Luxembourg

09 août 2016 11:33; Act: 09.08.2016 15:39 Print

150 nouveaux instits pour les troubles scolaires

LUXEMBOURG - Le gouvernement veut aider les parents en renforçant la prise en charge des enfants atteints de troubles du langage et de l'apprentissage.

storybild

Entre 5 et 10% de la population scolaire serait atteinte de trouble «dys» au Luxembourg. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Au Luxembourg, il est estimé qu'entre 5% et 10% de la population scolaire est atteinte d'un trouble dit « dys » (dyslexie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie, etc.). Ceux-ci génèrent des difficultés d'apprentissage. Et la prise en charge des enfants qui en sont atteints peut s'avérer coûteuse. Le gouvernement a donc décidé d'intensifier ses efforts avec notamment la création de 150 nouveaux postes supplémentaires d'instituteurs experts dans la scolarisation des enfants à besoins spécifiques.

C'est ce qu'indiquent les ministres de l'Éducation nationale et de la Sécurité sociale à la députée LSAP, Claudia Dall'Agnol, qui veut savoir comment l'État soutient les parents de ces enfants. Au-delà des nouveaux postes, il est aussi prévu de «renforcer considérablement l'offre en formation continue touchant la problématique «dys», en thématisant ce sujet de manière approfondie dans le cadre du nouveau stage d'insertion professionnelle des futurs instituteurs», précisent Claude Meisch et Romain Schneider. Enfin un centre de diagnostic, conseil, prise en charge, formation continue et recherche doit être mis en place.

Mieux coordonner les traitements

À l'heure actuelle, l'État participe financièrement aux cours d'appui pour alléger le coût supporté par les parents. Pour 2016, une enveloppe de 52 250 euros est prévue. Pour ce qui est des structure privées, 147 enfants bénéficient d'une prise en charge financée par forfaits par l'Office national de l'enfance (ONE).

En matière de traitements, les ministres admettent qu'actuellement aucune des nomenclatures des actes et services pris en charge par l'assurance maladie ne prévoit un traitement spécifique pour les enfants et jeunes souffrant des troubles de l'apprentissage. Ce sont les prestations individuelles qui sont remboursées. Les autorités réfléchissent donc à une approche transparente et mieux coordonnée.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MarcC le 09.08.2016 16:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cela est une très bonne mesure, nos enfants sont l'avenir de notre société. Bravo

  • Parent de dys le 11.08.2016 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de bla bla de personnes qui manifestement ne connaissent pas le sujet. Ayant un enfant avec une dys remarquée assez tôt, j'ai été consterné par le peu d'informations chez les enseignants et la carence quasi totale d'aide et ce qui est prevue maintenant est largement en dessous des besoins réels. En dehors du Lux il existe un enseignement spécialisé pour ces enfants qui est bien plus efficace que quelques heures de soutien se pratiquant ici. Aucune chance que mon enfant revienne dans le cursus luxembourgeois.

  • Lulu le 09.08.2016 17:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est une très bonne chose ! Bravo. Mais que fait le gouvernement pour également garder et prendre en charge les "bon" élèves. De plus en plus de ces élèves quittent le système luxembourgeois pour aller dans le privé. Il y a de plus en plus de besoins spécifiques dans les écoles (handicap, comportement, faiblesse, nouveaux arrivants, inclusion, etc). Comprenez moi bien. Je suis pour la mixité, mais à force de n'investir que pour les élèves ayant des besoins spécifique le pays s'orientera indéniablement vers un système à deux vitesse, avec les élèves les plus doués qui quitteront le système public. Que compte faire le gouvernement pour garder tous les élèves dans le système public et assurer une vrai mixité sociale?

Les derniers commentaires

  • Parent de dys le 11.08.2016 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de bla bla de personnes qui manifestement ne connaissent pas le sujet. Ayant un enfant avec une dys remarquée assez tôt, j'ai été consterné par le peu d'informations chez les enseignants et la carence quasi totale d'aide et ce qui est prevue maintenant est largement en dessous des besoins réels. En dehors du Lux il existe un enseignement spécialisé pour ces enfants qui est bien plus efficace que quelques heures de soutien se pratiquant ici. Aucune chance que mon enfant revienne dans le cursus luxembourgeois.

  • ffm le 10.08.2016 15:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi il ne garde pas les enfants à difficultés dans les écoles normales et ils font déplacer les enseignants compétant pour les aider !!!?

  • Une évidence le 10.08.2016 10:04 Report dénoncer ce commentaire

    Troubles du langage, de l'apprentissage? Forcement, tous les enfants ne sont pas faits pour apprendre 3/4 langues avant leurs 10 ans. C'est comme si on voulait leur apprendre 3/4 sports différents avec un minimum de maîtrise avant leurs 10 ans : tous ne sont pas faits pour et cela parait évident! Alors pourquoi insiste-t-on autant pour les langues? Cela ne rend pas le monde meilleur, au contraire. Alors arrêtons cette gabegie, ravalons cette fierté inutile, et avançons. Qui sait peut-être nos enfants s'en porteront mieux.

    • AlaZ le 10.08.2016 14:15 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas que pour les langues. Le but semble que les élèves deviennent des "produits" conformisés et dépourvus de la capacité à penser et innover à force d'apprendre par cœur. On en fait des robots en appliquant des standards uniformisés. Mal organisé, tout comme le monde dans lequel nous vivons...

  • moi moi le 10.08.2016 08:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est une mesure liée à la reforme de la fonction publique. Ils devaient bien trouver des postes à responsabilité aussi dans les écoles. Les mesures "dys" existent depuis belle lurette mais étaient sous la responsabilité de chargés de cours.

  • Catherine le 10.08.2016 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avons un centre de logopedie qui a ete construit pour des millions d euros tout neuf ou sont occupes des logopades pour aller depister les problemes des enfants dans les ecoles dans tout le pays il y a des bureaux partout dans le pays donc pourquoi depenser encore et les logopades sont formes seront elles au chomage

    • Klein le 10.08.2016 10:06 Report dénoncer ce commentaire

      Parce-que le centre de logopédie s'occupe déjà de plus de 6000 élèves et a atteint les limites de ses ressources.