09 avril 2008 21:33; Act: 10.04.2008 13:46 Print

Vel'oh!: soucis de jeunesse

LUXEMBOURG - Un problème informatique ici, pas assez de place là, la société gérant les Vel'oh! tente de régler les erreurs de jeunesse.

Une faute?

Jean-Charles Agazzi n'a pas eu de chance. Un jeudi, il souhaite prendre un Vel'oh! pour attraper son train. Il a encore 24 minutes avant la fin de son abonnement. La borne lui refuse le vélo, sous prétexte que son abonnement n'est plus valide.

Un jour plus tard, la borne est déconnectée et le centre d'appels incapable de dire si le problème va durer. Résultat: la course pour réussir encore à prendre le train. Bertrand Maechler, responsable pour JCDecaux de la mise en place du Vel'oh!, convient qu'il y a encore quelques soucis.

Parfois, la borne est déconnectée pour un problème de GPS, mais «cela ne dure que 30 secondes». Mais «le week-end dernier, il y a eu un bug, touchant trois stations. On a téléchargé une version corrigée du logiciel.

Depuis, aucun problème signalé». Et la demi-heure en moins? «Peut-être que la borne a estimé que si le client prenait un vélo 24 minutes avant la fin de l'abonnement, il allait le rendre en retard. Ou alors c'était peut-être à cause du changement d'heure».

La société étudie par ailleurs de près les flux de Vel'oh!, afin de voir si des stations doivent être adaptées. Pour éviter que des cyclistes ne se trouvent face à des stations vides ou pleines, vingt écrans situés au-dessus de panneaux JCDecaux ont été installés. Ils donnent en temps réel l'état des trois stations les plus proches.

«Nos clients doivent encore prendre l'habitude de ces écrans, mais après cela leur permettra d'anticiper. Exemple: si la station de la gare est pleine, ils pourront directement rendre leur vélo rue de Strasbourg». Depuis le 21 mars, environ 300 cycles sont loués par jour.

Isabelle Hartmann

Et vous, avez-vous vécu quelques bons ou mauvais moments avec le Vel'oh? Réagissez!

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).