Tensions diplomatiques

18 juillet 2017 09:39; Act: 18.07.2017 10:48 Print

Asselborn en remet une couche sur la Pologne

LUXEMBOURG – Le ministre des Affaires étrangères a dénoncé une nouvelle fois le tour de force du gouvernement polonais contre «la démocratie et l’État de droit».

storybild

Ce n’est pas la première fois que le ministre luxembourgeois dénonce les pratiques du gouvernement polonais. (photo: AFP/John Thys)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

«La démocratie, l’État de droit et les droits de l’homme sont bafoués par ce gouvernement», a indiqué mardi, Jean Asselborn, dans l’émission «Morgenmagazin» sur la ZDF. «Si la Pologne voulait adhérer à l’UE aujourd’hui, on lui dirait qu’elle ne répond pas aux critères européens». Si tous les pays «piétinaient la solidarité et l’État de droit», alors il n’y aurait plus d’Europe, a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que le ministre luxembourgeois dénonce les pratiques du gouvernement polonais. Fin février, il disait déjà que «la Pologne de Jaroslaw Kaczynski ne pourrait plus prétendre à l’adhésion à l’Union européenne». L'ambassade de Pologne au Luxembourg était alors montée au créneau pour dénoncer des «stéréotypes superficiels sur la situation en Pologne».

Le parlement polonais a adopté deux lois controversées ces dernières semaines dont l’une prévoit un plus grand contrôle du gouvernement sur la nomination des juges. Lundi, les présidents des cinq grands groupes du Parlement européen ont appelé à la résistance face aux mesures du gouvernement polonais. Ils craignent un «affaiblissement significatif de l’indépendance et de l’impartialité de la justice polonaise».

(MC/L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Opinion maker le 18.07.2017 12:29 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'il soit dans la raison ou pas, il faut quand même se méfier quand Mr Asselborn émet ses opinions. Je ne comprends pas comment sur quelle base il puisse sortir des phrases aussi tranchantes et populistes. Il en a l'habitude, d'ailleurs. En tant que Ministre des Affaires étrangères de l'EU, on devrait s'attendre à un peu plus d'épaisseur politique dans les déclarations publiques. C'est peut-être ce qui manque le plus aux institutions européennes des nos jours.

  • Lux le 18.07.2017 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C Cela s'appelle un élargissement (2004) trop vite construit !!!! A quoi devons nous nous attendre encore avec les autres pays ?

  • chauffard le 18.07.2017 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    au lieu de s'acharner sur les pays de l'Est, Asselborn devrait se prononcer sur ce qui se passe en Turquie et arrêter directement les négociations d'adhésion de celle-ci. Mais bizarrement il reste muet sur ce sujet. Aurait-il peur d'Erdogan?!

Les derniers commentaires

  • Yanno le 19.07.2017 07:28 Report dénoncer ce commentaire

    si l'UE impose une Volontè, Ce ne est pas la démocratie

    • @Yanno le 19.07.2017 08:38 Report dénoncer ce commentaire

      L'UE n'impose pas une volonté. Elle impose un accord, qui a été signé et ratifié par le gouvernement polonais et qui n'est plus respecté aujourd'hui.

  • Lulu le 18.07.2017 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est honteux de se croire supérieur à tout le monde et de rabaisser les autres pays, quel snobisme !

  • marie ange le 18.07.2017 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    quel âge a ce Monsieur ?

  • Valeurs de l'UE le 18.07.2017 16:01 Report dénoncer ce commentaire

    Si la Pologne souhaite rester dans l'UE c'est probablement tout simplement par qu'elle en est bénéficiaire nette (l'UE lui rapporte plus qu'elle ne lui coûte). Il en est probablement de même pour les autres pays du groupe de Visegrád (Hongrie, Slovaquie et rep. Tchèque). Si ces pays s'éloignent des valeurs fondamentales de l'UE, des sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion devraient être envisagées. L'une des sanctions pourrait-être que ces pays ne reçoivent pas plus que ce qu'ils donnent. Ils partiraient alors peut-être d'eux même.

    • bibi le 18.07.2017 19:44 Report dénoncer ce commentaire

      Les USA s'y opposent directement, et ils le savent. Merkel a les mains liées.

    • FullmétalJF le 19.07.2017 14:02 Report dénoncer ce commentaire

      C'est évidemment par intérêt économique que ces pays sont entrés dans l'UE comme ils sont entrés dans l'OTAN pour être défendus par les USA face à la Russie, héritière de l'URSS qui les a trop longtemps asservis. Ils n'ont pas dans leur gènes ce que nous appelons "démocratie parlementaire", ce qui explique leur politique intérieure jugée sévèrement ici.

  • chauffard le 18.07.2017 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    au lieu de s'acharner sur les pays de l'Est, Asselborn devrait se prononcer sur ce qui se passe en Turquie et arrêter directement les négociations d'adhésion de celle-ci. Mais bizarrement il reste muet sur ce sujet. Aurait-il peur d'Erdogan?!

    • jjgibot le 18.07.2017 14:45 Report dénoncer ce commentaire

      bien parle

    • Henck le 18.07.2017 15:09 Report dénoncer ce commentaire

      chauffard la Turquie ne fait pas partie de l UE, l adhésion est bloquée, la porte encore ouverte mais ous conditions strictes

    • @chauffard: muet ?!? Faux ! le 19.07.2017 08:37 Report dénoncer ce commentaire

      Avant de faire des affirmations, il faut se renseigner un minimum, et avec internet, ce n'est vraiment pas difficile."Jean Asselborn, a remis le couvert en comparant les méthodes du président turc, Recep Tayyip Erdogan, à celles employées par le «régime nazi". C'était il y a 6 mois. Et en Avril 2017 "C'est un état autocratique auquel donne naissance ce référendum, guidé par une idéologie islamo-nationaliste. Une intégration de la Turquie n'est, d'après le ministre luxembourgeois, dans ces conditions politiques, pas imaginable".