Témoignage au Luxembourg

18 mai 2017 11:56; Act: 19.05.2017 13:32 Print

«Depuis que j'ai arrêté le gluten, je revis»

LUXEMBOURG - À l'occasion du mois de la sensibilisation à l'intolérance au gluten, Marie-Laure - qui a vécu 28 ans sans savoir de quoi elle souffrait - témoigne.

storybild

Au Luxembourg, on estime qu'entre 800 et 1 600 personnes souffrent d'intolérance au gluten. (photo: DPA)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Vous êtes tout le temps fatigué, vous avez souvent des problèmes de digestion, des diarrhées ou encore des nausées? Vous faites peut-être partie des 1% de la population européenne qui souffre de maladie cœliaque, plus connue sous le nom d'intolérance au gluten. Au Luxembourg, on estime qu'entre 800 et 1 600 personnes souffrent de cette intolérance aux glutens et protéines assimilées contenus dans de nombreuses céréales (blé, seigle, orge, épeautre, avoine). Cette affection permanente entraîne une destruction progressive du petit intestin. Depuis quelques années, médias, blogs et supermarchés ne jurent que par le sans-gluten. Une mode certes, mais un vrai handicap pour les malades. Ce n'est pas Marie-Laure, qui dira le contraire.

«J'ai découvert mon intolérance il y a cinq ans et depuis que j'ai changé de régime alimentaire je revis. Avant ça, j'avais des douleurs chroniques à l'estomac, des crampes, des brûlures, des maux de tête... et le pire c'était les douleurs dans les os de la cage thoracique. Et j'étais tout le temps fatiguée, j'étais presque dans un état dépressif», raconte cette jeune maman de 33 ans. Si elle remange du gluten, la «douleur revient tout de suite». «Et après, c'est reparti pour six semaines de diarrhées et des fortes douleurs».

«Ne pas savoir de quoi je souffrais, c'était dur à vivre»

Marie-Laure peut «remercier» une intoxication alimentaire au saumon. Car c'est grâce à elle qu'elle a été diagnostiquée. «La maladie s'est déclarée suite à cela. Et comme après l'hospitalisation les douleurs ne sont pas passées, j'ai fait des tests plus poussés». Marie-Laure a alors découvert qu'elle avait une prédisposition génétique à la maladie cœliaque. «Si cette maladie était plus connue à l'époque j'aurais été diagnostiquée plus tôt. Car les symptômes ont toujours été là. Le pire dans ma vie d'avant c'était, certes, la douleur perpétuelle mais c'est surtout le questionnement perpétuel. Ne pas savoir de quoi je souffrais, c'était dur à vivre».

C'est d'ailleurs pour médiatiser davantage la maladie et la façon de vivre avec que la jeune femme tient le blog marielolfashionglutenfree. La Française installée depuis 10 ans au Luxembourg y donne des bonnes adresses et des recettes sans gluten. Elle fait également partie de l'Association luxembourgeoise des intolérants au gluten (ALIG), qui existe depuis 20 ans et qui réunit 450 malades. «Il est important de se faire diagnostiquer et de pouvoir mettre un nom sur ses douleurs chroniques. Les tests sont de plus en plus fiables, il ne faut pas hésiter. Par exemple, si vous voyez que votre bébé ne grossit pas, qu'il mange très peu et qu'il est peu vif, c'est peut-être une maladie cœliaque», souligne André Chaussy, secrétaire général de l'ALIG.

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Veritas le 18.05.2017 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis content pour cette Madame qui a été diagnostiquée à temps. Malheureusement, beaucoup de personnes décident de ne pas manger de gluten à cause d'un certain "effet de mode" ou d'une "prévention", ce qui conduit à une alimentation plus malsaine. De plus, cela enlève parfois la crédibilité aux gens souffrant réellement d'une maladie coeliaque.

  • Nomi le 18.05.2017 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    A mon avis la cause de cette maladie provient des champs et cultures traités avec des herbicides, pesticides et engrais chimiques. Du champs, ces substances passent directement à l'alimentation. A voir aussi l'alimentation du bétail dont nous mangeons la viande alimentée avec du soja américain . Pourquoi le bétail est nourri en intérieur avec que du fourrage sec. Pourquoi on ne voit plus que très peu de bétail en pâture ?????

  • fabilus le 18.05.2017 16:41 Report dénoncer ce commentaire

    les cereales ont été modifiées et ce depuis longtemps . Modifiées pour un plus grand rendement et pour éviter les maladies . Le gluten, cette matière "collante" n'était pas si importante que maintenant et les allergies sont apparues elles aussi avec le temps . Le rendement, c'est tout ce qui compte, la santé est secondaire et ce, pour quasiment tout . On impose ces graines aux agriculteurs, qui dans le temps les prenaient de leurs propres cultures . C'est quand même grave et personne ne nous protège vraiment . Comme le thé, 6 sur 8 ont un taux de pesticides élevés etc . Triste.

Les derniers commentaires

  • shooter le 19.05.2017 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le gluten est rarement la cause d'une intolérance réelle. pour produire vite et pas cher on fabrique du blé de très mauvaise qualité. lors de la fabrication des farines, on retire une partie du gluten que l'on réinjecte pour quelle pain prenne vite en masse et en volume. On a donc tout le cocktail pour avoir du pain bas de gamme qui gonfle vite et qui provoque mots de ventre et autres soucis gastriques. évitez le mauvais pain et les mauvaises farines. prenez des pains à levée lente

  • Relativisons! le 19.05.2017 12:48 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas confondre "intolérance" et "agent pathogène" svp! En aucun cas le gluten est un agent pathogène, il n'est pas nuisant pour la santé, tout comme les cacahuètes par exemple. Certaines personnes développent des intolérances, oui, mais ce n'est pour cela que le produit en cause est un poison! Par exemple certaines personnes sont intolérante à l'eau et cela n'en fait pas un poison pour autant! Puis 1%, bon...c'est pas énorme hein?! Et si on parlait de la dépendance au sucre?....on est à combien de %? Et combien cà coûte à sécu et à la société tout cà? Sûrement bien plus que le gluten!!!

  • glutenfree le 19.05.2017 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    Les médecins rigolent quand on leur dit qu'on pense être intolérant ... : "c'est à la mode blablabla" je parle de vécu. Alors que je suis vraiment intolérante depuis plus de 10 ans. Le diagnostique est lourd ... biopsie etc

  • tania le 19.05.2017 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c'est que les médecins souvent ne demande même pas au patient de faire les examens nesaisaire puisque notre bonne CNS ne les couvre pas c'est au patient de les payer à 100% et malheureusement pas tout le monde peux se le permettre! et sur il faut aussi avoir un bon médecin! bonne chance à tout les gens qui ont des intolérance alimentaire pk il n'y a pas que celle du gluten il y en a beaucoup plus et c'est très embarasent de changer tout un style de vie!

  • annaleto le 18.05.2017 23:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La personne qui m'a sauvée Moi est bien le dr Mussi !!