Loi au Luxembourg

06 février 2018 07:00; Act: 06.02.2018 10:18 Print

Piercing, tatouage et séance UV mieux encadrés

LUXEMBOURG - Il y aura bien un texte de loi pour donner un cadre légal aux métiers de tatoueur et aux activités de piercing.

storybild

Le législateur veut s’assurer que les règles minimales d’hygiène et de stérilisation des outils sont respectées dans ces métiers. (photo: Editpress/Tania Feller)

Sur ce sujet

Fin février ou début mars, la loi réglementant les activités de tatouage, de piercing mais aussi les solariums, devrait être votée à la Chambre des députés. Cette semaine, elle fera un dernier passage auprès de la commission compétente devant laquelle Georges Engel présentera son rapport.

«Jusqu’à présent, il n’y avait pas besoin de formation pour ces activités. Avec la loi, nous voulons établir les conditions d’hygiène pour faire un tatouage, par exemple. Il n’est pas question de remettre en question leur savoir-faire artistique», explique-t-il.

Interdits avant 16 ans

Quant à savoir quel sera le contenu des 21 heures de formation obligatoires pour prétendre à exercer ces métiers, c’est encore un peu tôt. «La question de la formation sera précisée par la voie d’un règlement grand-ducal», poursuit Georges Engel.

Concernant le tatouage comme le piercing, il faudra ainsi disposer d’un local séparé dans lequel les animaux, le tabac et la nourriture seront proscrits. En outre, le tatouage et le piercing ne seront pas autorisés en dessous de l’âge de 16 ans. «À une exception près, les lobes d’oreilles pourront toujours être percés par des bijoutiers-orfèvres et sans limite d’âge», précise le député. À noter encore que le tatouage et le piercing ne sont pas les seules activités concernées par la loi. Les solariums devront ainsi se doter d’appareils avec des rayonnements UV présentant moins de risques pour la peau.

Il y aura bien un texte de loi pour donner un cadre légal aux métiers de tatoueur et aux activités de piercing. Reportage de Patrick Théry et Jonathan Vaucher pour L'essentiel Radio.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hypocrisie quand tu nous tiens! le 06.02.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Ponctionner plus les forces vives du pays (le privé) pour faire vivre davantage d'assistés (public). La combiné est connue et répandue dans la plupart des pays. Enrobons ça de moralité (on paie des impôts et taxes pour les hôpitaux, les routes et les pauvres enfants orphelins et handicapés) et le compte est bon! Reguler, réglementer, interdire, encadrer, dicter, etc... Arfffff

  • lulu le 06.02.2018 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin une prise de conscience collective. Pas de flou artistique pour ces 3 activités.

  • RamBo le 06.02.2018 09:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi faire des lois pour cela ? Ce sont des activités "Loisirs" pour moi, des articles de luxe quoi. Je suis d'avis qu'il y a des choses plus sérieuses à régler .........

Les derniers commentaires

  • ... le 06.02.2018 12:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut être que si y'avais des activités à faire dans le pays ça irait mieux. Faut arrêter de considérer la nouvelle génération comme des rates, c'est eux qui paieront votre retraite ;)

  • Pourquoi ?? le 06.02.2018 12:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ?? vous êtes vraiment ridicule avec vos préjugés, faut vivre avec son temps pépé

  • Luxo le 06.02.2018 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnes avec des tatouages ou des piercing sur les parties visibles du corps, tête, bras, jambes, mains, pieds ne devraient pas accéder à la fonction public, police, enseignants, personnes au contact du public, (même les ouvriers comunaux qui balaient les rues)

    • Eattherich le 06.02.2018 13:09 Report dénoncer ce commentaire

      On ne vit plus au moyen age Luxo. Vous croyez que les gens tatoués sont des mauvaises personnes et pas assez bonnes pour travailler dans la fonction publique ou avec des clients? J'aimerai bien savoir le pourquoi, développez histoire de rire.

    • @Luxo le 06.02.2018 17:11 Report dénoncer ce commentaire

      Ce que font les gens en dehors du travail ne regarde absolument personne. Ils sont libre de faire ce qu'ils veulent.

    • luxo le 06.02.2018 17:32 Report dénoncer ce commentaire

      Les fonctionnaires sont l'image du Pays.

    • Scylla Pierce le 06.02.2018 18:34 Report dénoncer ce commentaire

      Le manque de tolérance aussi ?

    • Eattherich le 07.02.2018 08:50 Report dénoncer ce commentaire

      @Luxo"les fonctionnaires sont l'image du Pays. Est-ce vraiment là votre argument? Dans quel monde vivez vous? Oui le manque d'intolérance c'est certain et ne pas oublier les préjugés sans connaître les personnes Scylla! Pour info, je suis fonctionnaire depuis longtemps et j'ai les bras et les mains tatoués. Cela fait de moi un mauvais fontionnaire? A en croire les gens que je vois et avec qui je traville non ;-)

  • Valérie le 06.02.2018 11:10 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas parce qu'on impose des interdit aux ados luxembourgeois qu'ils en seront moins dégénérés.

  • Luxo le 06.02.2018 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait également souhaitable d'encadrer les prix et de contrôler leurs facturations et comptabilité. Certains tatoueurs, arrivent à des revenus mensuel de 10000€ par mois dont une grande partie est au noir. Cette activité a un impact sur la santé des clients. Une consultation médicale préalable, chez un médecin psychologue spécialisé de la CNS qui informerait de manière indépendante les candidats aux tatouages sur les risques et conséquences devraient être exigés avant de passer à l'acte.

    • RamBo le 06.02.2018 11:40 Report dénoncer ce commentaire

      Si les gens sont tellement dupes et paient !

    • AntiRacist le 06.02.2018 18:09 Report dénoncer ce commentaire

      Fake News Mr LUXO! Ou Mr JT