Au Luxembourg

06 mars 2020 17:37; Act: 06.03.2020 17:46 Print

20% des terres du pays en agriculture bio d'ici 2025

LUXEMBOURG - La part de l'agriculture biologique ne représente aujourd'hui que 5% des surfaces agricoles exploitées. Mais le pays veut la faire exploser.

storybild

L’enveloppe budgétaire dédiée à l'agriculture biologique au Luxembourg sera de 11,4 millions d'euros pour l’année 2025. Contre 2 millions d'euros en 2020. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Luxembourg compte aujourd'hui 148 producteurs biologiques. Parmi eux «88 agriculteurs, 15 maraîchers, 15 viticulteurs, 11 fruiticulteurs et 19 apiculteurs», selon les données du ministère de l'Agriculture. Mais la part de cette filière biologique, pourtant en hausse depuis deux ans, ne représente que 5% de la surface agricole exploitée. C'est moins que la moyenne européenne, autour de 7%.

«La culture fruitière et maraîchère n’est que faiblement développée», regrette le ministre, Romain Schneider, qui présentait vendredi, de nouvelles mesures. L'objectif est clairement affiché: «Atteindre 20% des surfaces agricoles du Luxembourg exploitées en agriculture biologique à l’horizon 2025». Pour cela, l’enveloppe budgétaire dédiée au sein du gouvernement sera de 11,4 millions d'euros pour l’année 2025. Contre 2 millions d'euros en 2020.

Primes augmentées pour les producteurs

Renforcer l'agriculture biologique passera par une structuration de la filière, de la production jusqu'à la commercialisation. Ainsi «les primes seront augmentées» pour convaincre les exploitants, nouveaux ou déjà en fonction. Ces professionnels pourront également bénéficier d'un accompagnement personnalisé. «Bon nombre d’aliments clés nécessaires à la confection de repas font défaut sur le plan national», analyse Romain Schneider, qui veut justement «accroître et équilibrer la production et la demande».

Le ministre souhaite aussi que la restauration collective assurée par l'État puisse proposer 50% de produits issus de l'agriculture luxembourgeoise, dont près de la moitié provenant de la filière bio. «Un bilan sera dressé dans 2 ans», prévient déjà Romain Schneider.

(L'essentiel/Nicolas Chauty)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • deidix le 06.03.2020 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je viens de travailler dans les légumes bio, plus jamais je n'en mangerais. Des tomates au Luxembourg!?

  • Phi le 06.03.2020 18:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bio avec toute la merde qui est transporté par l‘air pollué des avians tracteurs camions machines etc.

  • Unicorn le 06.03.2020 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    Aucune confiance dans ce Ministre. Faudrait déjà examiner les sols au préalable, largement contaminés par un laxisme au niveau des contrôles de l'Etat envers la pollution de l'industrie, le PCB, le dioxine, cela reste dans les terres pendant des décennies, et s'y ajoute autant de particules de pollutions issues du trafic. Alors certifiez d'abord que les terres et les environs se prètent à l'agriculture biologique. La seule manière d'y arriver, c'est d'importer des terres non polluées, et de cultiver sous tentes.

Les derniers commentaires

  • Majo le 08.03.2020 21:32 Report dénoncer ce commentaire

    Donc il faudra importer encore plus de fruits et légumes...avec de gros camions...

  • Vindulux le 07.03.2020 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème pour développer une agriculture bio et vivrière est l'accès à la terre et leur prix . Imposible de s'installer si on est pas fils ou fille de paysan. Et les agriculteurs actuels ne sont pas prêts d'abandonner leurs luxueux tracteurs pour travailler à la main des surfaces plus petites.

  • L B 1x le 07.03.2020 07:26 Report dénoncer ce commentaire

    Mais que voilà une bonne nouvelle.....et qui va contrôler tout cela? Des "radars" comme sur nos routes ?Et combien de dizaines d'années pour purifier les sols avant d'avoir "vraiment du bio". Et puis ces terres sont arrosées à longueur d'années par de bonnes pluies.

    • Vindulux le 07.03.2020 08:43 Report dénoncer ce commentaire

      Vous pouvez toujours manger des légumes , des céréales et du lait qui ont été arrosés par l'exploitant agricole de plein de bonne chose . Avant de critiquer renseignez vous sur les significations des différents label bio.

  • la trois le 07.03.2020 07:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à pleurer. 20% uniquement? faut dire que le reste est sous béton.....

  • lux le 06.03.2020 23:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo ! Souvent je me sens seule vis à vis de ces gens! Moi, je veux, que chez nous le vert reste vert !

    • Vindulux le 07.03.2020 08:52 Report dénoncer ce commentaire

      Perché au volant de son SUV , ou instalé dans un siège Luxe Air, on ne s'en rend pas compte que le GDL est un désert vert. Car les lourds et luxueux tracteurs financés par l'état ont détruit toute le vie du sol et le biodiversité. Comment voulez vous qu'un agriculteur , confortablement installé dans sa cabine climatisé, et qui ne travail plus la terre avec ses mains , se rend compte qu'il n'y a plus de vers de terre sous ses pieds. Ni d'insecte sur ses plantes ni d'oiseaux dans le ciel...