Au Luxembourg

26 février 2019 09:00; Act: 26.02.2019 12:44 Print

Les jeunes peuvent consulter un psy gratuit

LUXEMBOURG - Les jeunes peuvent bénéficier d’une assistance psychologique sans s’inquiéter des frais.

storybild

Dans les lycées ou au Planning familial, les jeunes ont l’opportunité de consulter un professionnel.

Sur ce sujet
Une faute?

En attendant que la Caisse nationale de santé et la Fédération des associations représentant des psychothérapeutes au Grand-Duché de Luxembourg (FAPSYLUX) trouvent un accord commun pour le remboursement des séances thérapeutiques, des alternatives sont à disposition des jeunes patients.

«Les jeunes sont aujourd’hui plus exposés dans leur évolution personnelle. Nous avons noté qu’ils cherchent davantage à parler à un psychologue des problèmes liés au stress et à la remise en question personnelle», explique Antoinette Thill, directrice du Centre psychosocial et d’accompagnement scolaires (CePAS).

«L’accord des parents n’est pas requis»

Dans les lycées, les élèves ont l’opportunité d’établir un premier contact avec un psychologue au Service psychosocial et d’accompagnement scolaires (SePAS) qui existe dans chaque établissement. Au Planning familial, des services psychothérapeutiques sont proposés à des jeunes à partir de 14 ans. «Nous prenons soin de ne jamais mettre les mineurs sur liste d’attente», précise Danièle Maraite, psychologue et psychiatre au Planning. «C’est gratuit pour les lycéens et les étudiants. L’accord des parents n’est pas requis», dit-elle.

Le contact avec les parents ou les tuteurs légaux n’est établi que si le patient présente des traces de maltraitance ou d’abus. Il n’y a pas que les écoliers qui ont accès aux services thérapeutiques. Ça vaut aussi pour les jeunes professionnels, qui peuvent payer 0,05% de leur salaire par consultation s’ils le souhaitent.

Antoinette Thill, directrice du Centre psychosocial et d’accompagnement scolaires (CePAS) au micro de «L'essentiel Radio».

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • normal le 26.02.2019 09:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça fait partie des droits de l enfants ( droits aux soins oins appropriés) quand donc pour les adultes les remboursement cns

  • Bima le 26.02.2019 15:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux....!! Que les enfants, adolescents aillent chercher une oreille attentive à leur soucis, problèmes, doléances, mal-être... Entièrement d'accord, et à encourager.. Que les Cpas, Spos ou autres organismes n'en informe pas les parents, c'est honteux.!! De quel droit ? Ne pas informer les parents du mal-être, parfois caché de leur enfant ? Pourquoi ne pas les avertir de la consultation ? Pourquoi ?, ne pas régler en amont, le mal-être, les problèmes des enfants ? Préférable de placer un enfant en foyer, quand si il y avait eu dialogue les soucis auraient pu être applanis, voir résorbés. Graves lacunes à mon sens..... Une maman inquiète....

  • Sowat le 26.02.2019 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Natlux : +1 bien d'accord avec vous. On ne va pas chez le psy par plaisir !

Les derniers commentaires

  • Sowat le 26.02.2019 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Unicorn : le psychologue n'est pas médecin, il n'est donc pas habilité à prescrire des médicaments

  • Sowat le 26.02.2019 18:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Natlux : +1 bien d'accord avec vous. On ne va pas chez le psy par plaisir !

  • oh mamamia le 26.02.2019 16:11 Report dénoncer ce commentaire

    un psy pour Tous

  • Unicorn le 26.02.2019 15:37 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des sciences exactes, comme celles qui conduisent à des inventions techniques, et des sciences inexactes, comme celles de la santé physique, où notamment une accumulation de médicaments peuvent rendre malade. Et puis il y a les pseudo-sciences, et la psychologie en est une. Elle ne repose sur aucune expérience qui peut être répétée et elle ne sait jamais prédire un résultat. Ecarter les parents de la décision pour leur enfant de visiter un psychologue, ce qui éventuellement va entrainer la prise de médicaments aux effets secondaires souvent graves, est inacceptable.

  • Bima le 26.02.2019 15:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux....!! Que les enfants, adolescents aillent chercher une oreille attentive à leur soucis, problèmes, doléances, mal-être... Entièrement d'accord, et à encourager.. Que les Cpas, Spos ou autres organismes n'en informe pas les parents, c'est honteux.!! De quel droit ? Ne pas informer les parents du mal-être, parfois caché de leur enfant ? Pourquoi ne pas les avertir de la consultation ? Pourquoi ?, ne pas régler en amont, le mal-être, les problèmes des enfants ? Préférable de placer un enfant en foyer, quand si il y avait eu dialogue les soucis auraient pu être applanis, voir résorbés. Graves lacunes à mon sens..... Une maman inquiète....