Initiative au Luxembourg

27 octobre 2017 14:41; Act: 27.10.2017 14:52 Print

Ils apprennent dès 6 ans à devenir de bons piétons

GREVENMACHER – Dès 6 ans, les enfants de l'école de Grevenmacher apprennent les règles à adopter en tant que piéton. Ils viennent d'être récompensés pour cela.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

En 2016, huit piétons sont décédés dans des accidents au Luxembourg. L'enjeu, rappelé dernièrement dans nos colonnes par la Sécurité routière, est bien réel. «Il est important de commencer très tôt à éduquer les enfants sur la manière de se comporter sur la voie publique», soulignait vendredi matin Léon Gloden, bourgmestre de Grevenmacher, où l'école fondamentale a entrepris une action de sensibilisation et de formation pour les jeunes élèves.

«Nous enseignons aux enfants quelle attitude il faut adopter en marchant sur le trottoir et en traversant la route», explique la policière Joy Conter. L'opération existe depuis six ans. «Les petits (NDLR: dès 6 ou 7 ans) sont encore curieux et ont soif d'apprendre. Ils sont toujours attentifs à ce qu'on leur explique», souligne encore Joy Conter.

Sensibilisation importante

Tous ces enfants ont donc pu s'entraîner, à deux reprises ces derniers temps, avant de passer un examen, sorte de permis pour être un bon piéton. Vendredi matin, tous ces petits élèves ont justement reçu leur permis. Appelés un à un par leur nom, ils étaient fiers et ont même pu montrer en condition réelle ce qu'ils avaient appris et surtout retenu.

«Vous avez tous réussi l'examen qui vous apprend à traverser la route en toute sécurité», les a félicités Leon Gloden. Et ce n'est pas négligeable!

(hej/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • LiNh le 27.10.2017 18:15 Report dénoncer ce commentaire

    Prendre conscience que voir débouler un enfant peut arriver à quiconque, bon ou mauvais conducteur, aide deja à être plus vigilant...

  • Dom le 27.10.2017 16:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Très bien mais faut pas faire comme leurs aînés à ne pas s'arrêter en arrivant au passage piéton et s'engager sans un arrêt comme à un stop !

  • lynn le 27.10.2017 18:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    6ans? Dès qu'il marche, on s'y met. Sinon, jusqu'à 6 ans c'est du n'importe quoi et après on dit au gamin, attention!!!! Il faut regarder à gauche et à droite il va rien comprendre le pauvre petit.

Les derniers commentaires

  • Luxo le 29.10.2017 21:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut aussi apprendre aux piétons à ne pas traverser devant une voiture qui circule et aux automobilistes de ne pas s'arrêter devant un passage protéger, si le piéton n'est pas engagé sur la route, ou s'il est à l'arrêt devant le passage. Au GDL nous devons créer un nouveau panneau STOP destiné aux piétons, afin qu'ils marquent l'arrêt et regardent à droite et à gauche avant de s'engager sur une route.

  • ladeux le 28.10.2017 20:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien avant que les parents devraient apprendre cela à leurs enfants. et pas attendre que cela soit l'école qui fasse encore une fois leur boulot à leurs place

  • lynn le 28.10.2017 15:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @@lynn Mon commentaire était pour les parents et non pour les écoles. Prendre le temps d'expliquer dès le plus jeune âge comment traverser incombe aux parents et aux foyers, crèches....en premier lieu.

  • macalga le 28.10.2017 14:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est très bien mais à quand des formations de conduite responsable pour les chauffards ?

  • Nomi le 28.10.2017 13:50 Report dénoncer ce commentaire

    Au début de la législature, le ministre des infrastructures avait sorti une consigne d'homogénéisation de l'installation des équipements et de la signalisation, (en occurrence l'éclairage) des passages piétons. Certaines communes se sont conformées, et certaines autres n'ont rien fait du tout pour améliorer la sécurité. Beaucoup de panneaux sont cachés par le feuillage des arbres , Beaucoup n'ont tjrs pas d'éclairage, bien que à proximité d'un poteau d'éclairage publique !!