Éducation

22 février 2013 16:14; Act: 22.02.2013 17:15 Print

«Cela nous change des conteneurs»

LUXEMBOURG - Le Sportlycée a été officiellement inauguré ce vendredi en présence de trois ministres. Les élèves se réjouissent de la fin des travaux.

storybild

Les élèves du Sportlycée bénéficieront également des infrastructures de l'Institut national des sports. (INS) (photo: Editpress)

Mady Delvaux-Stehres, ministre de l'Éducation, Romain Schneider, ministre des Sports, et Claude Wiseler, ministre du Développement durable et des Infrastructures, s’étaient déplacés pour l’inauguration officielle du Sportlycée à Luxembourg-Fetschenhof ce vendredi.

Déjà en fonction depuis novembre 2012, le bâtiment s’étend sur une surface totale de 4 500 m². Il compte dix-huit salles de classes, dont quatre salles spéciales: deux salles de science, une salle informatique et une salle artistique. Une finalité qui colle avec l’ambition affichée qui est d’allier le sport et l’éducation et qui avait également motivé l’aménagement des nouvelles installations sur le site de l’Institut national des sports.

«Les travaux qui avaient débuté en octobre 2011 ont été finis rapidement», s’est félicité la ministre de l'Éducation, Mady Delvaux-Stehres. «Le Sportlycée est sur les bons rails». Pour les élèves qui ont activement participé à l’inauguration, ce nouveau lycée redouble leur motivation. «Cela nous change des conteneurs», nous confie Julien, 17 ans, élève au Sportlycée, «les salles de sciences et d’informatique sont vraiment appréciables». Le projet aura nécessité un investissement de 11 millions d’euros.

Thomas Holzer/L'essentiel Online

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).