Main-d'œuvre manquante

02 novembre 2017 08:00; Act: 02.11.2017 09:33 Print

14,3% des artisans du pays sont luxembourgeois

LUXEMBOURG - L'artisanat fait face à une pénurie de main-d'œuvre, notamment due à un déficit d'attrait des nationaux pour ces métiers.

storybild

Le bâtiment et le génie civil font face à un manque de main-d'œuvre.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Avec 4 500 nouveaux emplois créés l'année passée, l'artisanat constitue un des moteurs de l'économie luxembourgeoise. Un moteur qui manque toutefois d'ingrédients pour pouvoir fonctionner à plein régime. Ainsi, selon le listing de la Chambre des métiers, les entrepreneurs du bâtiment et du génie civil, les peintres et les installateurs électriques sont les trois corps de métier qui manquent le plus de main-d'œuvre.

Parmi les raisons invoquées, la Chambre des métiers cite une mauvaise adéquation entre les filières choisies par les apprentis et les besoins réels, mais aussi une certaine dévalorisation des métiers manuels dans l'orientation. Force est de constater aussi que l'artisanat demeure relativement boudé par les nationaux. Sur les 84 383 personnes salariées dans l'artisanat, seuls 12 032 sont des Luxembourgeois (14,3%), selon les chiffres de la Chambre des métiers.

Le gros des troupes est composé de résidents de nationalité étrangère et de frontaliers. Ainsi, les non-Luxembourgeois représentent quelque 85,7% des ouvriers et employés de l'artisanat, soit 72 351 personnes. On pourra également noter que 40 936 personnes (48,5%) passent la frontière tous les jours pour venir travailler dans le secteur.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mimile le 02.11.2017 08:15 Report dénoncer ce commentaire

    Les luxembourgeois qui ont la formation d'artisan requise finissent souvent par trouver une place dans une commune (ouvrier communal ou autre), mieux payée et avec plus de sécurité d'emploi, au lieu de travailler dans le privé où ils sont en concurrence avec la main d'œuvre étrangère. Plus généralement, en gros, sur les 400.000 emplois du pays, 200.000 sont occupés par des frontaliers, 100.000 sont occupés par des résidents étrangers et seulement 100.000 sont occupés par des luxembourgeois, soit 25% du total, avec de fortes disparités suivant les secteurs d'activité.

  • La Faute à L'Etat le 02.11.2017 08:07 Report dénoncer ce commentaire

    Les nationaux? Ils sont dans la fonction publique...On se demande pourquoi... L'Etat a donné des ponts d'or, alors maintenant il ne faut pas se plaindre que les gens ne veillent pas aller ailleurs...

  • Place à prendre le 02.11.2017 08:09 Report dénoncer ce commentaire

    Pas grave, belge, français, allemand sont là pour entreprendre et faire du bussiness ;-)

Les derniers commentaires

  • Dodo le 02.11.2017 19:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les fonctionnaires travail comme tout le monde, des défaillants il y en a partout et quand je lis votre commentaire. je me pose la question.

  • c'est aussi une vérité et réalité le 02.11.2017 15:05 Report dénoncer ce commentaire

    Et mon neveu ne trouvait pas de boulot comme mécanicien industriel parce qu'il ne parle pas la langue suppl, courante dans le bâtiment et l’auto mécanique. Maintenant il travaille dans une boîte para-étatique qui ne demande pas de langues suppl.

  • Lulu le 02.11.2017 14:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les étrangers et les frontaliers ont besoin du Luxembourg, mais le Luxembourg a aussi besoin d'eux tous.

    • albert le 02.11.2017 16:44 Report dénoncer ce commentaire

      A la vitesse où tout ce dégrade commercialement parlant, je ne sais pas si les étrangers et les frontaliers vont continuer à investir dans notre beau pays....! pour ma part, je ne le ferai plus...! Pas assez rentable financièrement...!

  • Fruppsi le 02.11.2017 13:26 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème est la croissance sans limite que connait notre pays. S'il y avait moins de croissance on aurait besoin de moins de mains-d'oeuvre

  • cera le 02.11.2017 12:26 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas comment ont passe d'un sujet sur l'artisanat....à nouveau....aux fonctionnaires. Le sujet c'est l'artisanat. Pour beaucoup de gens ce n'est pas (malheureusement) une question de choix. Si tu peux faire médecin, tu ne vas pas faire maçon ni carreleur. La fonction publique n'est pas "le dernier choix" comme pour beaucoup de gens qui travaillent dans l'artisanat. Je n'ai pas encore croisé beaucoup de coiffeurs qui auraient pu faire BAC+8. Vous si??? Ce n'est pas méchant mais c'est une réalité.