Au Luxembourg

30 octobre 2017 10:55; Act: 30.10.2017 12:18 Print

320 000 mammographies réalisées depuis 1992

LUXEMBOURG - Chaque année, 18 000 femmes participent à un examen de dépistage du cancer du sein, dont la mortalité est en recul depuis 1999.

storybild

Quelque 18 000 mammographies sont pratiquées chaque année au Luxembourg. (photo: AFP)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

Le programme mammographie du ministère de la Santé célèbre ses 25 années d'existence. Le programme lancé en 1992 vise à dépister les cancers du sein à un stade précoce, sans attendre les symptômes, pour de meilleures chances de rémission, explique le ministère de la Santé dans un communiqué publié ce lundi. En un quart de siècle, le programme a pris de l'ampleur: en 1992, 4 700 mammographies ont été effectuées. Depuis 2014, il y en a 18 000 chaque année. Ce qui fait, en 25 ans, 320 000.

Et ces dépistages sont loin d'être inutiles. Tous les deux ans, les femmes âgées de 50 à 70 ans affiliées à la CNS sont invitées à un dépistage du cancer du sein. Sur les quelque 30 000 femmes invitées chaque année, 18 000 se présentent pour une mammographie. En moyenne, indique le ministère de la Santé, sur 1 000 femmes dépistées, 950 ont une mammographie normale, les 50 restantes devant passer des examens complémentaires. Ces derniers conduisent à la confirmation, en moyenne, de 7 cancers à un stade précoce.

En tout, 1 930 cancers du sein ont ainsi été dépistés de 1992 à maintenant. Depuis 2010, 120 cancers par an sont détectés grâce au programme, contre seulement 30 la première année. «De nombreux cancers, considérés auparavant comme mortels, peuvent aujourd’hui être guéris. À quelques exceptions près, les cancers dépistés à un stade précoce entraînent moins souvent la mort et peuvent être mieux traités que les cancers diagnostiqués à un stade ultérieur», a souligné la ministre de la Santé, Lydia Mutsch. La mortalité du cancer du sein a diminué, chaque année, de 2,6% entre 1999 et 2006. Celui-ci tue encore 70 femmes chaque année.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Masha Konskewa le 30.10.2017 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas si simple, il existe encore beaucoup de femmes sont révulsées à la seule idée d' une simple palpation ou qui font des blocages lorsque la médecine empiète sur la sphère intime.

  • olala le 30.10.2017 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espérons qu'il y aura des moyens de diagnostics plus fiables et moins contraignants dans le futur. Les examens de dépistage sont importants, surtout pour les plus à risques, mais peuvent être horriblement désagréables et parfois même traumatisants. La mammographie est douloureuse et n'est pas très fiable si elle est pratiquée sur des seins assez petits ou très denses . Dans ces cas-là, l'échographie est un meilleur moyen pour détecter des anomalies.

  • Bibiche le 30.10.2017 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis effarée de lire que seulement 18000 femmes sur 30000 se font dépister... Je ne comprends absolument pas... La peur ??? c'est bien pire si on prend le cancer tardivement j'en parle en connaissance de cause, j'ai un exemple dans ma famille, je peux même dire que c'est de l'égoïsme, car maintenant c'est l'entourage qui trinque... alors que pris à temps le traitement aurait été certainement " plus léger"....

Les derniers commentaires

  • olala le 30.10.2017 15:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reponse: la mammographie n'a pas contribué à une baisse du nombre de cancer du sein. Elle n'évite pas la maladie, elle peut au mieux éviter les cas amenant ma mort(ce qu'elle a fait et ce qui est bien, la tumeur étant détecté tôt). L'échographie est complémentaire dans certains cas, mais les femmes qui ont des seins à densité élevé n'ont rien à tirer de la mammographie. De quels nodules parlez-vous? Et en parlant de microcalcifications, parlez-vous des adénofibromes qui souvent se calcifient avec le temps?

    • @olala le 30.10.2017 18:10 Report dénoncer ce commentaire

      Non, sans rentrer dans trop de détails: la microcalcification se développe là où les cellules se divisent (car celles-ci libèrent alors du calcium). Une microcalcification peut donc indiquer la présence de forte (resp. anormale) activité de division cellulaire. Et cela peut indiquer donc une tumeur. Cette microcalcification n'est pas visible sur une écho. Par nodules mammaires, ont fait soit allusion à des kystes, adenofibromes ou tout simplement des lipomes.

  • olala le 30.10.2017 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Espérons qu'il y aura des moyens de diagnostics plus fiables et moins contraignants dans le futur. Les examens de dépistage sont importants, surtout pour les plus à risques, mais peuvent être horriblement désagréables et parfois même traumatisants. La mammographie est douloureuse et n'est pas très fiable si elle est pratiquée sur des seins assez petits ou très denses . Dans ces cas-là, l'échographie est un meilleur moyen pour détecter des anomalies.

    • @olala le 30.10.2017 14:26 Report dénoncer ce commentaire

      Non, l'échographie reste un examen complémentaire à la mammographie mais ne se substitue pas à celle-ci. Un simple exemple: les nodules et microcalcifications n'apparaissent pas du tout sous les ultrasons. Un médecin utilisera donc l'échographie si effectivement l'imagerie de la mammographie n'est pas concluante (eg. tissu trop dense). Mais l'inverse n'est pas vrai.

    • @@olala le 30.10.2017 15:03 Report dénoncer ce commentaire

      Une question: Est-ce que la mammographie a bien contribué à une baisse du nombre de cancer du sein???

    • @olala le 30.10.2017 16:52 Report dénoncer ce commentaire

      La mammographie ne "contribue pas à baisser le nombre de cancer du sein" mais à dépister celui-ci plus tôt. Et quand un cancer est dépisté tôt et qu'un traitement est initié tôt, alors le taux de survie de la personne concernée augmente substantiellement.

  • StellemerFroen le 30.10.2017 12:58 Report dénoncer ce commentaire

    je me demande pourquoi tant de gynécologues(f) ne veulent pas faire de mammographie pour elles-mêmes,bizarre,bizarre...

    • Jerome le 30.10.2017 13:49 Report dénoncer ce commentaire

      Cela veut dire quoi "tant de gynécologues"? C'est 1%, 20% ou 80%. D'où tenez vous cette information ? Si vous ne précisez pas de sources et ne donnez pas de chiffres quantifiables, cette "affirmation" n'apporte pas grand chose au débat.

    • Silvouplé le 30.10.2017 13:57 Report dénoncer ce commentaire

      Vous pouvez déveloper ?

  • Luxo le 30.10.2017 12:21 Report dénoncer ce commentaire

    320 000 mamographies, pour le plus grand plaisir des radiologues... Par contre aucune mesure n'est prise pour éviter les cancers! La pilule, surtout celles de 3 ème et de 4 ème générations, prises sur une longue durée, apportent plus d'inconvéniants que d'avantages. Pourquoi les médecins ne disent pas que l'alaitement au sein est l'une des meilleure protection contre ce cancer?

    • Chut! le 30.10.2017 13:55 Report dénoncer ce commentaire

      Vous insinuez par là que toutes les femmes doivent faire au moins un enfant et de plus l’allaiter durant au moins 3 mois pour bénéficier d’une protection plus étendue contre le cancer. Or les femmes veulent avoir le choix et ne veulent pas être conseillées. Vous ne vous faites pas des amies avec votre commentaire ;)

    • Abbes le 30.10.2017 14:32 Report dénoncer ce commentaire

      Luxo a raison sur un point: Ces biopsies, mammographie ... et autres risquent elles même de déclencher un cancer!

    • Nomi le 30.10.2017 15:59 Report dénoncer ce commentaire

      Vous oubliez les causes environnementales, ex tous les produits cosmétiques (Chimie synthétiques de haute voltige ) que vous utilisez.

    • @Abbes :?!? le 30.10.2017 16:54 Report dénoncer ce commentaire

      On apprend tout les jours quelque chose de nouveau. Comment une biopsie peut-elle déclencher un cancer ?!? Cela il faudra me l'expliquer.

    • Abbes 1 le 31.10.2017 11:38 Report dénoncer ce commentaire

      Les biopsies à l'aiguille peuvent accidentellement entraîner des cellules malignes à se détacher d'une tumeur, et à se propager dans d'autres parties du corps. D'après une étude du John Wayne Cancer Institute, il apparaît qu'une biopsie à l’aiguille peut augmenter la propagation d’un cancer de 50% par rapport à une biopsie excisionnelle

    • Abbes 2 le 31.10.2017 11:39 Report dénoncer ce commentaire

      Les biopsies de la prostate présentent un risque d'infection de façon inhérente pour les raisons suivantes : •Les aiguilles qui collectent un échantillon minuscule de tissu de la prostate peuvent véhiculer des bactéries dans la prostate et le sang à travers la paroi rectale •Les aiguilles peuvent propager dans le système sanguin des bactéries nocives présentes dans vos intestins

    • @abbess le 31.10.2017 14:16 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement: une biopsie ne déclanche donc pas un cancer vu que, comme vous le dites si bien, la tumeur est déjà présente.

    • Filax le 31.10.2017 15:27 Report dénoncer ce commentaire

      N'empêche qu'il vaut mieux ne pas la faire!

  • Masha Konskewa le 30.10.2017 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas si simple, il existe encore beaucoup de femmes sont révulsées à la seule idée d' une simple palpation ou qui font des blocages lorsque la médecine empiète sur la sphère intime.

    • Gilbert le 30.10.2017 16:59 Report dénoncer ce commentaire

      en même temps, les seins se n est pas trés intime