«L'étoile mystérieuse»

21 janvier 2015 08:40; Act: 21.01.2015 11:34 Print

Une couverture de Tintin mise en vente à Bruxelles

La couverture originale de l'album «L'Étoile mystérieuse», signée en 1942 par Hergé, sera en vente à partir de samedi à la Brafa, une foire d'art et d'antiquités de la capitale belge.

storybild

Hergé, mort en 1983, a signé la couverture mise en vente. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«Il y a 25 ans, quand vous alliez chez un auteur de BD comme Tardi pour acheter une planche, il vous regardait en disant: "Ça intéresse qui?"», explique Alain Huberty, cofondateur de la galerie bruxelloise Petits Papiers-Huberty-Breyne, dont le stand à la Brafa, l'une des plus prestigieuses foires d'art et d'antiquités d'Europe, accueille exclusivement des auteurs du «neuvième art». La couverture de «L'Étoile mystérieuse», dixième aventure de Tintin et Milou signée en 1942 par Hergé, est l'une des cinq couvertures originales du père de Tintin aux mains de collectionneurs particuliers, et non de la fondation qui gère l’œuvre du dessinateur belge depuis sa mort en 1983, précise-t-il. Elle sera en vente à partir de samedi à la Brafa, confirmant le succès croissant de la BD sur le marché de l'art.

Dans les années 1980, certains marchands ont commencé à acheter des planches, qui étaient alors revendues aux comptoirs de librairies spécialisées. Des salles des ventes ont ensuite pris le relais, ce qui a fait grimper les prix, renforcé l'intérêt du public et finalement consacré ces auteurs comme des artistes à part entière. Pour les collectionneurs, qui ont devancé les musées, Hergé a fait figure de précurseur, suivi par les autres géants de l'école franco-belge tels que Franquin (Spirou, Gaston Lagaffe), Peyo (Les Schtroumpfs) ou Jacques Martin (Alix), puis par la génération des Schuiten, Moebius, Tardi. La valeur d'une pièce se fait sur le nom, mais aussi sur la qualité. Une pièce exceptionnelle peut faire des prix exceptionnels eux-aussi, comme le montre la couverture de Tintin», souligne M. Huberty.

L'augmentation des prix et le risque de «bulles»

En mai 2014, une double page réalisée à l'encre de Chine par Hergé pour constituer les pages de garde des albums de Tintin publiés de 1937 à 1958, représentant le célèbre reporter et son chien Milou dans 34 situations différentes, avait été adjugée 2,5 millions d'euros lors d'une vente organisée à Paris par la maison Artcurial, établissant le nouveau record mondial pour une œuvre de BD. «On n'aurait jamais imaginé de tels chiffres il y a cinq ans», relève le galeriste, qui rappelle que les œuvres des artistes contemporains les plus cotés se vendent à «plusieurs centaines de millions de dollars».

Mais «tout ne vaut pas des centaines de milliers d'euros», estime Alain Huberty. Il pointe un risque de «bulle» pour les auteurs de second rang, mais pas pour les chefs-d’œuvre des «maîtres». L'attrait pour la BD touche également les États-Unis, où les auteurs de «comics» sont recherchés par les collectionneurs. Ce n'est pas le cas pour les auteurs japonais de mangas. Certains auteurs, comme le Belge Philippe Geluck, poussent la démarche plus loin en réalisant des œuvres originales, directement vendues en galerie. Une toile montrant le Chat s'exclamant: «Nous sommes une grande famille», entourée du personnage du «Cri» de Munch, des Dupont-Dupond, d'une des «Demoiselles d'Avignon» de Picasso et d'un personnage de Keith Haring, est ainsi proposée à 21 000 euros par la même galerie.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • FullmétalJF le 21.01.2015 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Tout est régi en ce monde par la loi de l'offre et de la demande. C'est particulièrement vrai en matière d'art au sens large du terme. J'aime beaucoup Hergé (et non certains barbouillages qui valent des fortunes !) mais je trouve que les spéculations sur des œuvres destinées au départ à la jeunesse, excessives, sont une preuve de plus de l'incroyable fossé entre les gens qui ne savent que faire de leur argent et les autres...

Les derniers commentaires

  • FullmétalJF le 21.01.2015 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Tout est régi en ce monde par la loi de l'offre et de la demande. C'est particulièrement vrai en matière d'art au sens large du terme. J'aime beaucoup Hergé (et non certains barbouillages qui valent des fortunes !) mais je trouve que les spéculations sur des œuvres destinées au départ à la jeunesse, excessives, sont une preuve de plus de l'incroyable fossé entre les gens qui ne savent que faire de leur argent et les autres...