Sven Clement

08 février 2019 14:03; Act: 08.02.2019 18:26 Print

«Une vie digne, ce n'est pas que le travail de 40h»

LUXEMBOURG/FRANCE - Le député et président du Piratepartei Sven Clement a été interrogé ce vendredi matin par «France Culture» sur le positionnement de son parti.

storybild

Sven Clement a expliqué en quoi son parti se différenciait des partis traditionnels. (photo: Julien Garroy / Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

À près de trois mois des élections européennes, France Culture a réalisé un reportage sur les Partis pirates européens, qui était diffusé ce vendredi à 17h, sous le titre «Partis Pirates: Immersion dans les cyberpartis européens».

En préalable, la radio française a diffusé vendredi matin, dans son journal de 8h, l'interview de Sven Clement, le président du Piratepartei au Luxembourg. Celui qui a fait son entrée à la Chambre des députés en octobre dernier estime que son parti n'est plus confidentiel: «On a bossé pendant 10 ans pour arriver à un stade où on a un programme qui englobe beaucoup plus que les thèmes purement digitaux, et qui englobe surtout des questions sociétales très profondes.»

En outre, Sven Clement explique en quoi les Partis pirates se démarquent des partis traditionnels. «Les libéraux voulaient toujours plus de participation citoyenne, la gauche voulait toujours une vie digne pour tout le monde, estime-t-il. Ils déclinent toujours cela à travers leur vision idéologique pendant que les Pirates ont compris qu'en 2019, on ne peut plus décliner la vie digne que par un travail de 40 heures par semaine pendant 40 ans.» Le député ajoute que cette idée de vie digne doit aujourd'hui être déclinée dans un système de «précariat (NDLR: néologisme de la sociologie, formé à partir des mots précarité et prolétariat, et définissant les "travailleurs précaires" comme une nouvelle classe sociale)» et d'«autoentrepreneurs virtuels». «Nous devons trouver de nouvelles solutions aux grands problèmes historiques», conclut-il.

Le journal de 8h de France Culture du vendredi 8 février est à écouter ici. L'interview de Sven Clement commence à partir de 13'.

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ecologie now le 09.02.2019 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut changer en profondeur toute la société, le modèle de consommation, l’éducation et le travail. Si nous continuons comme cela nous courrons droit dans le mur et ce n’est pas que les enfants qui verront les catastrophes climatiques. Ce n’est pas avec des politiues douces qu’on y arrivera, il faut TOUT changer, MAINTENANT ou alors autant attraper une pelle et commencer à creuser nos tombes... Le seul probleme important c’est l’ecologie, le reste n’est que futilités.

  • lacoco le 08.02.2019 20:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    arrêtons de juger les gens dans des situations précaires. on ne connaît pas la vie des gens et leurs parcours. bien sûr il faut les aider.... travail et logement manquants. certains aimeraient retrouver un travail et un logement descente. Aidons les au lieu de les critiquer et de les laisser sur le bas côté du chemin. trop facile de voir certaines situations de haut dans son petit bureau et son salaire aisé.

  • bref le 08.02.2019 21:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lacoco : les gens dans des situations précaires sont des travailleurs . Oui de nos jours mr et mme tout le monde est dans une situation précaire

Les derniers commentaires

  • avis le 10.02.2019 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd’hui on est obligé de travailler à deux pour survivre surtout au Luxembourg

  • patience le 09.02.2019 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci . Aujourd hui on vit pour travailler ....

  • Ecologie now le 09.02.2019 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut changer en profondeur toute la société, le modèle de consommation, l’éducation et le travail. Si nous continuons comme cela nous courrons droit dans le mur et ce n’est pas que les enfants qui verront les catastrophes climatiques. Ce n’est pas avec des politiues douces qu’on y arrivera, il faut TOUT changer, MAINTENANT ou alors autant attraper une pelle et commencer à creuser nos tombes... Le seul probleme important c’est l’ecologie, le reste n’est que futilités.

    • TontonBeber le 09.02.2019 12:10 Report dénoncer ce commentaire

      Il faut encore définir ce qu'est l'écologie ...

  • jenesaispas le 08.02.2019 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on ne changera pas le capitalisme... comme on ne sauvera pas la planète... notre destin est tracé et tous le politiciens le savent... nous sommes tous dans me même bain... même les 3% qui détiennent 50% de la fortune mondiale... sans le vrai respect mutuel et les mêmes idées la politique n'ira pas très loin... attendons les prochaines votations et voyons egalement qui sera le nouveau président Américain... encore Trump?

  • bref le 08.02.2019 21:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lacoco : les gens dans des situations précaires sont des travailleurs . Oui de nos jours mr et mme tout le monde est dans une situation précaire