«SchoolLeaks»

13 février 2017 11:50; Act: 13.02.2017 14:37 Print

Les magistrats, «inquiets», taclent Meisch et Cahen

LUXEMBOURG - Le Groupement des magistrats Luxembourgeois s’est fendu d’un communiqué pour dénoncer les réactions après le verdict dans l’affaire des SchoolLeaks.

storybild

Les magistrats luxembourgeois n'ont pas apprécié la sortie du ministre de l'Éducation nationale. (photo: Editpress)

  • par e-mail
op Däitsch
Sur ce sujet

«Le Groupement des magistrats luxembourgeois (GML) tient à rappeler que le Luxembourg connaît la séparation des pouvoirs, caractéristique des États démocratiques.

Le pouvoir judiciaire est considéré comme un pouvoir constitué, au même titre que les deux autres et placé au même niveau que ceux-ci», indiquent lundi les magistrats dans un communiqué.

Un tacle aux ministres Claude Meisch et Corinne Cahen qui ont vivement réagi sur les réseaux sociaux à l’acquittement des quatre accusés dans l’affaire des SchoolLeaks, jeudi dernier. Le ministre de l'Éducation nationale avait regretté l'acquittement malgré les aveux et demandé à avoir des explications du tribunal tandis que sa collègue du gouvernement maniait l'ironie en indiquant que «donner les sujets d'examen à l'avance n'était apparemment pas punissable».



«L’équilibre nécessaire entre ces trois pouvoirs veut que chacun contrôle l’autre, limite ses pouvoirs, évite que l’un prenne le dessus sur les autres. L’équilibre veut aussi que chacun respecte l’autre, lorsqu’il s’adresse à lui, lorsqu’il parle de lui, lorsqu’il le critique», poursuit le communiqué. «Dès lors, il n’appartient pas à un membre du pouvoir exécutif de critiquer sans modération des décisions de justice; si une décision de justice ne plaît pas, il existe des voies de recours légales pour la contester, c’est-à-dire selon des voies organisées dans le cadre de la séparation des pouvoirs».

Et de conclure en exprimant «son inquiétude face à un tel comportement qui porte atteinte aux principes mêmes du jeu démocratique».

(MC/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mike le 13.02.2017 12:12 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps si on ne peut plus critiquer ou exprimer son inquiétude, on peut quand-même se demander si on vit toujours en démocratie.

  • arthur le 13.02.2017 15:44 Report dénoncer ce commentaire

    je rêve ! les profs filent les sujets, ils sont acquittés et on devrait surtout ne pas s'interroger ? on a pas le droit de critiquer les profs et la justice ? ce sont les fonctionnaires qui gouvernent ce pays ?

  • et pourquoi pas ... le 13.02.2017 12:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est pas le fait de la critique qui est mis en cause, c'est le fait qu'un membre de l'exécutif semble se placer au-dessous de la justice en lui demandant de se justifier. Maintenant pour un citoyen lambda la critique est toujours possible.

Les derniers commentaires

  • AlainS le 14.02.2017 02:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Attention que les ministres ne soient pas citer devant les tribunaux! Que ça aie déjà été possible cette histoire prouve bien que le système doit être repensé ! Donc, Mr Meisch, au boulot svpl afin que celà ne se reproduise plus !!!

  • plaje le 13.02.2017 20:02 Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu'un magistrat ne sera pas responsable des conséquences de ses jugements, comme n'importe lequel d'entre nous de ses actions, on aura du mal à croire en la justice...

    • Charles le 14.02.2017 10:42 Report dénoncer ce commentaire

      Ceci prouve, qu’il ne faut pas une nouvelle constitution, mais qu’il faut l’appliquer pour tout le monde y compris les magistrats.

  • Dr_Phil de Lux le 13.02.2017 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Différence: Lors de «Luxleaks» il y avait question de vol et non pas de violation de secret professionnel. Grande Différence! Pour rappel: Les professeurs ont bien été sanctionnés par des mesures disciplinaires prévues par le statut des fonctionnaires. Toutefois, il n'y a pas de raison, selon les juges, de les sanctionner au sens du code pénal.

  • Jessica le 13.02.2017 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon ministre de l'enseignement??? Mr Meisch est en train de mettre le chaos partout... Il veut tout tout de suite et des centaines de personnes ont déjà perdu leur boulot à cause de lui et des lois qu'il met en place et qui ne collent pas à la réalité!!! Désolé mais il ne connaît pas le terrain et ferait bien de venir voir ce qu'il fait!!!

  • Léon le 13.02.2017 17:23 Report dénoncer ce commentaire

    Si on compare Luxleaks à Schoolleaks on croit qu’il n’y a pas égalité devant la loi. Deux fois les documents étaient émis par l’Etat. L’explication de la justice concernant la différence m’intéresse.