André Hoffmann

23 juillet 2021 12:46; Act: 23.07.2021 13:40 Print

«Une médaille pour le Luxembourg? Pourquoi pas»

LUXEMBOURG – À Tokyo depuis jeudi, André Hoffmann, le président du Comité olympique et sportif luxembourgeois, a évoqué l'hisoire du Luxembourg aux Jeux.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?
Épisode 5
La séquence du 23 juillet

André Hoffmann vient d'arriver à Tokyo, où l'archer Jeff Henckels a fait son entrée en lice vendredi. Avant de s'envoler pour le Japon, le président du COSL est revenu sur l'histoire du Luxembourg aux Jeux olympiques. Le bilan est le suivant: vingt-quatre participations aux Jeux d'été et huit aux Jeux d'hiver, pour une médaille d'or et trois médailles d'argent. La seule médaille d'or du Luxembourg aux JO est revenue au demi-fondeur Josy Barthel, qui avait brillé sur le 1 500 m en 1952 aux Jeux d'Helsinki, en Finlande.

«On travaille depuis des années pour gagner une médaille. Lors des récentes éditions, on en a été proches à plusieurs reprises. En judo à Londres ou en cyclisme à Pékin», rappelle André Hoffmann. En 2008, à Pékin, Andy Schleck s'était classé quatrième d'une course en ligne à suspense, qui s'était terminée au sprint. En 2012, à Londres, Marie Muller avait également raté le bronze, en perdant la finale des repêchages. «On ne désespère pas d'en décrocher une, et pourquoi pas lors de cette édition?» a-t-il ajouté.

«C'est un titre qui évoque la joie»

Épisode 4
La séquence du 22 juillet

Sur place, le président du COSL n'a pas de rôle direct avec les sportifs. C'est le chef de mission, Heinz Thews, qui aura les contacts les plus privilégiés avec les sportifs engagés. André Hoffmann occupera à Tokyo une fonction plus protocolaire, en accompagnant notamment le Grand-Duc Henri. Contrairement à ce qui se fait habituellement, le président du COSL n'aura probablement pas l'occasion d'échanger avec ses homologues des autres pays, en raison des restrictions des autorités japonaises. «Très souvent, il avait l'occasion de rencontrer les pairs et arranger certaines choses, notamment avec les collègues des pays des Jeux des Petits États d'Europe», rappelle-t-il.

Interrogé sur le lien qui existe entre l'armée luxembourgeoise et le sport de haut niveau, André Hoffmann a expliqué qu'il s'agit souvent d'une solution pour sécuriser la situation de certains athlètes. En entrant dans la section des sportifs d'élite de l'armée, les athlètes ont un revenu garanti pendant une durée maximale de huit ans, ce qui leur permet de se concentrer uniquement sur leur discipline. Parmi les sportifs engagés à Tokyo, Christine Majerus, Bob Bertemes, Sarah De Nutte, Stefan Zachäus ou encore Raphael Stacchiotti et Charles Grethen, bénéficient ou ont bénéficié de ce statut.

« J'aime la personnalité de Michel Sardou, il a un timbre de voix inégalé. Je l'ai vu en concert et le spectacle live était très fort»
Épisode 3
La séquence du 21 juillet

Alors qu'il s'apprête à assister à ses cinquièmes Jeux olympiques d'été, André Hoffmann souligne la présence, en nombre, d'athlètes luxembourgeois, malgré le contexte exceptionnel de la pandémie et les calendriers chamboulés. Cette année, douze sportifs ont obtenu leur qualification olympique, c'est trois de plus qu'à Rio en 2016 (9 athlètes présents), et cinq de plus qu'à Londres en 2012 (sept qualifiés).

Le COSL souhaite développer le sport à tous les niveaux. Il apporte notamment une aide aux fédérations, afin qu'elles engagent du personnel qualifié pour venir en aide au bénévolat, il essaye d'améliorer les infrastructures et propose un soutien financier, sous forme de bourse, aux athlètes du cadre élite qui ont des chances raisonnables de se qualifier pour les Jeux olympiques.

«On est très content qu'il y ait douze athlètes qualifiés, je dois dire que c'est un nombre assez impressionnant», se réjouit André Hoffmann, alors que l'archer Jeff Henckels fera son entrée en lice, vendredi.

«Le thème de l'éducation restera un défi éternel pour les sociétés»
Épisode 2
La séquence du 20 juillet

Le président du Comité olympique et sportif luxembourgeois (COSL) André Hoffmann, qui accompagne la délégation luxembourgeoise à Tokyo, au même titre que le Grand-Duc Henri, est revenu sur la décision du ministre des Sports, Dan Kersch, de ne pas se déplacer au Japon. «Ce n’est pas très grave, il m’a prévenu de son choix, on était préparés. Il ne voulait pas quitter le pays pendant quinze jours par les temps qui courent», a-t-il commenté.

Ancien joueur de volley-ball au niveau amateur, André Hoffmann a également livré sa représentation de l’olympisme et de ses valeurs de tolérance, de respect et d’unité. «C’est une grande rencontre du monde. Je crois que l’idée initiale des Jeux olympiques était de se servir du sport pour faire de ce monde, un monde meilleur» a-t-il ajouté.

Avec douze athlètes, le Luxembourg sera représenté dans sept disciplines: le cyclisme, l’athlétisme, la natation, le tennis de table, le triathlon, l’équitation, le tir à l’arc. «Certains athlètes comme les nageurs s’entraînent au Luxembourg mais d’autres sont à l’étranger, comme Bob Bertemes, en Allemagne, ou les cyclistes avec leurs équipes».

«Avec des mots très simples, on peut donner un message fort»
Épisode 1
La séquence du 19 juillet

Avocat dans la vie de tous les jours , André Hoffmann est à la tête du Comité olympique et sportif luxembourgeois (COSL) depuis 2012 et son mandat court jusqu’en 2025. Alors qu’il s’envolera pour Tokyo jeudi, il est revenu sur la décision du gouvernement japonais de fermer au public la majorité des événements. «Je crois que c’était le prix pour organiser les Jeux et pour calmer la population japonaise. Nous trouvons cela très malheureux. Ce ne sera pas la fête habituelle mais nous l’acceptons», s'est-il confié.

Si le ministre des Sports Dan Kersch a récemment déclaré qu’il ne se rendrait pas sur place, le Grand-Duc Henri, membre du Comité international olympique (CIO) et du conseil d’administration du COSL, partira ce lundi. «Le Grand-Duc est un grand fan de sport et de ses valeurs. Il est toujours content de rencontrer les sportifs et de s’entretenir avec eux», ajoute André Hoffmann. Le Grand-Duc assistera à différentes compétitions et soutiendra les athlètes luxembourgeois, avait précisé samedi, la Cour grand-ducale.

«J'aime les chansons qui ont un message»

La «Story»

Comment retrouver l'émission de Jean-Luc Bertrand?

L'essentiel Radio: Du lundi au vendredi à trois reprises durant la journée (9h40 / 15h20 / 18h20).

lessentiel.lu: Un nouvel épisode est ajouté à l'article de la semaine du lundi au vendredi.

Archive Web: Dans notre dossier vous trouverez les anciennes storys.

L'essentiel: Le meilleur de la semaine est à retrouver dans notre journal de vendredi.