Enquête au Luxembourg

29 novembre 2017 17:20; Act: 30.11.2017 12:42 Print

Salaires, carrière... les enseignants sont contents

LUXEMBOURG - Les enseignants du pays sont satisfaits et motivés au travail, selon une étude TNS Ilres. Ils seraient même les plus heureux de toute la fonction publique.

storybild

Les enseignants du pays seraient donc les plus heureux des fonctionnaires au travail. (photo: Editpress/Alain Rischard)

op Däitsch
Sur ce sujet

Les enseignants du Luxembourg sont plus d'un sur deux (51%) à être «extrêmement ou très satisfaits de leur situation professionnelle», selon une étude TNS Ilres réalisée pour le ministère de la Fonction publique. Ce taux plafonne à 43% pour le reste des fonctionnaires.

Les enseignants du pays seraient donc les plus heureux au travail dans la fonction publique, revendiquant la fierté d'exercer (69%) et l'utilité de leur mission (93%).

12% pensent à changer

Motivés par l'autonomie dont ils disposent (87%), le contenu de leur travail (86%), ou encore l'ambiance entre collègues (72%), ils le sont (un peu) moins par... la rémunération (65%). Du reste, 10% des enseignants s'estiment stressés en permanence, c'est plus que le reste des fonctionnaires (7%), mais pas de quoi les faire changer de voie: seuls 12% y songent et 4% s'imaginent travailler dans le privé.

2 084 personnes, instituteurs du fondamental, professeurs du secondaire ou chargés de cours, ont été sondées au printemps dernier.

(NC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vero le 29.11.2017 17:32 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas l'être serait indécent...

  • Laurent le 29.11.2017 17:45 Report dénoncer ce commentaire

    "(...) s'estiment stressés en permanence (...)" quoi? les nombreuses vacances scolaires ne leurs suffisent pas? Le fait d'être payé 40h/semaine, alors qu'ils en travaillent moins, ne leurs suffisent pas? Mon Dieu...

  • enseigant avec 25 années le 29.11.2017 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Aprés 25 ans de carrière le salaire annuel est de 127 200 €, même avec 12 élèves par classe.

Les derniers commentaires

  • cédoncsa le 30.11.2017 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    10% stressés donc qui ne sont pas faits pour ce métier...certes on a des vacances, etc...mais pour enseigner, il faut aimer les enfants (pas évident pour tout le monde) et avoir beaucoup de patience (très très dur pour certains)...c'est une vocation pas un job d'été!!

  • Informateur le 30.11.2017 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ps. qui à part les Luxembourgeois? C'est simple: tous ceux (Portugais, Italiens, Francais, Cap-verdiens, Ex-yougoslaves et j'en passe) qui ont effectués leurs études au Luxembourg. C'est d'ailleurs dans ce sens que veut aller le Ministre de la Fonction publique en ouvrant la Fonction publique aux étrangers (sur les papiers) qui ont effectués leurs études ici. Maintenant pour ce qui est des frontaliers, le chemin est effectivement long vu qu'ils partent avec un retard considérable (ne parlent pas les langues, n'ont pas de connaissances sur l'environnement politique et socio-économique du pays, etc.)

  • Luxo le 30.11.2017 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg est un pays bi lingue. Le manque d'enseignants motivé s'explique que l'on exige de connaitre le luxembourgeois, pour donner des cours de Français, d'Allemand, ou de mathématique... Comme si un germanophone n'était pas capable de donner des cours de calculs en allemand! Comme si un francophone n'était pas capable de donner des cours de sciences en français! Et le comble chez nous, ce sont souvent des personnes d'origines étrangères qui donnent des cours de Luxembourgeois le soir aux adultes.

  • La Mouche le 30.11.2017 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    A tous ceux qui défendent et qui disent qu'on n'a qu'à passer le concours, pour information, je viens de regarder dans ma filière et c'est niveau bac, voire bac+2 maximum. Ca c'est facile et tout le monde peut l'avoir en bossant, effectivement. Mais le problème c'est qu'il faut parler Luxembourgeois, Français et Allemand... Le voilà le problème. En gros qui à part les luxembourgeois?

  • petitevoix le 30.11.2017 10:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @informateur on se plaint que l étata de mal à recruter car aujourd’hui personne a une vraie vocation pour enseigner , pour devenir un exemple pour les enfants. On vit dans une société d‘égoïsme e l unique chose qui compte c’est l argent C est un secteur pas évident ni facile