Santé au Luxembourg

08 octobre 2018 10:27; Act: 08.10.2018 11:20 Print

101 nouveaux cas de VIH, «un triste record»

LUXEMBOURG - Selon le rapport d’activité annuel du comité de surveillance sur le sida, 101 personnes ont été infectées par le VIH en 2017.

storybild

La barre des 100 nouvelles infections a été franchie. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

En 2017, 74 hommes et 27 femmes ont découvert qu’ils étaient atteints du VIH, soit 101 personnes. «Un triste record», selon le ministère de la Santé qui présentait, lundi, le rapport d’activité annuel 2017 du comité de surveillance sur le sida. Selon ce document, le mode de contamination principal reste de loin les rapports hétérosexuels (49), suivi par les rapports homo et bisexuels (34).

Toutefois, les nouvelles infections par l’usage de drogues par voie intraveineuse ont diminué, passant de 21 en 2016 à 10 en 2017. Des chiffres qui rassurent la ministre de la Santé, Lydia Mutsch, qui estimait que «l’augmentation importante du nombre d’infections auprès des usagers de drogues par voie intraveineuse ces dernières années était très préoccupante», malgré les efforts fournis.

L’État compte sur les actions lancées ces derniers mois pour faire de nouveau diminuer ces chiffres. Le Conseil de gouvernement a adopté le nouveau «Plan d’action national VIH» le 1er décembre dernier. Un plan qui se focalise sur cinq axes prioritaires, à savoir la prévention, le dépistage, le traitement, la non-discrimination, la recherche et l’évaluation. Ainsi, en 2017, plus de 100 000 tests ont été réalisés.

Autre pas important, souligne le ministère: la mise en place de la consultation PrEP (prophylaxie préexposition) au Service national des maladies infectieuses. Elle permet aujourd’hui à une cinquantaine de personnes à risque, qui ne se protègent pas systématiquement, de réduire leur risque d’infection en prenant des médicaments antirétroviraux, ponctuellement ou en continu. Le Luxembourg est seulement le 3e pays européen après la France et la Norvège à mettre en place un tel dispositif.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Audi RS3 le 08.10.2018 10:41 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai un ami qui l'a choppé après un rapport sans protection . Elle lui a dit qu'elle est mère de famille donc "clean". Si vous voulez le faire sans protection, faite un test pour votre partenaire et demandez lui d'en faire un !

  • Stats le 08.10.2018 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    Pour comparer une année par rapport à une autre il faut prendre en compte 3 aspects avant de parler de triste record : la taux depistage (je pense que plus le temps passe plus les gens font le test et c'est très bien mais forcément ça augmente le nombre de personnes séropositives), le nombre de test positifs (c'est la seule donnée prise en compte en général) et la population (la population connait une forte croissance au GDL donc le nombre de cas posotif à peut-être augmenté mais en proportion de la population totale il a peut-être diminué).

  • Soleil le 08.10.2018 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des progrès à faire en terme de dépistage comme informer les pharmaciens que les auto-tests sont maintenant légaux.

Les derniers commentaires

  • dieux le 09.10.2018 17:35 Report dénoncer ce commentaire

    Surtout ne l'oubliez pas sortez couvert!!!:)

  • Sandro le 09.10.2018 17:10 Report dénoncer ce commentaire

    Mes chances de l'avoir devraient être réduites, ni mon épouse ni moi-même ne couchons ailleurs.

  • resident le 09.10.2018 16:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Allez faire un tour à Kokelscheuer le soir et vous verrez pourquoi il y a tant de cas à Luxembourg

  • Alsalux le 08.10.2018 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chapeau pour rester avec son compagnon qui a attrapé le VIH (nuance avec le SIDA) qui en plus continu à aller voir ailleurs tout en ne se protégeant pas, c’est totallement irresponsable pour rester poli.

    • Eclaireur le 09.10.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

      Cher Alsalux, les compagnons des personnes atteintes du VIH passent des contrôles assez régulièrement, croyez-moi... en tout cas cela est dans leur intérêt. Donc en tant que compagne d'un séropositif, vous savez très bien ou vous en êtes, et si vous avez aussi le virus ou pas. Mais merci d'être resté poli...!

  • RLB le 08.10.2018 23:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce qu'il ne faut pas lire... Quand t'es plombé, t'es plombé, et traitement ou pas, faut utiliser des préservatifs si t'es en couple, et protéger ses enfants et son mari / sa femme de tout contact avec son sang. Prenez vos responsabilités et assumez !