Au Luxembourg

17 juin 2019 16:01; Act: 17.06.2019 17:34 Print

20 000 personnes sont exposées aux inondations

LUXEMBOURG - Une nouvelle cartographie détaillée sur le risque d’inondations a été réalisée. Incluant deux nouveaux cours d’eau, elle est consultable dès ce lundi.

storybild

Tout le monde peut apporter ses remarques à la cartographie jusqu’au 17 septembre. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

La Gander, au sud-est du Luxembourg, et la Chiers, à l’extrême sud-ouest, ont intégré la nouvelle carte du risque d’inondations dans le pays. De la Moselle à l’Alzette, en passant par l’Attert ou l’Ernz Blanche, ce sont 17 cours d’eau présentant un risque important qui sont aujourd’hui répertoriés. Portant à 20 000 le nombre d’habitants particulièrement exposés à un risque de crues au Grand-Duché.

«Même si la plupart des gens vivent déjà avec ce risque au quotidien, il est important de savoir de façon précise où il se situe. Et nous disposons désormais d’une carte complète», glissait la ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, lors de la présentation lundi après-midi.

Évolution citoyenne

Un an tout juste après d’importantes inondations, occasionnant des dégâts majeurs notamment dans l’est du pays, le Luxembourg a donc affiné sa perception des risques liés aux crues, comme l’impose tous les six ans une directive européenne. La technologie a permis de modéliser les secteurs concernés et de proposer une cartographie pointue consultable en ligne à partir de ce lundi, via geoportail.lu ou encore waasser.lu.

Jusqu’au 17 septembre, chacun pourra d’ailleurs apporter ses remarques, expériences ou constatations sur le terrain, afin de faire évoluer encore la cartographie. L’objectif final étant d’adapter au mieux l’utilisation des sols, notamment d’un point de vue immobilier, et limiter les risques.

(Nicolas Chauty/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • louisa le 17.06.2019 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu’on construise plus!!!!

  • mouais mouais le 18.06.2019 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il était grand temps, pourquoi toujours attendre l'obligation par Bruxelles ?

  • mr toutlemonde le 17.06.2019 16:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bizarre que sa soit fait maintenant... dans certains pays on vous laisse construire et apres dommage pus d'assurance car eux duse non on savais risque et pas l'état.... comme ca des personnes qui ont toujours bien fait se retriuve dans la demer... pour être simpas (en verlan)

Les derniers commentaires

  • Inge C le 18.06.2019 09:55 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pathétiques.

  • lestrollsrusses le 18.06.2019 08:51 Report dénoncer ce commentaire

    Allons, allons!!! N'exagérez pas non plus!! L'Alzette n'est pas la Volga non plus!

    • Macadamia le 18.06.2019 11:26 Report dénoncer ce commentaire

      Vous avez tout à fait raison

  • bob l architecte le 18.06.2019 08:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les choix mal avises des uns font les opportunités des autres. Nous on construit desormais des bâtiments anti inondation...

  • mouais mouais le 18.06.2019 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il était grand temps, pourquoi toujours attendre l'obligation par Bruxelles ?

  • Zen le 17.06.2019 21:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'habite près d'un petit ruisseau de 30 cm de large et 5cm de profondeur...quand il y a eu des fortes pluie en 2016, il est passé a 17 m de large et 3 m de profondeur...et l'année dernière, une coulée de boue a descendu notre chemin d'accès, en 100 ans cela n'était jamais arrivé...par contre l'année dernière la commune a jugé bon de coupé la moitié de la forêt en amont, coïncidence? C'est pas avec une carte qu'il vont résoudre quoi que ce soit.