Accord de restitution

27 janvier 2021 13:44; Act: 27.01.2021 18:06 Print

Le Luxembourg indemnisera des victimes des nazis

LUXEMBOURG - Le gouvernement et la communauté juive du pays ont signé ce mercredi un accord de restitution, lors de la journée à la mémoire des victimes de l'Holocauste.

storybild

La Villa Pauly était le quartier général de la Gestapo, à Luxembourg, pendant l'occupation.

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement luxembourgeois et la communauté juive ont signé un accord historique, ce mercredi, jour de l'anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz. Le gouvernement a annoncé que les deux parties sont tombées d'accord «sur les questions non résolues relatives aux expropriations liées à l'holocauste» pendant l'occupation. Jusqu'à présent, aucun accord sur la restitution de leurs biens aux Juifs spoliés ou sur leur indemnisation n'existait au Grand-Duché.

Le Premier ministre Xavier Bettel et le ministre des Finances, Pierre Gramegna, ont paraphé le texte au nom du Luxembourg. Il a aussi été signé par le président du Consistoire israélite de Luxembourg, Albert Aflalo, le représentant européen de la World Jewish Restitution Organisation, Dimitri Dombret, et le président de la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah, François Moyse.

«Reconnaître les erreurs d'une administration»

«Il était très important de signer cet accord, a expliqué Xavier Bettel. C'est un moment important. Il était temps de connaître son histoire, son passé, ses responsabilités et de les reconnaître. Il fallait reconnaître les erreurs d'une administration commis sur une communauté. Ces erreurs ne méritent pas seulement réparation mais aussi des excuses. L'accord n'effacera certes aucune souffrance, mais rendra de la dignité».

Dans le détail, le gouvernement s'est engagé à offrir un million d'euros aux survivants de l'Holocauste, originaires du Luxembourg. En outre, l'État va acheter et rénover (pour un budget total de 25 millions d'euros) le site de Cinqfontaines, où les Juifs luxembourgeois ont été rassemblés puis transportées dans les camps de la mort. Il deviendra un lieu de mémoire et d'éducation des générations futures. Entre autres mesures, le Luxembourg va aussi financer à hauteur de 120 000 euros par an pendant 30 ans la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

(mei/ol/L'essentiel)