Accident à Gasperich

18 novembre 2016 12:02; Act: 18.11.2016 14:45 Print

«S'il y a eu un mort, c'est qu'il y a eu une faute»

LUXEMBOURG - Le ministre du Travail, Nicolas Schmit, et le syndicat OGBL exigent des réponses après l'accident mortel survenu sur un chantier, jeudi dernier.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Une semaine après l'accident mortel qui a coûté la vie à un ouvrier de 32 ans sur le chantier de la Cloche d'Or, à Gasperich, plusieurs questions demeurent en suspens. «S'il y a eu un mort et un blessé grave suite à l'écroulement d'une plaque en béton, c'est qu'il y a eu une faute, une négligence, sinon le drame ne serait pas arrivé», a affirmé, jeudi à L'essentiel le ministre du Travail, Nicolas Schmit. «L'enquête déterminera les responsabilités et les causes pour qu'un tel accident ne se reproduise plus. Et si les ouvriers ont des choses à dire sur cette affaire, qu'ils le fassent, même anonymement».

Le syndicat OGBL abonde dans le même sens que le ministère dans un communiqué. «Après cet accident de travail dramatique, nous réitérons nos revendications: augmentation des contrôles sur les chantiers, majorations sensibles des amendes pour les entreprises en cas de non-respect du code du travail et exclusion des chantiers et des soumissions publiques en cas d’infractions graves».

Selon le syndicat, l’inspection du Travail et des Mines (ITM) ne dispose pas des moyens humains suffisants sur les terrain pour garantir la sécurité de tous les salariés sur leur lieu de travail. «Une présence physique permanente et un contrôle accru de la part des inspecteurs de l’ITM constitueraient une véritable avancée sociale en matière de santé et de sécurité des salariés», a conclu l'OGBL.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Etat fautif le 18.11.2016 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a aucune verification de la securité qui n'est pas une priorité à Luxembourg ! L'inspection du travail ITM ne se deplace quasiment jamais et ne traite aucun dossier comme il se doit .. si vous avez de bonnes relations alors pas besoin de mesures de sécurité ! .. bravo messieurs les planqués pendant ce temps les ouvriers meurent et laissent des orphelins .. Le Luxembourg a tout à apprendre au lieu de tenter de donner des leçons ...

  • Alainmg° le 18.11.2016 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Sans preuve, c' est difficile de porter un jugement mais je constate que les accidents du travail font beaucoup de morts et de blessés graves chaque année par rapport aux accidents de la route. La rentabilité vaut plus que la vie des travailleurs. C' est un scandale....

  • Nomi le 18.11.2016 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Chaque entreprise doit avoir son "travailleur désigné". Mais il est souvent à la botte du patron. En plus chaque chantier doit avoir son responsable sécurité. L'entreprise est obligée d'avoir des procédures et règles de sécurité qui doivent être connues et comprises par chaque salarié. Donc la loi prévoit déjà beaucoup de bonnes choses, mais elles ne sont guère mises en application convenablement dans les entreprises. Ca leur sert juste comme alibi en cas de . . . Chose à ajouter: Pour forcer le patron à réellement promouvoir la sécurité, Amende 100 000€ pour accident mortel !

Les derniers commentaires

  • shooter le 19.11.2016 23:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    étonnant que l'ogbl abonde de toute part des qu'il y a un mort. mais quand les gens sont victimes du mobbing et sont en burnout, la il y a personne pour les aider. et quand ils en arrivent au suicide, l'ogbl vous répond " il est trop tard pour agir maintenant"....

    • Georgy le 20.11.2016 09:05 Report dénoncer ce commentaire

      Bien, bien, bien dit shooter !!! À quand une loi sur le HM au GDL?

  • La Réalité des chantiers le 19.11.2016 18:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait surtout aller voir du côté des délais imposer par le promoteur! Voilà où il faut surtout enquêter! Les promoteurs au Luxembourg, ne pensent qu'à travailler au plus vite.

  • realite le 19.11.2016 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste histoire , de tout cœur avec la famille ,courage .

  • Flolo le 19.11.2016 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis responsable securite sante laisser l enquete se faire l entreprise qui a subit le drame est une entreprise serieuse regarder la photo il ya des garde corps partout ,la plus par des grosse entreprise son iso on des label a respecter il ne peuvent pas faire n importe quoi , souvent les ouvriers malgres les consignes malgres les avertissement se mettent en danger eux meme. Le chef n est pas responsable de tout ni le patron ni les cadres

    • MATUVU le 20.11.2016 09:34 Report dénoncer ce commentaire

      Oui oui, responsable sécurité vous l'avez bien dit, responsable aussi quand il y a des blessés et des décès et pas seulement quand il faut faire mettre les lunettes et casques de sécurité et se tenir à la rampe dans les escaliers.

  • Jean le 19.11.2016 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mesures de sécurité !!! Bla,bla,bla je vois tout bêtement des ouvriers sans protection sur les oreilles quand ils découpent à la scie circulaire,quand ils travaillent sur un toit sans être attachés ni barre de sécurité et tout çà même devant des bâtiments officiels !!! :-)