Selon des chercheurs

10 janvier 2015 12:09; Act: 12.01.2015 12:14 Print

Le mystère de l'oreille absolue enfin percé

Des chercheurs suisses viennent de démontrer que le phénomène auditif est lié au couplage de deux zones cérébrales, a annoncé vendredi, l'Université de Zurich.

storybild

Environ 20% des musiciens professionnels possèdent l'oreille absolue. (photo: AFP)

Une faute?

Mozart, Bach et Beethoven avaient très probablement «l'oreille absolue», cette capacité exceptionnelle à identifier des notes sans référence comparative. Des chercheurs suisses viennent de démontrer que ce phénomène est lié au couplage de deux zones cérébrales. L'équipe de Lutz Jäncke, de la chaire de neuropsychologie de l'Université de Zurich, a constaté chez des sujets ayant l'oreille absolue (environ 1% de la population et 20% des musiciens professionnels) un couplage étroit entre le cortex auditif latéral gauche et le cortex frontal dorsolarétal gauche.

Premier auteur de ces travaux, Stefan Elmer a mesuré par électro-encéphalographie et à l'aide d'un procédé mathématique l'activité neurophysiologique de ces deux zones. Chez les personnes ayant l'oreille absolue, elles sont synchronisées, même au repos. Comme l'écrivent les chercheurs dans le Journal of Neuroscience, c'est ce couplage entre le cortex auditif chargé de la perception précoce et le cortex préfrontal contrôlant les fonctions mémorielles qui permet aux détenteurs de l'oreille absolue d'identifier si efficacement une note sans devoir se référer à d'autres tonalités.

Ces recherches sont également utiles pour une meilleure compréhension des phénomènes de perception auditive et de mémoire dans les structures supérieures du cerveau, note le Pr Jäncke, cité dans un communiqué de l'Université de Zurich. Cela pourrait notamment déboucher sur des techniques de maintien des performances auditives à un âge avancé ou chez des patients ayant subi des lésions.

(L'essentiel/ats)