Témoignage au Luxembourg

23 août 2016 08:06; Act: 23.08.2016 09:17 Print

Bridget, 25 ans, «née dans le mauvais corps»

LUXEMBOURG - En février dernier, Ridgley, jeune père de 25 ans, est devenu Bridget, jeune mère et femme (enfin) épanouie. Elle raconte sa transformation à «L'essentiel».

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet

Des jambes élancées, une mini-jupe près du corps, une longue chevelure dorée et un maquillage parfait. En voyant arriver Bridget, 25 ans, difficile de s'imaginer qu'il y a encore quelques mois elle était un homme. Elle s'appelait alors Ridgley. Mais ça, c'est de l'histoire ancienne. D'autant plus que dans quatre mois, elle va se faire opérer et ensuite changer de sexe à l'état civil. Et la jeune femme «a trop hâte». Encore quatre mois qui ne représentent finalement pas grand chose face au combat qu'elle mène depuis toujours.

«Déjà à la Spillschoul quand la maîtresse séparait les filles des garçons, je ne me sentais pas à l'aise. Mais pendant très longtemps j'ai eu peur d'en parler. J'avais peur d'être anormale», explique-t-elle. Après de longues années de dépression, de mal-être et des problèmes de dépendance, elle a donc décidé de «devenir elle». Aidée par sa psychiatre, elle a pris conscience qu'elle était tout simplement «une femme née dans le mauvais corps» et «qu'il fallait l'assumer».

Sous traitement hormonal

«Nous, les transgenres, on se lève le matin pour jouer un rôle qui n'est pas le nôtre. J'ai essayé d'être un garçon hétéro mais ça n'a pas marché, puis j'ai essayé de jouer le rôle de garçon gay mais ça n'allait pas non plus. Maintenant je suis une femme et là c'est mon rôle. C'est le script qui a été fait pour moi», dit-elle le sourire aux lèvres. Mais le chemin n'a pas été facile. Bridget s'est égarée un peu avant de se trouver. Elle a été en couple avec une femme. Ensemble, elles ont eu une petite fille. Puis, elle a fait son coming-out et est sortie quelques années avec un homme.

Depuis février, elle a mis sa vie sentimentale entre parenthèses et se focalise sur sa transition. Sous traitement hormonal depuis lors, elle se fait à sa nouvelle identité. Son visage s'est aminci, sa peau s'est adoucie et ses seins ont poussé. «Pour ma barbe je fais un traitement au laser et pour féminiser ma voix je m'entraîne, en chantant, par exemple», confie cette Portugaise née au Luxembourg.

«Prendre des médicaments pour devenir une madame»

La jeune femme peut en tout cas compter sur le soutien sans faille de sa famille. «Je suis très chanceuse. Mes parents m'ont énormément aidée et ils m'accompagnent à tous mes rendez-vous médicaux. Ils m'ont aussi aidée à annoncer la nouvelle de ma transition au reste de la famille. Ça nous a beaucoup rapprochés». Sa petite sœur et son ex-copine ont aussi bien pris la nouvelle. Mais c'est sans doute avec sa petite fille que cela a été le plus facile.

«Je parle de tout avec elle. Je lui ai dit que j'étais dans le mauvais corps et que j'allais prendre des médicaments pour devenir une Madame et que plus tard je ferai une opération pour avoir une foufoune, comme elle. Ça été très simple car les enfants n'ont pas de préjugés. Elle sait qu'elle a deux mamans et quand je vais la chercher à l'école elle crie: "Ma papa est là". Elle est géniale».

Un message à passer

Pourtant très confiante en elle, il y a encore des choses qui terrorisent Bridget. Elle n'ose pas encore se montrer en maillot de bain ou voyager, car il faudrait alors montrer une pièce d'identité «qui ne lui correspond pas». Actuellement au chômage, elle a peur du regard des potentiels employeurs. Pour ce qui est de sa vie amoureuse, elle redoute encore de s'abandonner dans les bras d'un homme. «Je dois avouer que j'ai de nombreuses demandes de garçons sur les réseaux sociaux et je ne cache pas qui je suis. Mais moi je cherche le grand amour».

C'est Bridget qui a contacté la rédaction pour évoquer son parcours car elle sait qu'il y a d'autres personnes qui - comme elle - ne sont pas nées dans le bon corps et elle a un message à leur faire passer:

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zitoun le 23.08.2016 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    3615 MyLife !!! Tout cela relève du privé et ça n'interese personne.

  • Rigoberta le 23.08.2016 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    laissez-moi deviner qui paye tous ces médicaments et procédures médicales.....

  • BIen rapide cela le 23.08.2016 12:42 Report dénoncer ce commentaire

    Du grand n'importe quoi, ou le besoin de faire parler de soi, je ne sais pas. Mais être un garçon ou une fille, c'est une question d'anatomie pas de psychisme! Que l'on ne soit pas 100% à l'aise dans la société ne donne pas un genre, aucun rapport. D'ailleurs beaucoup n'y sont pas à l'aise, moi le premier, et pour de nombreuses raisons. "né dans le mauvais corps", qu'un handicapé le dise c'est le minimum, mais ici faut pas pousser. La victimisation, ce grand classique! Peut-être faudrait-il aider à être plus fort, car la vie peut être vraiment dure, et là que fera-t-il?

Les derniers commentaires

  • Dodo le 01.04.2017 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui bavent mauvais sur ces personnes ne sont que des personnes qui n'auraient pas le courage de le faire.Moi je que sais très courageux de prendre son destin en mains malgré tout les codes bien souvent absurdes de notre société. Au moins il mène sa barque comme il l'entend .

  • Dodo le 01.04.2017 09:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je suis entièrement d'accord avec vous.Mais je le où la trouve bien plu mignon en temps que garçon que fille.Sa c'est mon opinion. Mais j'admire le courage en vers notre société très codé.

  • tre le 26.08.2016 12:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo pour ton courage et bcp de bonheur

  • xbx le 24.08.2016 14:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bridget c'est l'incarnation de la féminité :)

  • Rbn le 24.08.2016 12:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça démarche trop belle, je l ait déjà vu en ville une vraie femme