Le Luxembourg change

22 mai 2021 08:00; Act: 22.05.2021 13:20 Print

Où est passé le boulevard Royal d'autrefois?

LUXEMBOURG - Dans un docu-fiction projeté ce week-end, Serge Wolfsperger retrace l'histoire du boulevard Royal, à travers les yeux d'Arnaldo, qui y a vécu de 1964 à 2020.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Ça a commencé dans les années 1970. Les villas ont été détruites, puis on a reconstruit peu à peu, progressivement». Ces dernières décennies, le paysage du boulevard Royal a changé en profondeur. Les villas avec jardins et arbres qu'on pouvait encore voir il y a un peu plus d'un demi-siècle ont laissé la place aux bâtiments modernes de verre et d'acier actuels. Le quartier y a-t-il perdu une partie de son âme? Peut-être. Le docu-fiction de Serge Wolfsperger «Sur le fil du temps» est consacré à cette évolution, vue par les yeux d'Arnaldo Ferragni.

«Il a emménagé en 1964 au 49, boulevard Royal», bâti en 1962, explique le réalisateur. Il y a ensuite vécu jusqu'en 2020, année de son décès, à l'âge vénérable de 95 ans. Le 49, boulevard Royal, c'est cet immeuble d'irréductibles au sein duquel deux propriétaires ont refusé de vendre, contraignant les promoteurs du Royal-Hamilius, faute de droit d'expropriation, à revoir complètement leurs plans. «Ils étaient fâchés», se souvient Serge Wolfsperger. Celui-ci tournait un documentaire court pour la télé, avec le chef de chantier, quand il a vu cet immeuble, resté debout au bord du trou immense qui se trouvait là en 2016, entre la démolition de l'existant et la construction des nouveaux bâtiments.

«Un peu tout et n'importe quoi»

«Je me suis demandé ce que c'était que cet immeuble», sourit le cinéaste, également comédien. «Je suis allé dans l'immeuble, j'ai sonné, glissé des messages sous les portes pour rencontrer quelqu'un... Quelque temps plus tard, ce vieux monsieur, Arnaldo, m'a rappelé». Alors âgé de 90 ans, le fonctionnaire européen veut bien parler devant la caméra. Locataire depuis toujours, il peut plus facilement parler que les propriétaires réfractaires. «Quand il a emménagé, en 1964, le tram passait par là. J'ai voulu attendre décembre 2020 que le tram revienne pour boucler la boucle». Ce ne sera finalement pas possible, en raison du décès. «J'ai dû utiliser quelques subterfuges pour la fin du film», explique Serge Wolfsperger.

Outre les tournages avec Arnaldo, il peut récupérer les rushs du documentaire à la télé et cherche quelques images d'archives, difficiles à trouver. Et Arnaldo témoigne. «Il avait un double sentiment. Il voyait ça, avec son œil moderne, comme une évolution normale, à laquelle il s'intéressait. Mais, comme un homme d'un certain âge, il voyait sa vie perdre peu à peu ce qui le rattachait au passé. Il en parlait souvent, il considérait que le quartier avait autrefois plus d'âme, avec ses vieilles maisons, ses arbres, ses façades... Aujourd'hui, il n'y a plus rien qui attire l'œil», rapporte le réalisateur, qui évoque «une sorte d'incohérence architecturale et urbanistique. Il y a un peu tout et n'importe quoi. Mais c'est compliqué, avec les prix de l'immobilier».

Pour vous faire une idée de l'évolution du boulevard Royal, de l'arrivée du Royal-Hamilius, qu'Arnaldo, coincé en Italie par la maladie et la pandémie n'a jamais pu voir achevé, vous pouvez découvrir «Sur le fil du temps» ce week-end au ciné Utopia. Des projections sont prévues samedi à 17h et dimanche à 16h30. Le film dure environ 1h50. Serge Wolfsperger prépare d'ailleurs déjà un nouveau montage, de 1h30, pour la télé et, éventuellement, pour l'international.

(jw/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dommage le 22.05.2021 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Oui c’est assez vrai, le blvd Royal, c’est devenu un bric à brac de buildings tous plus moches les uns que les autres. Je ne suis pas contre la modernité, mais là je n’en vois pas. Que des constructions faites au moins cher. Aucune coordination dans le style, chaque archi est venu pondre son œuf. Resultat : un boulevard avec un alignement de facades de verre qui ont complètement dénaturé le lieu. Avec comme dernier exemple et ensemble de magasins qui a ruiné ce qui restait de beau. Je suppose que les dernières villas qui restent disparaîtront à cours ou moyen terme.

  • Céformidable le 22.05.2021 08:18 Report dénoncer ce commentaire

    Les responsables devraient avoir honte,mauvais g0ût et fric,incompétence.Le plaisir de vivre en ville fout le camp.

  • Mago le 22.05.2021 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    S’il est vraie qu’il faut aller avec son temps et que rien n’est éternel, il faut dire qu’ils n’ont pas vraiement embélli le quartier. Il n’y a plus que du béton au Boulevard Royal. A l’heure où dans les grandes cités en Europe, des architectes sont engagés afin d’y ramener de la verdure, au Luxembourg par contre, on bétonne toute le ville comme on l’a fait dans ces villes il y a 20 ans. Le Boulevard Royal est devenu gris et môche!!! Bravo à ceux qui ont pris ces décisions!!!

Les derniers commentaires

  • vdv le 25.05.2021 23:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On parle de modernité, mais ou ??? Qui va souvenir des ces mouchetés dans cinquante ans ?? Regardez la beauté des anciens bâtiments avec des motifs fantastiques, des lignes sublimes.

  • Luc T. le 24.05.2021 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    "Ils" ont eu de la chance à la Commune. Le promoteur, après avoir creusé le trou gigantesque, aurait pu leur dire qu'ils arrêtaient tout, vu cette ignominie architecturale que constitue le 49 dans le cadre des bâtiments désormais achevés. En tout cas, c'est ce que j'aurais fait sans aucune hésitation. Et je pense que CODIC aurait eu l'assise financière suffisante pour leur en faire voir de toutes les couleurs sur le plan juridique. Une "victoire" pour les co-pros? Que nenni.

  • Nathielux le 24.05.2021 08:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis d accord il faut moderniser mais là c est trop moche et le beau bâtiment de la poste caché derrière. Quel dommage !

  • jean klein le 23.05.2021 21:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vivement la pension

  • obelix le 23.05.2021 21:05 Report dénoncer ce commentaire

    qu'est devenu le BR ? demander aux promoteurs magouilleurs,,,