Jean-Claude Schmit

26 novembre 2021 07:00; Act: 26.11.2021 11:22 Print

«On reçoit des messages de plus en plus agressifs»

LUXEMBOURG - Jean-Claude Schmit, le directeur de la Santé, évoque les mesures à l'étude et les tensions que la pandémie engendre.

storybild

«Le vaccin n’est pas efficace à 100%». (photo: Julien Garroy)

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Quelles mesures sont prévues si la situation sanitaire empire?

Jean-Claude Schmit: Il y a différentes réflexions. Sur le port du masque qui est très efficace, le CovidCheck: savoir si l'on peut enlever le test et aller vers une solution «vacciné ou guéri». Avec le télétravail, une éventuelle généralisation du CovidCheck dans le monde professionnel… il y a plein de pistes, rien n’est décidé. On s’adapte à la situation, jusqu’à la dernière minute. La loi change le 18 décembre.

Le Luxembourg est à ce stade plutôt épargné...

Outre les vaccins, il y a plusieurs explications. Le maintien de mesures comme le masque dans les transports et les commerces que d’autres pays avaient abolies, le CovidCheck ou les tests réguliers dans les écoles. Cela nous permet de détecter précocement les infections chez les enfants où le virus circule beaucoup. De nombreux pays ont ce phénomène sans le détecter. Les enfants peuvent alors ramener le virus à la maison et contaminer des personnes plus vulnérables. Tout cela fait que l'on contrôle encore assez bien la situation. Mais cela peut déraper aussi chez nous.

Le rappel vaccinal est proposé. En faudra-t-il un tous les six mois?

Je ne pense pas. Avec deux vaccinations, surtout chez les personnes âgées, l’immunité diminuait dans le temps, c’est pourquoi on a proposé ce rappel. Dans beaucoup de cas (tétanos, hépatite B), la vaccination de base comprend trois injections. C'est assez banal. On n'est pas tout à fait étonnés que, pour cette maladie, il faille aussi trois injections pour développer une immunité qui peut durer plus longtemps.

Les vaccins seront-ils adaptés aux variants dominants?

C’est une discussion en cours. Les firmes sont en train de préparer des vaccins mieux adaptés à la souche virale qui circule actuellement. Doit-on en changer dans les mois à venir ou rester avec le vaccin de base qui donne quand même une très bonne réponse? Tout cela est en train d’être évalué.

A-t-on une bonne vision de l’immunité au pays?

Les anticorps peuvent être dosés facilement. On a fait des échantillons de la population et on sait que 80% des gens ont des anticorps suite au vaccin ou à l’infection. Mais les anticorps ne représentent pas toute la réponse immunitaire. La réponse cellulaire est très importante sur le long terme et elle est difficile à mesurer avec des techniques de laboratoires plus complexes. Et il y a un facteur de population avec beaucoup de Luxembourgeois qui vivent ailleurs et ont été vaccinés ailleurs et les frontaliers.

Les vaccinés se sentent-ils trop en sécurité?

Certains, un peu. Face à cette nouvelle vague, nous voulons insister sur la sécurité qu’apporte le CovidCheck et sur une sécurité additionnelle qu’on peut avoir, sur base volontaire, en portant quand même le masque dans certaines situations ou en se testant soi-même avant de rentrer dans un lieu où il y a peut-être un risque de transmission. Les fêtes de Noël arrivent, on va faire des réunions de famille avec des personnes vulnérables. Pourquoi ne pas faire un test rapide avant le repas?

Les non-vaccinés peuvent-ils encore être convaincus?

En partie oui car chaque jour, de nouvelles personnes se font vacciner. Mais leur nombre est assez faible. Je pense malheureusement qu'on devra devenir plus contraignants. Dans certains pays, on parle de plus en plus ouvertement d’obligation de vaccination. Je ne suis pas sûr qu’on en arrivera à ce stade ultime, mais on ne pourra pas éviter cette discussion.

Faut-il redouter des tensions comme à l'étranger?

Il faut craindre ce genre de situation. Les messages que l'on reçoit sont de plus en plus agressifs. Les gens sont fatigués, épuisés... Même les vaccinés se demandent pourquoi subir des restrictions parce qu’une minorité ne veut pas se faire vacciner. La tension dans la société monte des deux côtés.

Avez-vous été menacé?

Il y a eu une attaque très violente contre ma personne sur les réseaux sociaux. De façon étonnante, plusieurs personnes, spontanément, ont déposé plainte et dénoncé les faits au parquet. Je n’ai pas eu à le faire. Il y a eu un mouvement de solidarité autour de moi. La ministre est aussi visée par des commentaires qu’on ne peut plus accepter.

La Santé communique-t-elle bien sur le Covid? Le Dr Claude Muller du LIH reproche au ministère de ne pas assez insister sur l’efficacité des vaccins…

Je ne pense pas qu’on minimise l’effet des vaccinations. Il faut faire attention effectivement à comment on présente les chiffres. Si on dit: «À l’hôpital, il y a dix personnes vaccinées et dix non vaccinées», les gens vont répondre: «C’est la preuve que le vaccin n’est pas efficace», mais il faut tenir compte du fait qu’il y a beaucoup plus de vaccinés que de non-vaccinés dans la population. Il faut exprimer les taux d’hospitalisation par vaccinés et non-vaccinés. Ce que l’on fait déjà pour les infections avec l’incidence. Mais on travaille avec de très petits chiffres au Luxembourg, ce qui rend difficiles les statistiques. Je pense qu’on communique correctement maintenant.

On pourrait aussi reprocher l’inverse…

Il faut rester honnête. Effectivement il y a des «échecs» de vaccination car des gens vaccinés attrapent quand même le virus, mais le but primaire de la vaccination est d’éviter les formes graves. Et là les vaccins sont très efficaces. Il y a certainement dix fois moins de risques d’aboutir en soins intensifs si on est vacciné. C’est ce genre de message qu’on doit mettre en évidence. Mais on ne peut pas mentir sur des chiffres et sur le fait que de temps en temps, un vacciné s’infecte quand même. Le vaccin n’est pas efficace à 100%.

Avez-vous déjà pensé à jeter l’éponge?

Oui, oui! évidemment! Tous ceux qui sont impliqués dans cette crise ont eu des moments où ils se sont dit que cela n’avait pas de sens. Faisons autre chose dans la vie… Mais c’est un peu normal qu’il y ait des moments de découragement. Et puis on se reprend et on fait son travail.

(Recueilli par Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Catalan le 26.11.2021 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quoi? ils s'étonnent qu'il y ait des tensions? Les tensions sont générées par les politiciens eux-mêmes à force de mettre les gens les uns contre les autres pour cacher leurs propres lacunes et incompétences! Il faut vraiment pas avoir de sens moral pour être un politicien de nos jours...

  • Vive le GDL le 26.11.2021 08:14 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on ne respecte pas la voie de la démocratie c'est normal. Référendum sur la constitution Démocratie Directe

  • jean le 26.11.2021 08:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ne pas mettre en place dès test rapide pour tous à l’entrée des entreprise et pas un CovidCheck qui divise non vacciné et vacciné

Les derniers commentaires

  • Les méthodes des industriels le 27.11.2021 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'industrie pharmaceutique utilise exactement les mêmes méthodes que les cigarettiers américains avec des prétendues études scientifiques bidonnées sur la non nocivité de leurs produits. Il existe un excellent ouvrage sur le sujet: Deadly Medicines and organized Crime: How Big Pharma Has Corrupted Health care. Le phénomène est loin d'être nouveau. Encore faut-il lire, ce qui n'est plus le cas de nombreux intervenants ici qui brillent autant par leur inculture que par leur intolérance.

  • Pedro le 27.11.2021 13:32 Report dénoncer ce commentaire

    Tous ceux qui envoient des messages agressifs sont des gens à intelligence réduite. Ceux qui donnent des "pouces rouges", mais n'arrivent pas à argumenter et à faire une phrase sans faute. Celui qui sait argumenter, sur base de faits, n'a pas besoin d'agressivité.

  • Kana185 le 27.11.2021 13:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rendre les politiques responsables de la bêtise des non vaccinés. C’est fort. Que des doutes existent au début de la vaccination et que certaines situations particulières rendent la vaccination peu souhaitable d’accord mais maintenant avec le recul et le nombre de vaccins injectés c’est simplement de l’ignorance, de la bêtise et un égoïsme forcené.

  • geof le 27.11.2021 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    courage à tous le personnel soignant qui doit travailler avec des moyens de plus en plus réduits!

  • Kaz le 27.11.2021 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    plus les gens sont vaccinés plus le virus et ses mutants prolifèrent... vous avez dit bizarre ?