Étude médicale

29 mars 2018 07:40; Act: 29.03.2018 09:24 Print

Une nouvelle cause pour la mort subite des bébés

La mort subite du nourrisson pourrait avoir en partie une origine génétique, en plus des mesures de sécurité à prendre pour le couchage des bébés.

storybild

Cette mutation du gène SCN4A est rare: on estime qu'on la trouve chez moins de cinq personnes sur 100 000. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une étude américano-britannique suggère un possible lien entre des cas de mort subite du nourrisson et une mutation génétique rare, qui affecte le fonctionnement des muscles respiratoires. Pour autant, même si ce lien était avéré, ce qui nécessite davantage de recherches, il n'expliquerait pas à lui seul la survenue de ces drames, soulignent les auteurs de ces travaux parus dans la revue médicale The Lancet.

D'où l'importance de respecter les préconisations destinées à prévenir les morts subites du nourrisson: coucher les bébés sur le dos et éviter de les faire dormir dans le lit des parents. «Notre étude est la première à associer la mort subite du nourrisson à une faiblesse des muscles respiratoires dont la cause est génétique. Cependant, d'autres recherches seront nécessaires pour confirmer et comprendre ce lien», a indiqué l'un des auteurs de l'étude.

Moins de deux ans

Cette mutation du gène SCN4A est rare: on estime qu'on la trouve chez moins de cinq personnes sur 100 000. Mais elle était présente chez quatre des 278 enfants décédés d'une mort subite du nourrisson examinés dans le cadre de cette étude. Ces mutations sont associées à une série de problèmes neuromusculaires génétiques (myopathies, syndromes myasthéniques...), ainsi qu'à des difficultés à respirer.

La mort subite du nourrisson (désormais appelée «mort inattendue du nourrisson») est le décès brutal et inattendu d'un enfant de moins de 2 ans - souvent de moins de 6 mois - pour lequel on ne retrouve pas de cause identifiée. Dans les pays développés, le nombre de cas a spectaculairement baissé depuis la fin des années 1990, lorsque les autorités sanitaires ont préconisé de faire dormir les bébés sur le dos et non sur le ventre ou sur le côté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 29.03.2018 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mieux vaut ne pas prendre de risque et faire dormir bébé sur le dos !

  • Statist Hic le 29.03.2018 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    4 sur 278, c'est pas ce que j'appelle significatif...

  • lèlèla le 29.03.2018 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère qu'ils vont trouver des pistes car ça fait vraiment flipper quand on est parent

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 29.03.2018 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mieux vaut ne pas prendre de risque et faire dormir bébé sur le dos !

  • lèlèla le 29.03.2018 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère qu'ils vont trouver des pistes car ça fait vraiment flipper quand on est parent

  • Statist Hic le 29.03.2018 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    4 sur 278, c'est pas ce que j'appelle significatif...

    • Roxio le 29.03.2018 13:07 Report dénoncer ce commentaire

      C'est sur que ça parait peu, sauf quand c'est le vôtre...

    • RetourAuxEtudes le 29.03.2018 13:18 Report dénoncer ce commentaire

      4/278 par rapport à 5 sur 100.000.. cela fait 1,43% et 0.005% donc 286 fois plus chez les nourissons qui présentent une mutation du gène SCN4A. C'est donc 286 plus de chance de décés.

    • Michael le 29.03.2018 17:57 Report dénoncer ce commentaire

      c'est le 278 qui n'est pas significatif. Pas le ratio. Sur 278 personnes on ne peut pas tirer de conclusions c'est aussi simple que cela.