Fondation au Luxembourg

07 février 2018 13:48; Act: 07.02.2018 16:08 Print

197 enfants gravement malades aidés l'an dernier

LUXEMBOURG - Près de 200 enfants atteints d'un cancer ou de maladies rares à danger vital ont été soutenus, en 2017, par la Fondation Kriibskrank Kanner.

storybild

L'an dernier, 38 nouvelles familles ont été admises dans le programme de la Kriibskrank Kanner. (photo: Editpress/Didier Sylvestre)

op Däitsch
Sur ce sujet

«L'émotion qui m'envahit ne me quitte jamais», confie Claude Meiers, président de la Fondation Kriibskrank Kanner. En 2017, six enfants sont décédés des suites d'un cancer ou de maladies rares à danger vital au Luxembourg. Chaque année, entre six et douze enfants meurent de ces maladies au Grand-Duché.

Depuis 28 ans, la fondation offre un service administratif et financier, du soutien psychologique et social et des activités pédagogiques et récréatives aux familles des jeunes atteints d'un cancer ou de maladies rares. L'an dernier, 38 nouvelles familles ont été admises dans le programme de la Kriibskrank Kanner.

Se recentrer sur les enfants avant les familles

Au total, 197 familles ont bénéficié de l'aide de la fondation en 2017. Parmi l'ensemble des enfants aidés, 80,7% sont atteints d'un cancer tandis que 19,3% souffrent de maladies rares à danger vital.

Pour les années à venir, l'objectif de la fondation est de recentrer son travail sur l'enfant «par une approche orientée sur ses besoins». «Ces dernières années, nous avons fait beaucoup de choses pour les familles, au détriment des besoins des enfants», indique Anne Goeres, directrice. La fondation veut aussi collaborer activement dans la mise en place du service national d'hémato-oncologie pédiatrique, ou encore étendre les groupes de parole.

Telmo Ferreira, papa de Carolina, 8 ans, atteinte d'un cancer, témoigne à «L'essentiel Radio»:


Anne Goeres, directrice de la Fondation Kriibskrank Kanner:


Isabelle Kieffer, cheffe de département à la clinique pédiatrique du CHL, revient sur le service national d'onco-hématologie:

(Olivier Loyens/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • anonymous le 07.02.2018 14:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Soutient,amitiés et grand respect à cette association nous parents et notre enfant vous remercie

  • Des parents reconnaissants le 07.02.2018 14:36 Report dénoncer ce commentaire

    Merci à la fondation!!! Nous n'oublierons jamais ce que vous avez fait pour nous en 2017.

  • hopla le 07.02.2018 20:40 Report dénoncer ce commentaire

    et les adultes dans tout ca ils sont exclus ?

Les derniers commentaires

  • Lux le 08.02.2018 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo surtout au personnel soignant ainsi qu’aux aides sociales !!

  • Ne les oublions pas le 08.02.2018 08:09 Report dénoncer ce commentaire

    Oui, des enfants décèdent, et c'est terrible. Et c'est pour cela aussi qu'il faut investir dans la recherche. C'est dommage que l'article ne parle pas des enfants qui survivent à leur cancer et pour lesquels le retour à l'école et à une vie "normale" peut être difficile. Ces enfants ont eu des traitements très lourds (opérations, chimio, radiothérapie), qui ont laissé des séquelles conséquentes, sans même parler des séquelles psychologiques. Le système scolaire luxembourgeois, qui est déjà difficile et exigeant pour des enfants qui vont bien, a souvent du mal à réintégrer ces enfants.

    • Un papa qui a perdu son petit bout. le 08.02.2018 09:53 Report dénoncer ce commentaire

      En effet, il faudrait des traitement mieux adaptés mais les enfants sont souvent laissés pour compte par les laboratoires pharmaceutiques. En Europe, 6.000 enfants meurent d'un cancer chaque année. 2/3 de ceux qui survivent auront des séquelles à vie (physiques, psychologiques,...). C'est un monde très dur, je l'ai malheureusement vécu de près.

  • ccl le 08.02.2018 06:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand merci a la fondation pour tout le soutien qu il nous on donner en 2017 et encore maintenant il facilite beaucoup tout le procès des parents ansi on peut être plus présent pour nos enfants qui on besoin de nous dans ces moments et un grand merci à l équipe qui se trouve à Bruxelles. Maison des parents.

  • hopla le 07.02.2018 20:40 Report dénoncer ce commentaire

    et les adultes dans tout ca ils sont exclus ?

  • citoyen le 07.02.2018 18:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on en a souffert de la maladie grave de notre fille il y'a 21 ans bientôt et maintenant elle se porte comme un charme au mois de juillet elle finira ses études d'éducatrice graduée et assistante sociale. on a été pris en charge par du personnel infirmier formidable et aussi le médecin chef pédiatre. on a pas eu affaire à cette association mais respect à tout ces gens au grand coeur et beaucoup beaucoup de courage au familles