Au Luxembourg

19 octobre 2017 08:00; Act: 19.10.2017 09:30 Print

Les accidents du travail ont fait 22 morts en 2016

LUXEMBOURG - Les chiffres des accidents du travail restent stables et le nombre d’inspecteurs pour les contrôles trop bas.

storybild

L’inspection du Travail et des Mines déploie 24 inspecteurs sur le terrain. Il lui en faudrait le double. (photo: Editpress/Hervé Montaigu)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

«"Les accidents du travail, ça n’arrive qu’aux autres" ou "ce n’est pas ma faute": ce type de mentalité est encore trop courant dans les entreprises», souligne Marco Boly, le directeur de l’inspection du Travail et des Mines (ITM), en référence notamment aux décès sur des chantiers qui se sont succédé ces derniers mois.

En 2016, 26 628 accidents au travail ont été reconnus, contre 26 516 en 2015, selon les chiffres très récents de l’Association d’assurance accidents. Sur ce total, tous secteurs confondus, 22 accidents ont été mortels, soit le même chiffre qu’en 2015.

«Il faut préciser que certains, comme des crises cardiaques, ne sont pas directement provoqués par le travail, mais malgré tout, le chiffre reste dramatique», note Marco Boly.

Une prise de conscience est donc «nécessaire», mais au niveau des contrôles aussi, on manque de moyens. «Nous avons 24 inspecteurs sur le terrain, c’est mieux que l’an dernier, où ils étaient 18. Mais idéalement, ils nous en faudrait le double».

La raison de ce déficit, «la procédure d’embauche qui est longue et compliquée, former un inspecteur prend trois ans, et les candidats sont trop peu nombreux. Nous réfléchissons à comment adapter la procédure en conséquence», explique Marco Boly.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Helmutheimat le 19.10.2017 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    Et deux de plus au Kirchberg. Le jour où l'on mettra à l'ITM des personnes réellement compétentes et non placées par piston et copinage et que ces personnes pourront réagir et prendre elles même les décisions qui s'imposent alors je suis sûr que les choses iront beaucoup mieux.

  • Vite le 19.10.2017 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut mettre des radars sur les chantiers !!!

  • MarcC le 19.10.2017 10:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bientôt plus de morts que sur les routes Que fait le gouvernement ?

Les derniers commentaires

  • pep le 20.10.2017 06:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et des caméras!

  • gonzi le 20.10.2017 06:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d'accord avec FLOFLO, la plupart des gens ne savent pas ce qu'il disent pas facile de travailler sur les chantiers ITM font comme ils peuvent

  • bof le 19.10.2017 23:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est intolérable ! Construction de Gasperich à tout prix, y compris celui d’ouvriers sous payés pfff

  • pascal le 19.10.2017 15:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    étant moi même ouvrier du bâtiment au Luxembourg je peux vous donner une solution toute simple :"allongé les delais" renseigné vous pour les delais a la cloche d'or vous serrez étonné. terminé des batiment si gros en a peine 2 ans vous imaginez vous l'exploit ? .

    • Flolo le 19.10.2017 19:22 Report dénoncer ce commentaire

      Exact voila un des gros problemes

  • anon le 19.10.2017 14:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'ai signalé un chantier dangeureux trois fois à l'ITM. L'ITM ne m'a pas répondu, ni visité le site. Aujourd'hui il y a des ouvriers sur le toit, sans mesures de sécurité. Luxembourg est un pays plein de règles mais personne ne s'intéresse a controler!