Enseignement au Luxembourg

15 septembre 2020 17:35; Act: 16.09.2020 09:27 Print

Les syndicats veulent renforcer le dialogue social

LUXEMBOURG – Plusieurs syndicats de l'enseignement se sont réunis, mardi, pour réclamer une meilleure prise en considération de la part du ministère de l’Éducation nationale.

storybild

Une grande enveloppe a été brandie devant le ministère, pour dénoncer les courriers sans réponse. (photo: CGFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les syndicats des enseignants et des éducateurs veulent faire entendre leur voix face au ministère de l'Éducation nationale. Cinq d'entre eux se sont réunis mardi pour une action symbolique devant le bâtiment du ministère, avant d'expliquer leurs griefs. Il s'agissait de l'Alee, du Sleg, du Spebs, de l'Appsas et de l'Apcca, les trois premiers étant affiliés à la CGFP, le dernier au SEW/OGBL.

Tous réclament plus d'écoute de la part du ministère. «Nous voulons un dialogue social entre le gouvernement et les syndicats qui interviennent dans le domaine social, éducatif, psychosocial», résume Claudia de Almeida (SPEBS). Selon elle, ces discussions sont demandées «depuis parfois sept ans», sans grand résultat. «Le ministre a utilisé la pandémie comme prétexte pour présenter des notes, sans aucun dialogue social auparavant», lance sa collègue Claudine Muller (SPEBS). «Nous avons été mis devant le fait accompli», abonde Nadia Ruef (Apacca),

Action symbolique

Concrètement, les syndicats veulent une meilleure prise en compte de leur tâches, que le gouvernement a cherché à harmoniser. Ils dénoncent une dégradation des conditions de travail et un cadre légal plus flou, qui ne prendrait pas en compte les spécificités de leur métier. «Les gens ne comprennent pas ce que l'on fait avec les enfants, ce qu'est notre travail», déplore Nadia Ruef.

L'action de mardi se voulait symbolique, avec une grande enveloppe «pour que cette fois, le ministère ne la perde pas», sourit Mario Maia (Sleg), qui veut dénoncer les courriers sans retour. Des responsables du ministère ont reçu la délégation et un communiqué avait été envoyé dès la matinée, avant la tenue de la manifestation. Le gouvernement dément le changement des conditions de travail et estime que le cadre légal du travail «reflète la réalité du terrain». Il se déclare «ouvert au dialogue».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • benvoyons le 15.09.2020 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    revendiqué juste quoique se soit de leurs part est juste une honte,je me moque de leurs fonctions,je ne suis jaloux de rien ,mais au vu de leurs conditions de travail de retraite un peu de decence,faites votre travail correctement car publiez que les enseignants luxo sont les plus payer au monde dans votre journal,ok,mais leurs travail n est pas a la hauteur de leurs prétentions, le niveau de notre système scolaires est juste lamentable

  • Robin Hut le 15.09.2020 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @luxo le seul problème dans votre proposition: déjà maintenant il y a une pénurie ... qui va faire 4 ans d’études supérieures pour un salaire moyen?

  • ex-amoureux du GDL le 15.09.2020 19:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quelle indécence....

Les derniers commentaires

  • logique pourtant le 17.09.2020 10:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les ergothérapeutes de l itm eux même ne sont pas capables de différencier et reconnaître un leve malade enfant d un leve malade pour adulte et donc ne peuvent pas intervenir. Donc le médecin de travail je doute qu il ait été formé pour reconnaître et différencier les leves malades conformes pas plus qu un dentiste . Par contre les formateurs spécialisés dans ce genre de matériel le reconnaissent aux 1er coup d œil , c ‘ est leur métier spécialisation . Personne de peut contester sauf d autres professionnels comme eux formés pour . Les médecins dentistes ou formateur pour le dos pas formés pour reconnaître le matériel leve malade ne peuvent rien dans ce cas de figure . Il vaut mieux que l itm contacte les formateurs professionnels dans leur domaine qui ont déclaré le soucis aux employés simplement

  • 1er pas le 16.09.2020 17:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les formateurs attendent certainement un coup de fil de la part de la direction et de l itm pour confirmer ce qu ils ont dit aux employés . Donc le 1er pas de la direction et de l itm c est de téléphoner aux formateurs.

  • pas compliqué le 16.09.2020 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si des formateurs professionnels ont déclaré très clairement un problème aux employés , ces derniers doivent avertir leur direction . C est une obligation. Si les formateurs ont prévenu les employés faisant partie de la boîte c est suffisant normalement . Les employés sont capables de transmettre à leur direction surtout des médecins infirmiers ou professionnels de soin . Pas compliqué et c est à la direction de prendre contacte avec les formateurs pour que ces derniers confirment , pas compliqué non plus au lieu de blâmer les employés .

  • verite le 16.09.2020 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lorsqu il y a eu signalements de problèmes sur matériel d une enterprise? Cipa par ex , le médecin de travail ou l itm doivent se déplacer demander à des experts de vérifier si le matériel est conforme ou pas ? Ou conclure sur les dires au téléphone d un directeur qui nie ce que d autres experts formateurs ont déclaré dangereux aux employés . L itm doit contrôler car si accident c est qui les responsables l itm ? Le médecin de travail ? Les formateurs ? Les employés ? La direction? qui sera responsable du coup responsable si personne n a contrôlé ? Ne vaut il pas mieux saisir la justice pour interroger les employés et les formateurs la direction l itm et contrôler la sécurité ainsi ? Et si un enregistrement a été fait de cette formation mieux vaut dire simplement la vérité pour tous . Simplement la vérité

  • c est pas serieux le 16.09.2020 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Syndicat socio médical éducatif tenez vous bien : lorsque l itm est prévenu que du matériel n est pas conforme, que font ils ? Doivent ils se rendre au place pour contrôler le matériel ou blâmer les employés qui ont prévenu du danger ? des professionals de matériel medical qualifié dans leur domaine et homologué formateurs dans leur domaine préviennent d un sérieux problème de matériel et disent aux employés qu ils faudraient prévenir leur direction absolument officiellement . La direction répond par avertissement aux employés qui ont prévenus . Les employés préviennent l itm. L itm devrait se rendre sur place et interroger les formateurs professionnels du problème pour la sécurité des personnes . D ailleurs la direction aussi aurait dû joindre les formateurs et comprendre ces professionnels les prendre au sérieux . Il paraît qu ils n ont même pas cherché à demander aux formateurs ! .. quel monde !