Programme du CSV

18 juillet 2018 12:57; Act: 21.08.2018 14:17 Print

Une taxe contre la spéculation immobilière

LUXEMBOURG - Le premier parti d'opposition, le CSV, a fait le pari de présenter son programme électoral pour les législatives en trois parties.

storybild

Claude Wiseler est la tête de liste du CSV. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

Sur ce sujet

Le parti de Claude Wiseler, la tête de liste du CSV, a choisi de se démarquer de ses concurrents en cette année électorale. Il présentera son programme électoral en plusieurs étapes d'ici le mois de septembre, avant de lancer sa campagne à la rentrée scolaire. Ce mercredi, le CSV s'est donc focalisé sur le logement, l'organisation territoriale, les pensions, la santé et quelques volets économiques. On retiendra donc de cette présentation que les communes devraient avoir plus de compétences à l'avenir mais qu'en contrepartie les plus modestes devront fusionner. Dans le même ordre d'idées, les bourgmestres seront professionnalisés et ce mandat ne sera plus compatible avec celui de député.

Concernant le logement, le CSV a fait le constat que la taxe communale sur les logements vides et les terrains constructibles laissés en friche n'était pas viable. «Nous proposons une taxe nationale sur les terrains et les logements vides afin de couper court à la spéculation», a fait savoir Claude Wiseler. Quel sera son montant? «Nous avons plusieurs modèles en tête mais ce n'est pas encore tranché». Cette taxe devrait permettre de libérer du foncier pour réaliser de nouveaux logements. Le CSV veut soutenir les promoteurs publics dans la mise en location de nouveaux logements sociaux.

Le salaire social minimum sera également revalorisé en augmentant le premier seuil d'imposition. «Pour une personne en classe 1 cela représenterait une augmentation de revenu de 67 euros nets», a détaillé la tête de liste des chrétiens-sociaux. Enfin, interrogé sur la volonté du CSV de revenir sur plusieurs réformes menées par l'actuelle majorité, Claude Wiseler a souligné «qu'il n'est pas question de revanche, mais sur certains dossiers nous voulons apporter des améliorations». Les premiers chantiers visés seront la réforme du divorce et l'introduction du Revis.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 18.07.2018 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    M.Wiseler veut taxer les propriétés immobilières pour les forcer à les rendre/vendre aux promoteurs pour que ceux-ci puissent en profiter. Notamment quand on compte le nombre de membres du CSV dans les commission des communes, quand leur conjoint exerce une profession dans l'immobilier.

  • Blabla le 19.07.2018 00:39 Report dénoncer ce commentaire

    Si on me taxe ... je vais vendre plus cher!

  • Benni le 18.07.2018 23:17 Report dénoncer ce commentaire

    Non merci, nous on a assez de taxes.Mettez les impôts sur 100% du revenu des députés.

Les derniers commentaires

  • Nomi le 19.07.2018 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    Faut-il taxer les bénéfices des promoteurs ? Ce sont les promoteurs qui dirigent les petites sociétés de constructions dans la faillite !

  • Marc le 19.07.2018 11:38 Report dénoncer ce commentaire

    Des taxes empirent la situation. Il faut augmenter le périmètre à bâtir. Si les propriétaires ne veulent pas construire sur leur terrain, un espace vert en agglomération fait toujours du bien. Le seul moyen pour réduire le prix des terrains à bâtir est d’en mettre à disposition en surabondance.

    • Nomi le 19.07.2018 13:35 Report dénoncer ce commentaire

      Mais les terrains sont limités à cause de la taille du pays. Seule solution : construire en hauteur (10-12 étages).

    • Sven le 19.07.2018 17:55 Report dénoncer ce commentaire

      Les députés ne veulent pas réduire les prix des terrains à bâtir comme ils sont tous propriétaires.

  • Blabla le 19.07.2018 00:39 Report dénoncer ce commentaire

    Si on me taxe ... je vais vendre plus cher!

  • Benni le 18.07.2018 23:17 Report dénoncer ce commentaire

    Non merci, nous on a assez de taxes.Mettez les impôts sur 100% du revenu des députés.

  • P. S. le 18.07.2018 22:26 Report dénoncer ce commentaire

    Les modèle CSV est devenu obsolète, Le Luxembourg n' a pas besoin de CSV se serait un retour en arrière. Même si souvent critiqué, notre actuel gouvernement peut se vanter de nombreux projets qui ont vu le jour lors de cette période de législation.