Karin Schintgen

14 juin 2019 17:20; Act: 21.06.2019 14:40 Print

«Bluffée par la tolérance de Paul Helminger»

LUXEMBOURG - Jean-Luc Bertrand a reçu Karin Schintgen, CEO de la House of Start-ups, dans sa séquence «Speed Dating» de «L'essentiel Radio».

storybild

Karin Schintgen, la CEO de la House of Start-Ups a répondu aux questions de Jean-Luc Bertrand. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

CEO de la House of Start-ups, Karin Schintgen a répondu aux questions de Jean-Luc Bertrand dans la séquence «Speed Dating», diffusée tous les jours sur L'essentiel Radio. «Un an après l'ouverture de la House of Start-ups, nous avons rempli nos objectifs ambitieux», a reconnu d'emblée celle qui est diplômée en droit de plusieurs universités dans le monde. «Avec quatre incubateurs, plus de 100 start-up et plus de 1 000 visiteurs par mois, et une offre de service qui commence vraiment à s'étendre, de la levée de fonds vers un club pour les entreprises. Sans oublier notre incubateur Grande Région».

À la question de savoir ce qui la distingue des autres, Karin Schintgen a répondu «qu'elle aimait beaucoup définir une vision et la décliner en objectifs. Mobiliser des moyens, y compris mes collaborateurs pour aller de l'avant». Quand à l'image qu'elle garde de ses 18 ans, elle a reconnu que «c'était une période de grande confusion». «Je ne savais pas très bien quoi faire, où aller, et j'enviais les personnes qui avaient des certitudes absolues, des vocations».

«Laisser sa fille aux États-Unis, cela fait un coup»

«Il y a très très longtemps, j'habitais à New-York et je travaillais pour une grande banque (Citibank)», se souvient Karin Schintgen, «et je m'étais habillée dans une tenue rouge flamboyante. J'étais dans le métro pour me rendre à mon lieu de travail et subitement, je me suis rendu compte que tout changeait autour de moi. Je m'étais trompée de ligne et j'allais vers le quartier d'Harlem. Avec cette tenue, j'ai vite pris mes jambes à mon cou...».

Mariée avec Paul Helminger, bourgmestre de Luxembourg de 1999 à 2011, député, mais aussi président du conseil d'administration de Luxair de 2012 à 2019, Karin Schintgen a reconnu avoir été bluffée par son mari, «par son savoir très universel, sa culture générale et surtout par son immense tolérance». Quant à la dernière fois qu'elle a pleuré, c'était en avril dernier quand elle a «dû laisser sa plus jeune fille aux États-Unis où elle s'est mariée». «Cela m'a fait un coup, car laisser quelqu'un d'aussi proche aussi loin, et pour de bon, c'est tout de même un grand moment dans sa vie».

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • The observer le 14.06.2019 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Zoé, à l’époque, Harlem était vraiment un quartier dangereux, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui car New-York à bien changé depuis.

  • Océane le 16.06.2019 00:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    DF J’ai été à deux reprises à Harlem, dont une fois pour interviewer Jessie Jackson, à ce moment là candidat aux présidentielles. J’y suis allée à pieds, seule, et tout un chacun était gentil, poli, quelques-uns surpris, beaucoup souriants. Il ne faut pas croire que le mal.

  • zoe le 14.06.2019 18:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prendre ses jambes à son cou à Harlem c limité raciste

Les derniers commentaires

  • Océane le 16.06.2019 00:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    DF J’ai été à deux reprises à Harlem, dont une fois pour interviewer Jessie Jackson, à ce moment là candidat aux présidentielles. J’y suis allée à pieds, seule, et tout un chacun était gentil, poli, quelques-uns surpris, beaucoup souriants. Il ne faut pas croire que le mal.

  • The observer le 14.06.2019 22:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Zoé, à l’époque, Harlem était vraiment un quartier dangereux, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui car New-York à bien changé depuis.

    • Rigoberta le 15.06.2019 08:33 Report dénoncer ce commentaire

      New York a bien changé mais quand même certains quartiers restent criminels et sont à éviter! Harlem est un quartier énorme et même de nos jours il n'est pas sûr partout. Certains "sides" de Harlem sont toujours dans la main de bandes sans scrupules et même de nos jours les chauffeurs de taxi refusent de vous ramener dans certaines rues de Harlem! Non Zoe, ce n'est pas raciste du tout, surtout pour une jeune femme seule

    • zoe le 15.06.2019 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Rigoberta je vous l accorde ce n est pas du racisme mais je trouve qu elle aurait dû mieux expliquer pourquoi ce quartier d Harlem était si dangereux ( couleur de sa robe?)le quartier Gare ici est aussi très mal fréquenté je suis une femme et je ne suis pas rassurée de passer la bas seule ( trop de toxicos/ prostituée roms ) et des vendeurs de drogue Je pense que Luxembourg à un peu des *sides* d Harlem dans son quartier Gare.

    • Mario T. le 15.06.2019 13:06 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivement le quartier de la gare est un quartier malsain, pas de doute. Ayant vu certains quartiers de Harlem (ou de Brooklin) je peux vous dire que le quartier de la gare est absolument inoffensif comparé à ceux-là!

    • Taxman le 16.06.2019 01:19 Report dénoncer ce commentaire

      Tiens, personne parle du Bronx? On reconnait ceux qui n'y sont jamais allés, mais qui ont entendu parler de certains quartiers (Harlem, Brooklyn)

  • zoe le 14.06.2019 18:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    prendre ses jambes à son cou à Harlem c limité raciste