Franz Fayot

05 octobre 2020 17:00; Act: 09.11.2020 15:16 Print

«Trouvons un impôt intelligent sur la fortune»

LUXEMBOURG – Le ministre de l’Économie, Franz Fayot, ne s'en cache pas. Il estime que le Luxembourg impose beaucoup les revenus du travail, mais pas assez les grandes fortunes.

storybild

Le ministre de l'Économie, Franz Fayot, s'est confié au micro de «L'essentiel Radio» tout au long de cette semaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Franz Fayot, le ministre de l’Économie, est-il en faveur d’un impôt sur la fortune? «J’avais déclenché cette discussion, il y a quelques années», a-t-il rappelé au micro de Jean-Luc Bertrand. «Et cela a maintenant été repris par Frank Engel, le président du CSV. Je pense qu’il y a un problème dans notre fiscalité, comme dans beaucoup d’autres pays. Nous imposons beaucoup le travail et les revenus du travail et nous n’imposons pas beaucoup la fortune et la propriété.

«C’est un facteur d’inégalités et on sait que trop d’inégalités dans la société, ce n’est pas bon, c’est quelque chose de corrosif qui produit finalement des tensions très fortes», poursuit Franz Fayot. «En vue des prochaines élections, on doit réfléchir sur la question. Et mon parti, le LSAP, est en train de faire cet exercice. Je ne parle pas des gens qui ont de l’épargne, mais vraiment des grandes fortunes. Il faut trouver un impôt intelligent».

Concernant les plans sectoriels qui vont donner des indications sur les terrains disponibles pour les zones d’activités économiques, «ce sera adopté à l’automne», se veut, confiant, Franz Fayot. «Claude Turmes en tant que ministre de l’Aménagement du territoire a le «lead» sur ce dossier». Sa plus belle victoire? C’est probablement ma capacité de pouvoir changer et de faire autre chose», se réjouit-il. «J’ai commencé ma carrière en tant qu’avocat et je suis resté assez longtemps dans un grand cabinet. Je suis ensuite entré dans une carrière politique par volonté de m’engager pour le bien commun et la chose publique. J’ai été élu à la Chambre des députés et j’ai maintenant la chance d’être ministre. J’ai la capacité de pouvoir me réinventer, sans me mentir»

Réécoutez l'épisode diffusé le vendredi 9 octobre

Franz Fayot en quelques questions

Si je pouvais revivre un moment de ma vie? Ce serait la naissance de mes trois enfants.

Un mot pour me définir? Humain. Ce n’est pas très original, mais c’est être pleinement dans la vie. Avec ses forces et ses faiblesses. Être droit et traverser la vie en tant que vrai être humain.

Quand je ne travaille pas? J’aime beaucoup faire du sport. Je vais courir et j’aime la randonnée. Avec mes enfants, j’aime faire la cuisine. Ils aiment beaucoup mes crêpes le matin. J’aime regarder un film avec eux.

Réécoutez l'épisode diffusé le jeudi 8 octobre

Le ministre de l’Économie a lancé un appel à 20 projets comprenant jusqu’à 150 000 euros de financement pour des start-up. Lancé en avril 2020, où en est-on aujourd’hui avec cet appel? «On a pris 15 projets que l’on accepte de financer», a précisé Franz Fayot au micro de L’essentiel Radio. «C’est une enveloppe totale de 2,2 millions d’euros. On a reçu des demandes pour des centaines de projets. Tous étaient liés à la lutte contre le Covid-19. Les 15 projets retenus sont dans des domaines très divers. Cela va de la possibilité à faire des formations à distance, mais aussi des objets qui permettent de faire des choses sans se toucher. C’est vraiment très divers et cela montre la vitalité de notre scène de start-up. L’imagination et la réaction de nos jeunes entrepreneurs, c’est positif pour trouver de nouvelles solutions face à un problème de société».

En tant que ministère de l’Économie, comment Franz Fayot a-t-il vécu la crise du Covid-19? «C’était assez dur», a-t-il reconnu au micro de L’essentiel Radio, «car je venais de commencer mon mandat de ministre (en février 2020, à la place d’Étienne Schneider)». J’ai eu un mois de relative normalité où j’ai un peu voyagé et j’ai eu l’occasion d’effectuer mon programme et puis la pandémie est arrivée. Pour un ministre de l’Économie, voir les rues qui se vident, et d’avoir cette ambiance très spéciale, c’était quelque chose de stressant, honnêtement. On a beaucoup travaillé. On a fait nos plans de stabilisation qui ont bien marché pour venir en aide à l’économie. Et je suis désormais heureux de voir qu’il y a une reprise, une relance… On repart de zéro aussi, car on avait complètement descendu l’économie à zéro et puis là, on repart».

Réécoutez l'épisode diffusé le lundi 5 octobre

Réécoutez l'épisode diffusé le mardi 6 octobre

Réécoutez l'épisode diffusé le mercredi 7 octobre

La play-list de Franz Fayot

.

(Frédéric Lambert / L'essentiel )