Travail au Luxembourg

13 avril 2016 09:00; Act: 13.04.2016 11:29 Print

«Que la sécurité sur les chantiers soit un réflexe»

LUXEMBOURG - Deux drames récents sur des chantiers rappellent les risques liés à ce secteur.

storybild

«Beaucoup de sociétés travaillent bien avec les délégués à la sécurité», souligne-t-on à l’OGBL. (photo: Editpress)

op Däitsch
Sur ce sujet

«Le secteur où le risque d’accident est le plus élevé est la construction», déplore l’inspection du Travail et des Mines sur son site. Ainsi, si 27,7% des accidents du travail ont eu lieu sur la route ou dans les transports publics, selon les statistiques 2014 de l’Association d’assurance accident, 4 555 accidents sont survenus sur des chantiers, soit 22,7% du total. Les sites industriels suivent (20,77%).

Un constat confirmé par les drames de ces derniers jours, deux ouvriers ayant trouvé la mort sur des chantiers. Des accidents pas forcément liés à des lacunes en matière de sécurité. «L’ITM et la police judiciaire enquêtent. Si nécessaire, l’ITM fera un rapport» qui peut conduire à des poursuites, affirme Jean-Luc de Mattéis, de l’OGBL.

Il rappelle que les consignes de sécurité sont nombreuses, comme les harnais de sécurité sur les échafaudages. «Pour une grosse entreprise qui a 50 chantiers, il y a 50 risques différents», que les ouvriers peuvent apprendre. «La sécurité, c’est une culture. Il faut répéter les consignes pour que cela devienne un réflexe», explique le syndicaliste, qui compte sur les délégués à la sécurité des entreprises pour marteler les consignes et vérifier les chantiers. «Il faut former les travailleurs, mais il faut aussi que l’employeur leur donne les moyens et le matériel pour se protéger».

  • Les partenaires sociaux ont édité une charte pour tendre à zéro accident. À lire en suivant ce lien.

(Jérôme Wiss/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nomi le 13.04.2016 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    L'ouvrier ne respecte pas les règles de sécurité tant qu'il ne se sent pas observé. C'est comme pour le code de la route. Dès que l'on se sent observé, on se comporte conformément aux règles. Il n'y a qu'un seul moyen d'y arriver: contrôles, audits, observations et avertissements, punitions !!!!

  • Coeur dévastateur le 13.04.2016 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait que tant le patron de l'entreprise et le maître d'œuvre en personne soient systématiquement mis en cause par une enquête judiciaire et qu'ils aient tous les deux séparément la charge de preuve d'avoir investi dans la sécurité spécifique pour prévenir l'accident. Et en cas de faute de grave entraînant la mort, prison...

  • Camino le 13.04.2016 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    8 heures avec un casque dans la têtê ce ça la sécurité?ce bon pour la santé?

Les derniers commentaires

  • Camino le 13.04.2016 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    8 heures avec un casque dans la têtê ce ça la sécurité?ce bon pour la santé?

    • @Camino le 13.04.2016 17:53 Report dénoncer ce commentaire

      Il est évident que 8 heures avec un casque dans la tête ce n'est vraiment pas conseillé et en plus ça doit faire légèrement mal à la longue.

  • Nomi le 13.04.2016 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    L'ouvrier ne respecte pas les règles de sécurité tant qu'il ne se sent pas observé. C'est comme pour le code de la route. Dès que l'on se sent observé, on se comporte conformément aux règles. Il n'y a qu'un seul moyen d'y arriver: contrôles, audits, observations et avertissements, punitions !!!!

  • Coeur dévastateur le 13.04.2016 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait que tant le patron de l'entreprise et le maître d'œuvre en personne soient systématiquement mis en cause par une enquête judiciaire et qu'ils aient tous les deux séparément la charge de preuve d'avoir investi dans la sécurité spécifique pour prévenir l'accident. Et en cas de faute de grave entraînant la mort, prison...

  • coerente le 13.04.2016 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    les mesures de prévention sont de plus en plus invoquées après un accident mortel, mais en attendant, les responsables de l'ITM sont a connaissance des manquements graves sur la sécurité qu'ils sont faits dans tous les domaines du travail, mais étrangement ne interviennent pas, le travail de 'ITM est également prévoir l'imprévisible, mais cela est une autre affaire,

  • Moi 2016 le 13.04.2016 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait aussi contrôler l'alcool. Tous les matins on voit camionnettes s'arrêter aux stations d'essence et acheter des packs de bière!! et évidemment que toutes les procédures de sécurité soient respectées

    • contremaitre le 13.04.2016 10:44 Report dénoncer ce commentaire

      J'ai découvert sur des chantiers des bouteilles d'alcool du "style Cognac"....! les ouvriers fautifs ont été virés pour faute grave... puis ré-embauchés...puis re-virés pour la même chose...! Je comprends les alcooliques il fait froid sur les chantiers...lol:)

    • Ganja le 13.04.2016 15:27 Report dénoncer ce commentaire

      ...tant qu'ils fument pas de joints, tout va bien, n'est-ce-pas... ;-p Et puis, travailler dehors, ça donne soif quand-même...!