Commentaires au Luxembourg

29 juin 2017 13:54; Act: 29.06.2017 14:27 Print

Facebook, sans réaction face à la haine raciale

LUXEMBOURG – Un Luxembourgeois poste des messages de haine raciale sur Facebook. Que font les réseaux sociaux pendant que la justice enquête?

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Les incendies de forêts au Portugal ont fait 60 victimes dont certaines sont mortes carbonisées dans leurs voitures. Mais ces événements n'ont pas éveillé la compassion de tout le monde. La semaine dernière, un utilisateur de Facebook a publié des propos racistes au sujet des incendies dans les commentaires, soulignant un article de L'essentiel. Son profil personnel fait également état de haine raciale envers les étrangers et de menaces de violence, allant jusqu'au salut nazi et à un hymne interdit.

Pour l'heure, difficile de dire s'il s'agit d'une personne ou d'un compte fictif. En tout cas, les commentaires sont discriminatoires et contraires à la loi. L'essentiel a signalé l'auteur à Bee Secure, ainsi qu'à Facebook. Mais on peut se poser la question de savoir si les mécanismes de sécurité, souvent cités en exemple, fonctionnent effectivement.

Facebook reconnaît s'être trompé

Manifestement non. Car, au lieu de réagir par la suppression du compte en question, Facebook a rétorqué par ce message grotesque: «Nous avons analysé le profil et constaté qu'il ne transgressait aucune de nos normes communautaires». Bee Secure, de son côté, explique que le cas a été remis aux mains de la justice. Henri Eippers, porte-parole du parquet, affirme: «L'enquête est en cours. Les commentaires pourraient constituer une infraction au paragraphe 457-1 du code pénal». Le texte rejette toute forme de discrimination et autorise des peines pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement.

Ce n'est qu'après de multiples demandes de la presse que Facebook a finalement supprimé le profil douteux. La société a reconnu s'être trompée: «Chaque semaine, nos équipes analysent des milliers de messages. Il est regrettable de constater que des erreurs se produisent occasionnellement. Nous sommes conscients de la frustration que celles-ci peuvent engendrer».

(Tobias Senzig/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • JeanMertert le 29.06.2017 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Les maux du siècle : Google, Facebook, Telegramm. On peut facilement se passer des 3

  • fesbook le 29.06.2017 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    il est evident que si Facebook avait quoique ce soit comme filtre éthique et moral, on ne verra pas tous ces cas de suicide, harcelement, insulte, menace,etc...

  • Tom le 29.06.2017 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je signale régulièrement des commentaires haineux, et en effet, ils sont souvent très lent, voir ignorent les signalements. Facebook m'a d'ailleurs laissé savoir que publier des photos gores de cadavres humains ne violait pas leur conditions d'utilisation. Bravo.

Les derniers commentaires

  • Angie le 29.06.2017 23:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci l'essentiel

  • Tom le 29.06.2017 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je signale régulièrement des commentaires haineux, et en effet, ils sont souvent très lent, voir ignorent les signalements. Facebook m'a d'ailleurs laissé savoir que publier des photos gores de cadavres humains ne violait pas leur conditions d'utilisation. Bravo.

  • JeanMertert le 29.06.2017 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    Les maux du siècle : Google, Facebook, Telegramm. On peut facilement se passer des 3

  • fesbook le 29.06.2017 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    il est evident que si Facebook avait quoique ce soit comme filtre éthique et moral, on ne verra pas tous ces cas de suicide, harcelement, insulte, menace,etc...

    • Olieef le 29.06.2017 15:54 Report dénoncer ce commentaire

      Si Facebook avait tout ca ils auraient moins d'utilisateurs qui publieraient pour dire ce qu'ils pensent et ils gagneraient moins de fric....