Alerte au Luxembourg

01 juillet 2020 20:10; Act: 01.07.2020 18:54 Print

13 espèces de papillons ont disparu du pays

LUXEMBOURG - Depuis 1960, le nombre d'espèces de papillons pollinisateurs dans le pays est passé de 99 à 83. La situation est «préoccupante» pour les insectes en général.

storybild

La situation des insectes pollinisateurs est très préoccupante au Luxembourg. (photo: Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

«La situation des insectes pollinisateurs est très préoccupante au Luxembourg», avance sans détour la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg, mardi. Comme en décembre dernier, les autorités alertent sur les analyses scientifiques qui mettent en lumière la disparition de certaines espèces qui s'accentue depuis plusieurs décennies. Ainsi, entre 1960 et aujourd'hui, 13 espèces de papillons de jour ont disparu du paysage. «Tandis que 99 espèces étaient observées au Luxembourg avant 1960, elles n’étaient plus que 83 espèces durant la période 2010-2016», explique la ministre.

Une telle analyse détaillée n'est pas encore possible concernant les 340 espèces d'abeilles sauvages et les 180 espèces de syrphes, mais la tendance pourrait bien être aussi alarmante. Déjà parce qu'elle est une réalité en Belgique ou encore aux Pays-Bas, à deux pas du Grand-Duché. Un déclin «attribué en grande partie à des changements de l’occupation et de l’utilisation des sols» détaille Carole Dieschbourg dans une réponse parlementaire.

8,2% de pertes hivernales, sur la bonne voie

Pour faire face et depuis 2010, le gouvernement a mis en place un système de surveillance à l'échelle nationale, et travaille avec ses homologues européens. Entre autres objectifs à l'horizon 2030, un plan avec «plus de 70 actions, qui répondent à 18 objectifs», a été élaboré de façon participative et devrait pouvoir être mis en oeuvre dès janvier 2021. «La diversification des cultures, la réduction des produits phytopharmaceutiques ou l’extension des prairies contribuent à l’amélioration des habitats naturels», selon la ministre.

En parallèle, les 438 apiculteurs recensés dans le pays cette année ont fait évoluer leurs méthodes de travail, notamment pour lutter contre les parasites. Conséquence directe, les 7 394 ruches du territoire ont enregistré 8,2% de pertes l'hiver dernier, le taux le moins élevé de pertes hivernales depuis 2014.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • veritis le 02.07.2020 07:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la situation est celle voulue par un gouvernement "béton". 1 million d'habitants sont souhaité. résultat, on rase des forêts, inonde des champs avec du béton. on continue la pollution des eaux et sols par les usines et l'exploitation agricole..... si non, tout va très bien, madame la marquise.

  • Mr Papillon le 02.07.2020 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Certes il y a une perte de diversité et cela est déjà dramatique en soit mais on ne parle pas du déclin du nombre d insectes volants . En 30 ans, les populations d insectes ont chutées de 80 pourcents et cela meme dans des réserves naturelles. Cela signifie que la vie s effondre à tous les niveaux. Ces observations je les ai vues de mon vivant . Ce sujet devrait faire la une de tous les journaux mais non les gens pensent que ce ne sont que des betes sans intérets. Mesdames, messieurs nous ne serions simplement pas là sans eux.

  • Realux le 01.07.2020 20:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec 70 % d'arbres malades au Luxembourg, les insectes sont forcément moins nombreux, les espaces verts non tondus sont la meilleure solution, maintenant avec les chasseurs et le tot de dyoxide de carbone galopant...les insectes ne sont pas aidés .

Les derniers commentaires

  • Naturaliste le 02.07.2020 20:23 Report dénoncer ce commentaire

    Et puis, il fait si sec, ces derniers printemps... Peut-être que les œufs de papillons dessèchent ou qu'il fasse trop sec pour la chrysalide... Mais où sont les études des entomologistes sur le sujet ??? On parle toujours de pesticides, mais depuis des années, les villes et communes ont cessés d'en mettre.

  • Naturaliste le 02.07.2020 20:12 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait être aveugle ou très jeune pour ne pas remarquer à quel point les papillons sont devenus rares. "Avant", il y en avait plusieurs sur les fleurs du jardin, alors qu'aujourd'hui ils sont absents, sauf les papillons blanc-jaune du chou. Et les chenilles de même. A mon avis, c'est le dérèglement des dates où les feuilles sortent au printemps des diverses plantes. L'ordre des plantes et les dates ne sont plus du tout les mêmes.

  • Observer le 02.07.2020 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hier le proactif a rasé toute la bande d'herbe á coté de la rue avec une bande d'ignorants sans masques avec des engins très bruyants!

  • Diukdiuk le 02.07.2020 15:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup a dire sur les grands ecarts de ce ministère. Une demande d’autorisation pour un abri pour chevaux dans une prairie a pris 8 mois, entre temps les animaux étaient sans , oui une haie et quelques arbres . L’urgence avait été signalée lors de la demande. Entre temps, non loin de la, un permis de bâtir d’une residence de 8 appartements a été accordé en 4 semaines... cherchez l’erreur ! 2 poids deux mesures

  • Mr Papillon le 02.07.2020 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Certes il y a une perte de diversité et cela est déjà dramatique en soit mais on ne parle pas du déclin du nombre d insectes volants . En 30 ans, les populations d insectes ont chutées de 80 pourcents et cela meme dans des réserves naturelles. Cela signifie que la vie s effondre à tous les niveaux. Ces observations je les ai vues de mon vivant . Ce sujet devrait faire la une de tous les journaux mais non les gens pensent que ce ne sont que des betes sans intérets. Mesdames, messieurs nous ne serions simplement pas là sans eux.