Au Luxembourg

23 avril 2020 06:57; Act: 23.04.2020 09:12 Print

Jusqu'à 50 000 euros pour reprendre le chantier

LUXEMBOURG - De nombreux résidents se sont plaints des «frais de sécurité» réclamés par les entrepreneurs pour reprendre les chantiers privés.

storybild

Des entreprises de construction conditionnent la reprise des chantiers au paiement d'un avenant. (photo: Editpress/Julien Garroy / Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai reçu une facture de 13 000 euros» au titre des «frais de sécurité des ouvriers! Incroyable!». Pour ce lecteur, la reprise du chantier va coûter cher. Les entreprises de construction veulent lui faire payer les masques, gels et autres éléments de sécurité. Une autre lectrice dit avoir reçu un avenant au contrat de construction de son bien immobilier. «Il s'agit d'un report de la fin des travaux, ce qui était prévisible, mais également d'un supplément par la société de construction sur les restant des travaux. La reprise des travaux est conditionnée à notre acceptation du supplément demandé!».

Contactée par L'essentiel, Monia Giampaolo, de l'Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) confirme que les plaintes ont commencé à affluer dès lundi, jour de la reprise des chantiers. «Il y en a déjà beaucoup, écrites et orales», déplore-t-elle. «Des frais supplémentaires sont demandés, ça va de 700 euros à 50 000 euros, cela dépend de l'ampleur des projets, mais les montants sont trop importants». Du coup, l'UCL recommande de «ne pas signer les avenants et de négocier les prix».

«Répercussion sur les coûts»

Les avenants font référence à une ligne directrice qui a cours en France et à un règlement grand-ducal (RGD) du 17 avril. «Mais il est mal interprété. Les avenants font référence au maître d'ouvrage, mais le RGD reste plus général et ne porte que sur les obligations des employeurs quant à la sécurité de leurs salariés. il n'y a pas de référence aux frais que le client devrait prendre en charge».

Christian Reuter, secrétaire général adjoint de la Fédération des artisans explique à L'essentiel que «les nouvelles obligations en matière de sécurité-santé ont des répercussions immédiates sur les coûts de l'équipement de protection que les entreprises mettent à disposition des salariés et, bien sûr, sur la productivité». En effet, le nombre de personnes présentes sur les chantiers est limité, de même que le nombre de passagers dans les camionnettes, ce qui augmente le nombre de trajets. Christian Reuter met aussi en avant «les gestes barrières, la logistique sur chantier, le nettoyage du matériel et des infrastructures» et l'augmentation des coûts chez les fournisseurs.

«Faute contractuelle»

«Nous ne nions pas qu'il y a des frais supplémentaires», reprend Monia Giampaolo, de l'ULC. «Mais les frais demandés sont exorbitants et sans aucune commune mesure avec les frais réels». En outre, «il n'y a pas de pièces justificatives des frais. Si c'est 200, 300 euros, les gens comprennent, mais là il ne faut pas abuser». En outre, l'ULC estime qu'il n'est pas possible de conditionner la reprise à la signature de l'avenant.

«Le contrat principal reste valable et les deux parties ont des obligations. Si le chantier ne reprend pas, il y a faute contractuelle». L'UCL est en contact avec le ministère de la Protection des consommateurs. «On va voir ce qu'on peut conseiller de plus». De son côté, Christian Reuters affirme que «les fédérations concernées vont se concerter sur ce point dans les jours à venir».

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • PUEBLO le 23.04.2020 07:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut pas prendre les gens pour des vaches à lait. Ce matin en rentrant de mon boulot, j’ai dépassé une camionette dont je ne citerais pas le nom de la société...... à l’avant il y avait trois personnes assises l’une à côté de l’autre, de plus elles ne portaient pas de masques. Alors excusez mon franc parler, mais là il y à des entrepreneurs qui se foutent royalement de leurs clients en exigeant des frais supplémentaires.

  • client le 23.04.2020 08:50 Report dénoncer ce commentaire

    L’allongement du délai pour la fin des travaux est normal et acceptable (cas de force majeur) par le fait d'un nbr plus faible d'employes par chantier . Aucun frais pour la sécurité ne peut être chargé c'est l'entreprise qui se charge de la sécurité de ses employés (sans oublier qu'elle a reçu des masques gratuits pour ceux ci. Le gel hydro n'est pas obligatoire car il y a de l'eau sur chantier et savon). le nombre d’employé par véhicule n'a pas diminuer car ils portent des masques. Il suffit de mentionner rupture de contrat et le terme "avocat" et tout change. Sans oublier de stipuler l'ITM

  • Clientmecontent le 23.04.2020 11:19 Report dénoncer ce commentaire

    Les entreprises de construction c'est la vrai mafia.

Les derniers commentaires

  • lucilinburhuc le 23.04.2020 22:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ABC123 Faux!!! Même si vous faites de la mauvaise publicité, c est de la publicité et aujourd’hui comme nous sommes tous différents, ça n a aucun impact

  • Manuelb le 23.04.2020 22:22 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis macon avec 9 ouvrier J ai calculé 3 pourcent de plus seulement pour 30 minutes perdu par jour. Il faut nettoyer la voiture les outils le poste de travail. Il faut nettoyer les mains 6 foir. Il faut pas faire la pause en meme temp. Et en plus le materiel Un maître d’ouvrage m’a dit que il avait calculé plus comme 6 Si le client refuse alors je travaille pour rien. Si les entreprise ferme alors le logement va être encore plus cher que 3ou 4 pour-cent en plus. Si les gens trouve que 21000 c’est trop pour un maison de 700000 alors le prochain va avoir 42000 en supplemen

  • kM352 le 23.04.2020 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Balancez nous les noms ! Cette crise est aussi une belle opportunité de fermer les portes de quelques patrons à la con du Luxembourg

    • Michel le 23.04.2020 22:03 Report dénoncer ce commentaire

      il faut les dénoncer !

  • Norby le 23.04.2020 18:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marco Polo je te donne raison mais tu sais un Con restera toujours un Con même en habille de moine

  • Luxo le 23.04.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Les 50.000 euros sont totalement justifies

    • Michel le 23.04.2020 22:03 Report dénoncer ce commentaire

      voleur!