Au Luxembourg

01 mars 2021 10:38; Act: 03.03.2021 14:53 Print

Le chômage partiel sera plus dur à obtenir dès mai

LUXEMBOURG - L'instrument du chômage partiel, massivement utilisé depuis un an, sera plus restrictif à compter de mai.

storybild

Le vice-Premier ministre, ministre du Travail, Dan Kersch, a fait le point sur le chômage partiel. (photo: Julien Garroy)

Sur ce sujet
Une faute?

Le chômage partiel continue à changer au fil des mois et va encore évoluer en mai. Ainsi, il n'est plus, depuis janvier, calculé pour un nombre de salariés par entreprise, mais sur un nombre d'heures de travail, pour chacune de ces entreprises. Dans ce cadre, le gouvernement distingue deux sortes de secteurs: ceux qui sont vulnérables face à la crise du Covid (horeca, tourisme, événementiel) et les autres.

Les entreprises des secteurs vulnérables pourront continuer à bénéficier du chômage partiel pour 100% des heures de travail jusqu'au printemps. Puis, en mai, ce chiffre sera ramené à 50%. En outre, elles ne pourront alors plus licencier, alors qu'elle le peuvent aujourd'hui dans une certaine mesure. Pour les secteurs non vulnérables, la possibilité de chômage partiel est diminuée de 15% des heures de travail à 10%. Et elle ne peuvent toujours pas licencier, si elle veulent profiter du chômage partiel.

151 322  salariés

«Des exceptions sont possibles», nuance toutefois le ministre du Travail, Dan Kersch, en présentant ces changements, lundi matin. «Si une entreprise montre, par un plan de maintien dans l'emploi, par un plan de redressement ou par un accord intersectoriel que les conditions ne sont pas adaptées pour elle, on peut encore augmenter le nombre d'heures de chômage partiel». Depuis la mise en place de ce système, 130 plans de maintien dans l'emploi, une trentaine de plans de redressement et quatre accords intersectoriels ont été soumis aux autorités. 

Il faut dire que depuis un an, le chômage partiel a été un instrument massivement utilisé pour tenter de maintenir les sociétés à flot. «Avant la crise, 18 entreprises par mois demandaient le chômage partiel et nous payions 635 000 euros par mois», se souvient le vice-Premier ministre. Depuis mars 2020, les montants payés oscillent entre 8 et 49 millions et 151 322 salariés, un «chiffre énorme», de 15 379 entreprises ont bénéficié du chômage partiel. Le secteur du commerce arrive en tête (3 020 entreprises et 27 514 salariés), devant la construction (2 400 entreprises, 27 930 salariés) et l'horeca (1 849 entreprises, 18 718 salariés).

«Charge psychologique»

En un an, l'État a déboursé, en tout, 985,3 millions d'euros, dont 580,6 millions étaient réellement dus. La différence s'explique par les montants versés en trop dans les quatre premiers mois de la crise, lorsque le chômage partiel était avancé, et non remboursé. «Nous avons payé 396,3 millions d'euros en trop, et en avons déjà récupéré 364,8», précise le ministre. «Il reste 31,5 millions qui n'ont pas été remboursés, malgré trois ou quatre relances à des entreprises dont certaines ne sont pas très concernées par la crise. On ne va plus attendre, après le 4e rappel, on va récupérer cet argent par les moyens dont nous disposons».

Mais au-delà des chiffres, Dan Kersch évoque les difficultés humaines liées à la crise. «Il y a une charge psychologique, quand on est au chômage partiel. On a des craintes pour soi et sa famille, pour l'avenir. Ce n'est pas du congé supplémentaire. Les indemnités sont liées à des conditions très strictes, il faut être disponible à tout moment. La plupart des gens qui sont au chômage partiel y renonceraient immédiatement».

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tome le 02.03.2021 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Taxons les retraités pour qui tout cela est fait pour financer le chômage partiel. C est à eux de payer.

  • Joker 7 le 02.03.2021 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si on dois payer il faut commencer à payer les fonctionnaires au salaires normal.Enlever les primes de chef de famille et les lundis payé pour les kermesses au villages.Faire travailler les fonctionaires 8h par jour et non 2 h par jour et arreter de voir 5 personnes autour les un des autres pour viser une vice.Je suis pret à payer le covid oui mais alors plus pret a payer ses praleurs qui veulent que travailler pour l'etat a prix d'or.je suis sur si on commencera à payer le covid il y aura des peditions signer pour réduire les salaires des fonctionaires et des signatures il y en aura .

  • Majio secher le 02.03.2021 02:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui c'est sûre, ce qui n'est pas normale que les grosses entreprise font travailler leurs employé, et les mettent lors de leurs repos en chômage économique, et dégage une partie de leur cdd!

Les derniers commentaires

  • manga le 02.03.2021 21:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    personnellement j'attends toujours la baisse des impôts pour célibataires, les loyers n'ont pas baissé et le coût de la vie non plus

    • dada le 03.03.2021 09:35 Report dénoncer ce commentaire

      il n'y aura pas de baisse pour les célibataires mais plustôt une augmentation pour les autres.

  • Tome le 02.03.2021 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Taxons les retraités pour qui tout cela est fait pour financer le chômage partiel. C est à eux de payer.

  • MOI etmoi le 02.03.2021 19:50 Report dénoncer ce commentaire

    OK, J acepte de recevoir 50%, en chomage parciel si: Tousles politiciens , les gros fenions fonctionaire public, qui il y en a des bosseur, ect ....., ou alors je vais devoir, voler, les sac a mains, pompe a essece, ect ...., je ne perd pas grand chose en ce moment, je suis deja presque comme en prison, mes 2 enfants ne vont pas payer vos co.....ie OK. Faite ATTENTION a que que vous allez faire, le GOVERNEMENT du GDL, je suis en chomage parciel, il y a pas de client, vous avez aidée ok; mais il faut ou on OUVRE TOUT, ou alors, pas de 50%, si vous le gagner; ok j acepte. Bien avous, MOI

  • Force jaune devant marron derrière le 02.03.2021 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux. Nos politiques ont tué et tuent plus que le coronavirus . Nous, gueux, remercions nos seigneurs d’avoir imposé cette dictature sanitaire.

  • merci messieurs les politiques le 02.03.2021 17:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement laisse tomber le petit peuple. Des crevards sans sous, cela n'apporte pas de manne financière. Par contre le nombre de nos ministres et de leur coure est au plus haut.