Affaire LuxLeaks

29 novembre 2017 11:24; Act: 29.11.2017 12:43 Print

Raphaël Halet attaque à son tour le cabinet PWC

LUXEMBOURG/METZ - L'un des lanceurs d'alerte dans l'affaire LuxLeaks reproche les méthodes de son ancien employeur, qui enfreindrait la loi sur la protection des sources.

storybild

Raphaël Halet (à gauche), ici avec l'une de ses avocates May Nalepa, a attaqué l'ordonnance délivrée par la justice française. Édouard Perrin (à droite) a fait de même la semaine dernière. (photo: Editpress/Herve Montaigu)

Sur ce sujet

Alors que l'affaire LuxLeaks est passée en cassation la semaine dernière (en attendant le verdict en janvier), l'un des protagonistes, Raphaël Halet, a lancé une contre-offensive judiciaire. Le lanceur d'alerte a annoncé mercredi qu'il attaquait une ordonnance délivrée en 2014 par la justice française dans le cadre de cette affaire.

Raphaël Halet avait fait fuiter des documents secrets de son employeur PWC révélant les pratiques fiscales du Luxembourg vis-à-vis de grandes entreprises, qui passaient par le cabinet d'audit. Ces révélations, ainsi que celles d'Antoine Deltour, sont à l'origine de l'affaire LuxLeaks. Dans le cadre de son enquête interne pour trouver les fuites, PWC avait fait procéder à une perquisition au domicile de son employé, en France, pour saisir du matériel informatique et étudier sa correspondance avec le journaliste Édouard Perrin. Raphaël Halet, tout comme Édouard Perrin, attaquent l'ordonnance délivrée par une juge de Metz permettant cette perquisition.

«Comment une multinationale étrangère (NDLR: luxembourgeoise) a-t-elle pu se rendre au domicile d'un citoyen français et saisir sa correspondance avec un journaliste, le tout assisté par la force publique française?», s'interroge aujourd'hui Raphaël Halet. Cette affaire constitue selon lui une atteinte à la protection des sources, dont bénéficient en principe les journalistes. D'ailleurs, «ce que cherchait le cabinet, en réalité, c’était établir un lien entre Halet et le journaliste», selon Me Bernard Colin, son avocat. L'audience est fixée au 9 janvier.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Raphaël le 29.11.2017 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Bon courage Raphaël Halet. C'est courageux et très difficile de lutter contre une société qui est "experte" pour être dans la légalité, mais qui, éthiquement, ne l'est pas du tout.

  • WildWorld le 29.11.2017 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    Notre société feind de s'étonner à chaque revelation d'optimisations fiscales "amorales"... mais ce sont les société de conseils qui les conseilles et les montes. Pourquoi personne ne remet jamais en question la raison d'être des PWC, Delloite, EY ....??

  • Daenerys le 29.11.2017 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    PwC n’a fait que conseiller les entreprises. Les accords fiscaux ont été approuvés par l’administration fiscale...

Les derniers commentaires

  • Le justicier. le 30.11.2017 08:05 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a pas de scandale LuxLeaks : - En France, 18.684 rescrits fiscaux ont été délivrés en 2012. - Les décisions fiscales anticipées sont une pratique bien établie dans 22 Etats membres de l’UE.

  • PM le 29.11.2017 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    3 mecs payé ms par l'Etat français (champion du.monde dans les rulings). ou autrement dit 3 énormes hypocrites...

  • Daenerys le 29.11.2017 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    PwC n’a fait que conseiller les entreprises. Les accords fiscaux ont été approuvés par l’administration fiscale...

  • Vesti le 29.11.2017 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    @Raphaël (le commentateur ) : Vous parlez d'éthique, mais ne savez vous pas que l'éthique n'existe pas. Pas dans la politique, pas dans les affaires, pas dans le sport, pas dans le journalisme et surtout pas dans les relations humaines.. C'est un mot de fantaisie tout comme le "politiquement correct".

    • Anna List le 30.11.2017 10:08 Report dénoncer ce commentaire

      @Vesti: + 100!!!!

  • évidence le 29.11.2017 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’inversons pas les rôles, il est un voleur point Et PWC n’a rien fait de reprochable sinon la justice condamnerait, c’est aussi simple que ça