Absentéisme au travail

20 septembre 2016 09:25; Act: 20.09.2016 12:05 Print

54% des salariés malades au moins une fois en 2015

LUXEMBOURG - Le taux d’absentéisme est resté stable au Luxembourg entre 2014 et 2015, passant de 3,64 à 3,69%.

storybild

Les femmes sont plus enclines à tomber malade.

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

En 2015, en moyenne, sur 100 jours travaillés, 3,69 étaient en fait des congés maladie. C’est un tout petit peu plus qu’en 2014 où la CNS n'en comptait que 3,64, la faute à un épisode grippal plus ravageur, rapporte le ministère de la Sécurité sociale. Cette petite hausse s’explique donc surtout par l’augmentation de l’absentéisme de courte durée (moins de trois semaines) qui est passé de 2,1% à 2,16%.

En moyenne, 54% des salariés ont été malades au moins une fois en 2015, mais il existe des disparités selon les secteurs d'activité. Ils étaient 69% dans le secteur de la santé humaine et de l’action sociale à s'être absentés pour maladie contre 40% dans celui des activités de services administratifs et de soutien.

8,5 jours en moyenne

Sans surprise, les plus de 50 ans, plus fragiles, ont été plus absents (4,82%) que les moins de 30 ans (2,9%). Les femmes sont également plus touchées par la maladie, 4,1% contre 3,4% pour les hommes. Une différence qui s’explique «par certaines spécificités physiologiques» mais aussi et surtout par une «implication plus forte dans les tâches familiales», selon le ministère de la Sécurité sociale. Les frontaliers affichent également un taux plus élevé que les résidents (4% contre 3,5%). Un écart qui peut s’expliquer par «des durées de trajet domicile-travail plus longues, qui peuvent être vues comme une source de fatigue et de stress supplémentaire mais également par des habitudes des prescripteurs différentes (notamment dans la durée de l’arrêt maladie)».

La durée moyenne des absences est de 8,5 jours avec encore des disparités selon les secteurs: de 4,8 jours dans celui des activités financières et d’assurance à 13 jours dans celui de l’hébergement et de la restauration. Les maladies infectieuses et parasitaires sont la principale raison des arrêts de courte durée: en 2015, elles ont représenté 31,4% des jours de maladie de cette catégorie d’absences. Les troubles mentaux et du comportement (la plupart du temps des dépressions) représentent 24% des jours de maladie de longue durée.

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • travailleur dans la santé le 20.09.2016 11:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    69% dans le secteur aide et soins lol dans les maisons de retraites on doit frôler les 90% tellement ils sont sous pression . on y travail souvent comme des chiens et comme dans notre société actuel le financier a pris le pas sur l'être humain ! en réunion on vous parle de rendement de minutes d assurances dépendances de budget ,de flexibilité et on oublie que le bien être des malades ou résidents passe avant tout par l équilibre mental et physique des gens qui y travaillent! je ne me suis jamais sentit aussi bien que depuis que j'ai quitter le secteurs des maisons de retraites pour celui de la psy où contrairement aux légendes l'être humain y a une grande place du moins dans mon service ;)

  • Mamomam le 20.09.2016 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Moi c'est ceci qui me choque: "Les frontaliers affichent également un taux plus élevé que les résidents (4% contre 3,5%). " Pourquoi?

  • Ricardo le 20.09.2016 10:06 Report dénoncer ce commentaire

    "69% dans le secteur de la santé humaine et de l’action sociale et 62% dans les activités financières", secteurs dans lesquels le personnel est souvent le plus mal traité, mis sous pression voir menacé ! La maladie est une manière "légale" de souffler un peu. Un commerçant, ceux qui existent encore, ne restera jamais une semaine à la maison pour un refroidissement léger car son job le motive! Le patronat attend avec impatience le développement des robots jamais enrhumés et qui opèrent déjà... Le seul problème est que les robots ne consommeront que de l'électricité et une goutte d'huile!

Les derniers commentaires

  • Grumpy le 22.09.2016 03:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mamomam: Ce qui me choque le plus c'est que les luxembourgeois gagnent pour le même travail aux moins 75% de plus !!

  • carew le 21.09.2016 03:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On le vit bien

  • Mamomam le 20.09.2016 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Moi c'est ceci qui me choque: "Les frontaliers affichent également un taux plus élevé que les résidents (4% contre 3,5%). " Pourquoi?

  • dédé le 20.09.2016 14:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    100% d'accord avec toi...je suis en maison de retraite, et on ne parle que de minutes, d'assurance dépendance, que l'on doit faire de notre mieux... aucune considération, rappel au travail à gogo, ambiance catastrophique.... bref....ça ne donne pas envie de vieillir tout ça....

  • Non-stop en train de commenter... le 20.09.2016 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas comment vous faite pour le faire !