«Sugardaddy» au Luxembourg?

28 septembre 2017 09:00; Act: 28.09.2017 11:26 Print

Des garde-​​fous pour éviter que les pubs ne dérapent

LUXEMBOURG - La campagne «Sugardaddy» pourrait-elle débarquer au Grand-Duché? Rien ne l’empêche théoriquement mais le marché publicitaire est plutôt «raisonnable».

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Les grandes affiches publicitaires du site de rencontres www.richmeetbeautiful.be ont fait un tollé en Belgique, mais pourraient-elles débouler sur les campus luxembourgeois? «En théorie, rien n’empêche un annonceur de lancer une campagne», indique Dan Dechmann, membre de la Commission luxembourgeoise pour l’éthique en publicité (CLEP). Le Luxembourg dispose toutefois de garde-fous qui empêchent les acteurs du secteur publicitaire de faire n’importe quoi.

Quand une personne ou une organisation est choquée par une campagne publicitaire, parce qu'elle la juge raciste, sexiste ou encore mensongère, elle peut porter plainte auprès de la confédération luxembourgeoise de commerce qui transmet à la CLEP. «Nous réagissons en moins de 48 heures et donnons un avis uniquement basé sur notre code de déontologie».

En 48 heures

La campagne Sugardaddy tomberait sans doute sous le coup de l’article 4 qui stipule que «la publicité doit respecter la dignité des femmes (…) et doit s’abstenir de toute offense, de tout dénigrement et de tout mépris envers le sexe féminin». «J’imagine que si aucune plainte n’avait été déposée, on se serait posé la question de s’autosaisir comme nous en avons le droit», indique Dan Dechman, par ailleurs cofondateur et cogérant d’une agence de communication.

«Notre avis peut exiger soit le retrait de la campagne, soit sa modification». Si cet avis n’est pas contraignant, il est en général suivi. «Ici, au Luxembourg, les acteurs sont plutôt conciliants, le marché de la pub s’autorégule en bonne intelligence». Preuve en est, depuis le début de l’année, la CLEP n’a reçu aucune plainte. «Ce n’était pas le cas il y a encore 3 ou 4 ans mais aujourd’hui, le marché est plus tranquille, car nous sommes vigilants».

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dan Danos le 28.09.2017 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est malheureux dans cette histoire, c'est que indirectement, tout ce tapage à finalement fait de la pub pour Sugardaddy....ça fait 2-3 jours qu'on voit des articles là-dessus sur le net...Donc pub interdite oui, mais un max de pub gratis au final...Pas sur qu'ils soient perdant dans l'affaire!

  • Frede le 28.09.2017 09:47 Report dénoncer ce commentaire

    en parlant de cette pub en continu depuis 2 jours dans tous les médias, ce sont eux qui ont fait une belle publicité gratuite à cet annonceur. Il a bien réussi son coup

Les derniers commentaires

  • Frede le 28.09.2017 09:47 Report dénoncer ce commentaire

    en parlant de cette pub en continu depuis 2 jours dans tous les médias, ce sont eux qui ont fait une belle publicité gratuite à cet annonceur. Il a bien réussi son coup

  • Dan Danos le 28.09.2017 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui est malheureux dans cette histoire, c'est que indirectement, tout ce tapage à finalement fait de la pub pour Sugardaddy....ça fait 2-3 jours qu'on voit des articles là-dessus sur le net...Donc pub interdite oui, mais un max de pub gratis au final...Pas sur qu'ils soient perdant dans l'affaire!