuis les années 1960 plusieurs dizaines de sondes automatiques, américaines pour la plupart, en orbite ou au sol, dont beaucoup ont échoué.

«Quelque chose de palpitant»

Mais depuis les années 2000 et la découverte prouvant que de l'eau liquide y avait coulé en surface, l'attrait va crescendo, et Mars est devenue la priorité des explorations spatiales. «C'est la seule planète où l'on a la chance de détecter une forme de vie passée, et plus nous accumulons des connaissances, plus l'endroit est prometteur. On sent que quelque chose de palpitant s'approche, et qu'il faut en être», explique Michel Viso, exobiologiste au CNES, l'agence spatiale française qui a conçu l'un des principaux instruments du rover Perseverance de la Nasa.

Les États-Unis, l'Europe, l'Inde, la Chine, les Émirats, et en 2024 le Japon qui enverra une sonde explorer Phobos, l'une des lunes de Mars... comme avec la Lune, chacun cherche à marquer des points dans cette quête, pour s'affirmer comme une puissance scientifique et spatiale. Avec un autre rêve en tête, plus lointain: celui de «contribuer à l'aventure de l'exploration humaine sur Mars, qui représente la frontière ultime où l'homme pourra se rendre, d'ici 20, 30 ou 40 ans», analyse Michel Viso.

Immense désert glacé

L'objectif d'un vol habité sur Mars n'est pour l'heure sérieusement envisagé qu'aux États-Unis, les seuls à avoir lancé des études détaillées sur la faisabilité d'une telle aventure. Mais à laquelle d'autres nations pourraient s'associer. Les Émirats envisagent par exemple la construction d'une «Cité des sciences» reproduisant les conditions environnementales de Mars en vue de l'établissement d'une colonie humaine d'ici... 2117. La planète n'est aujourd'hui qu'un immense désert glacé, qui a lentement perdu son atmosphère dense après un gigantesque changement climatique, il y a environ 3,5 milliards d'années, et n'est plus protégée des radiations cosmiques. Bref, rien qui ne la rende «habitable» en l'état, ni qui permette de la transformer en une «Terre bis».

Mais l'interrogation est d'abord de savoir si elle fut habitée par le passé, lorsque les conditions pour une vie métabolique (des microbes par exemple) étaient réunies. «Il y a quatre milliards d'années, les conditions sur la surface étaient très proches de ce qu'il y avait sur Terre au moment où la vie est apparue», avec une atmosphère dense, de l'eau liquide, relève Jorge Vago, responsable scientifique d'ExoMars à l'agence spatiale européenne (ESA). Alors pourquoi y a-t-il de la vie sur Terre et, a priori, plus sur Mars – s'il y en a eu? C'est à cette question que tentent de répondre les différents robots qui ont sillonné la surface, comme le fait actuellement Curiosity de la Nasa.

Persévérance viendra compléter la quête du célèbre robot, en se posant dans un environnement inexploré, le cratère Jezero, riches en roches sédimentaires et qui abrite un relief en forme de delta attribué à l'embouchure d'un ancien fleuve qui se déversait dans un lac: le site idéal pour avoir piégé des traces d'une vie passée – dont l'eau liquide et le carbone sont les deux présupposés. Mars 2020 doit prélever une quarantaine d'échantillons pertinents, dont une trentaine reviendront sur Terre: ce retour sera l'objet d'une mission extrêmement complexe en plusieurs étapes, avec notamment un redécollage inédit. Elle devrait permettre d'analyser ces fragments exotiques avec des instruments terrestres ultra performants. Mais patience: pas avant dix ans.

(L'essentiel/ATS)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Enrique le 13.07.2020 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrait déjà que l'humanité ne s'éteigne pas avant 2117...

  • Bonarien le 13.07.2020 08:55 Report dénoncer ce commentaire

    les Emirats, à part l'argent, ils n'ont aucunes compétences...

  • Georg le 13.07.2020 13:15 Report dénoncer ce commentaire

    2117 ...d'accord mais quel mois ? faudra savoir pour pouvoir s'organiser.

Les derniers commentaires

  • madiou le 14.07.2020 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @TontonB, votre commentaire est bien pessimiste. Si Christophe Colomb avait le même discours pendant des mois de navigation en mer, il n’aurait pas découvert l’Amerique. Aujourd’hui, l’humanité va effectivement mal et il faut redonner espoir d’un meilleur monde.

    • Sandro le 15.07.2020 09:49 Report dénoncer ce commentaire

      D'ou prenez-vous l'espoir ? l'Homme devrait changer radicalement son mode de vie ? Vous croyez qu'il serait prêt ? Capable ? Nous nous sommes rendus complètement dépendants, l'un de l'autre (globalisation), tous dépendants des machines, l'industrialisation a fait plus de mal à la planète que de biens. Sommes-nous capables de changer ? Je doute fort.

  • TontonB le 13.07.2020 21:03 Report dénoncer ce commentaire

    Il devient jour après jour de plus en plus évident qu'aucun humain n'ira jamais sur Mars ... comparez les distances et la difficulté avec la Lune. Regardez le budget et l'ambition de toute une nation investie dans le projet lunaire. En comparaison, le projet Mars aurait dû l'ambition de tout le peuple de la Terre, de toute l'Humanité. Or lorsqu'on voit à quel rythme les relations humaines se dégradent, les gaspillages de ressources, la rapide destruction de notre base arrière la Terre. Aucun doute, l'Humanité aura disparu avant d'avoir eu cette possibilité. C'est trop tard.

  • Oracle le 13.07.2020 20:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On sait déjà à quelle heure ?

  • Oui c'est encore moi. le 13.07.2020 17:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien 2117 (pas 2118, ni 2017!!!!)...déjà qu'on ne sait pas de quoi demain sera fait?Résolvez d'abord cette merde de covid et essayer plutôt que cela ne se reproduire plus ce ne sera déjà pas mal. L'homme devient vraiment con, je suis désespéré.

    • Sandro le 14.07.2020 09:36 Report dénoncer ce commentaire

      Covid ? Mais non, résolvons notre manière de vivre.

  • Jingsa le 13.07.2020 14:31 Report dénoncer ce commentaire

    On a déjà détruit une planète , pas 2 ...

    • Astronot le 13.07.2020 17:34 Report dénoncer ce commentaire

      En images de synthèse bien sur...nous sommes bel et bien seuls...et la Terre la seule planète dans l'univers !!! Faut arrêter de regarder trop Star Wars et de la science-fiction !!!

    • TontonB le 13.07.2020 21:09 Report dénoncer ce commentaire

      @Jingsa ... d'après certains ouvrages de SF, l'être humain vient de Mars, et a évacué vers la Terre après avoir justement détruit Mars ...

    • Maniac le 14.07.2020 10:53 Report dénoncer ce commentaire

      @Astronot La seule planète dans l'univers ? Vous êtes sérieux ?