Accident du 14 février

12 juin 2017 07:00; Act: 12.06.2017 10:36 Print

Les carcasses du drame toujours à Dudelange

DUDELANGE - Plusieurs carcasses du train de fret belge accidenté le 14 février sont toujours sur place et attendent d'être enlevées.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Il ne reste plus beaucoup de traces de l'accident mortel de Dudelange. Le 14 février dernier, un train belge de fret et un train de voyageurs affrété par les CFL étaient entrés en collision entre la gare de triage de Bettembourg et Zoufftgen. Si les stigmates de cette catastrophe ont quasiment disparu sur les lieux de la collision - les CFL ont procédé à l'enlèvement des rames accidentées - on remarque néanmoins la présence de carcasses de wagons de marchandises.

À peine cachées par des barrières et une bâche, elles sont stockées juste en bordure de la zone industrielle Riedgen, à Dudelange, en face de l'entreprise Husky. A priori, il s'agit de wagons qui appartenaient initialement au train de fret belge. «Apparemment, il y a encore des problèmes de procédure, mais nous n'en savons pas davantage», précise-t-on au sein des CFL. De son côté, le ministère des Transports assure n'avoir fait l'objet «d'aucune demande d'autorisation d'enlèvement».

Et pour ce qui concerne la justice luxembourgeoise, elle affirme ne pas avoir saisi les fameux wagons et ne pas entraver leur évacuation. Contactée par L'essentiel, Veerle Van Mirlo, porte-parole de Lineas, l'opérateur belge qui avait affrété le train de marchandises, apporte un nouvel élément de réponse. «Nous ne sommes plus propriétaires des wagons. Ils ont été vendus à SCNF mobilités, qui les destine à la ferraille». Un bel imbroglio...

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • el loco le 12.06.2017 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont très bien là, ça fait un souvenir, tous les jours je les vois comme pour ne pas oublier que l'on est sur le tronçon le plus maudit de la ligne.

Les derniers commentaires

  • el loco le 12.06.2017 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont très bien là, ça fait un souvenir, tous les jours je les vois comme pour ne pas oublier que l'on est sur le tronçon le plus maudit de la ligne.