Bande dessinée

10 janvier 2018 09:00; Act: 10.01.2018 11:31 Print

Une étoile de coton noir sous la couture d'une étoile blanche

Yves Sente et Cuzor sont associés pour raconter l'histoire du tout premier drapeau des futurs États-Unis d'Amérique.

storybild

«Cinq branches de coton noir». Yves Sente et Cuzor. Dupuis (Aire libre).

Sur ce sujet

Et si l'une des étoiles du premier drapeau américain avait été... noire? Durant la Seconde Guerre mondiale, trois soldats noirs des Monuments Men vont tenter de mettre la main sur le tout premier drapeau des États-Unis volé au cours de la Guerre d’indépendance, en 1776, par un... Prussien.

George Washington en avait passé commande à sa couturière, Betsy Ross. Et sa domestique noire, Angela Brown, y avait adjoint en secret une étoile à cinq branches de coton noir, cachée sous la couture d’une des étoiles blanches.

«Je connaissais l’histoire de Betsy Ross. À partir de là, mon imagination s’est mise en route», dit Yves Sente, scénariste de «Cinq branches de coton noir».

«J’ai fait en sorte que rien ne puisse être démenti par un historien. Pour le reste, j’ai cherché à tisser des liens entre divers faits avérés. Le rôle d’un scénariste consiste aussi à inventer et à combler les trous». À travers cet album, le duo Sente-Cuzor raconte le parcours de trois hommes qui veulent exister. Car pour un militaire de couleur noire engagé dans l’armée américaine, dans les années 40, les possibilités d’être un héros étaient plutôt réduites.

«Le racisme est un thème important du récit. Il est toujours d’actualité... Nous n’avons pas voulu délivrer un message. Juste que l’album se lise comme une bonne histoire d’aventures», dit Yves Sente.

Prévue en plusieurs tomes, elle est devenue une sorte de grand roman car les lecteurs ne veulent plus attendre.

«Nos personnages ne sont chez eux nulle part. Ils sont en proie à des conflits intérieurs et ne se sentent pas à leur place aux États-Unis. Ils ne sont pas mieux accueillis par leur régiment qu’ils le seront par les nazis. Ils finiront par trouver leur place à la toute fin de l’album», explique le dessinateur, Steve Cuzor.

Fil rouge de l'histoire, le tout premier exemplaire du drapeau américain relie les deux périodes historiques du récit. Celle de George Washington et celle où les trois personnages arpentent une Allemagne en guerre.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.