Harcèlement sexuel

09 avril 2018 07:00; Act: 09.04.2018 07:13 Print

Des cadres formés sur le harcèlement au travail

LUXEMBOURG - Le ministre du Travail Nicolas Schmit a évoqué des pistes de mesures pour prévenir le harcèlement sexuel au travail.

storybild

L’ITM ne dispose pas de chiffres concernant les plaintes déposées en justice, ni sur les condamnations.

op Däitsch
Sur ce sujet

L’ampleur du phénomène de harcèlement sexuel au travail au Luxembourg n’est pas vraiment cernée. Le ministre du Travail a reconnu vendredi dans une réponse parlementaire que l’Inspection du travail et des mines (ITM) ne disposait pas de chiffres pouvant permettre de la mesurer. Ces deux dernières années, l’ITM a bien reçu 19 demandes de renseignements et une plainte, qui n’a pas abouti faute de preuves, sur le sujet.

Mais «la proportion des cas de harcèlement sexuel sur le lieu de travail dans lesquels la victime a déposé une plainte auprès des juridictions du travail et ayant entraîné un procès, voire une condamnation de l’auteur n’est pas connue», précise Nicolas Schmit. Pour autant, la protection contre le harcèlement sexuel est bel et bien réglementée au niveau légal depuis 2000 avec des dispositions reprises dans le code du travail.

Nicolas Schmit propose des pistes pour une meilleure prévention du phénomène. Le ministre socialiste évoque des mesures de sensibilisation et de formation des salariés, à destination principalement des supérieurs hiérarchiques et des dirigeants d’équipe. Au-delà d’une connaissance de la législation en vigueur et de veiller aux bons comportements, «des conflits liés à des préjugés ou attitudes discriminatoires fondés sur le sexe entre des salariés et leur supérieur hiérarchique pourraient être évités».

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bon sens le 09.04.2018 08:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi se limiter au seul harcèlement sexuel? Le harcèlement au travail peut-être de diverses formes

  • Qu'on arrête le 09.04.2018 08:15 Report dénoncer ce commentaire

    Mais qu'on arrête avec cette suspicion de harcèlement sexuel! Les femmes ne sont pas des petites filles et savent très bien se défendre ! Aussi au travail! Je travaille depuis des décennies dans des boîtes mixtes et honnêtement oui il ya des hommes qui essayent de séduire, mais ce sont toujours les femmes qui choisissent! Et si tu les déranges un peu de trop, elles te remettent vite à ta place! Et c'est bien comme ça! Or on fait croire que c'est l'horreur quotidien pour celles qui travaillent, ce n'est pas vrai!

  • Carina le 09.04.2018 11:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le comble: vous faire harceler limite insulter, vous faire sentir comme une moins que rien capable de rien, vous faire courir chercher des dossiers qui n’y sont pas dans un autre étage etc par votre cheffe, qui est avocate.. N’en pouvant plus et au bord de la dépression, ma collègue a fini par démissionner, sans faire de plainte (à quoi bon?). Cette avocate est connue dans le cabinet pour ses pratiques, mais personne ne dit rien.

Les derniers commentaires

  • D'en Tun le 10.04.2018 06:35 Report dénoncer ce commentaire

    Mais que fait l,IRM. . ? Ils ne sont jamais la, même pour d'autres abus. Heures sup's pas payées par exemple

  • Julos pour le respect de la personne le 09.04.2018 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Aussi vis à vis des hommes? A force d'assister les gens, ils deviendront encore plus idiots. Maintenant si entre adultes on ne peut plus "rigoler"sur la chose, sans en venir aux blagues de corps de garde, la vie va être très très morne et fade.

  • Blannenjang le 09.04.2018 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd'hui presque tout le monde est directement harcelé...oh les pauvres....

  • MarcC le 09.04.2018 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans plusieurs cas, les femmes sont aussi en cause. Arrêtons de mettre tout sur les épaules des hommes

    • Julos pour le respect de la personne le 09.04.2018 15:49 Report dénoncer ce commentaire

      Et vice (!) versa. La vie est belle et nous sommes tous des adultes alors, les bien pensants qui veulent aller encore plus loin dans les lois, je me demande si ce n'est pas eux qui ont un problème.

  • Sou ass et le 09.04.2018 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on est harcelé, il faut faire un choix (comme souvent dans la vie). On se bat ou on part. Il n'y a pas urgence, mais on se prépare à dire "bye".

    • Julos pour le respect de la personne le 09.04.2018 15:50 Report dénoncer ce commentaire

      Ou: on se bat et on reste....défaitiste!