Luxembourg/Burkina Faso

10 octobre 2019 09:00; Act: 10.10.2019 10:00 Print

16 000 euros pour l'envoi de matériel médical

LUXEMBOURG - Le Lions Club Luxembourg Xénium veut envoyer du matériel médical au Burkina Faso, pour plusieurs hôpitaux.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Près de deux conteneurs de 40 m³ remplis d'échographes, brancards, appareils de radiologie, microscopes et défibrillateurs pourraient bientôt être envoyés dans les centres de soins au Burkina Faso, à Ouagadougou et ses alentours. C'est un projet que la fondation Lions Club Luxembourg Xénium souhaite réaliser d'ici fin 2019-début 2020.

«Le Burkina Faso est en forte demande, selon Pascale Bartz, coordinatrice du projet. Dans les centres médicaux isolés, les patients en attente de soins doivent parfois rester couchés par terre. Les hôpitaux ne possèdent aucun lit, aucune bassine ni de matériel de soin».

Coût élevé

Convaincus par le projet, le Centre hospitalier de Luxembourg et l'hôpital de Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle) ont donné les matériaux dont ils ne se servaient plus.

L'envoi du matériel pour chacun des conteneurs coûte près de 10 000 euros, soit 20 000 euros au total. 4 000 euros ont déjà été récoltés par le biais de différentes fondations. Un gala est organisé samedi pour financer l'acheminement.

Une fois le matériel arrivé au Burkina Faso, l'association Envol se chargera de la distribution aux centres et hôpitaux en demande. La distribution peut être un vrai «challenge», d'après Pascale Bartz. Face à la menace terroriste, il est parfois dangereux d'atteindre les zones les plus demandeuses.

(Marine Meunier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.