Débat au Luxembourg

25 mai 2021 08:00; Act: 25.05.2021 11:42 Print

Les menstruations s'invitent sur la place publique

LUXEMBOURG - Ouverte depuis une semaine, la pétition réclamant deux jours de congés par mois pour les règles douloureuses, compte déjà près de 3 750 signatures.

storybild

La pétition réclame deux jours de congé menstruel par mois.

Sur ce sujet
Une faute?

Ouverte à la signature, depuis une semaine maintenant, sur le site de la Chambre, la pétition réclamant deux jours de congés par mois pour les femmes qui ont leurs règles, comptabilisait dimanche soir près de 3 750 signatures. À 4 500, un débat est organisé avec les ministres concernés.

«Le but est d’autoriser aux femmes une dispense de deux jours pour pouvoir rester à la maison et de ne pas devoir se forcer, voir torturer de devoir aller travailler avec des douleurs abdominales. Cela ne veut pas dire devoir présenter chaque mois un certificat d’incapacité de travail et de se sentir coupable par la suite», justifie la pétitionnaire.

«Ce droit existe»

«Il est important de surmonter les clichés qui persistent autour des menstruations. Trop souvent, ce sujet reste un tabou associé à des angoisses ou à un sentiment de honte pour les femmes», explique-t-on au ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes.

Une pétition également soutenue par l'association féministe Letz Rise Up. Le Planning familial se réjouit «que la douleur et la souffrance liées à la menstruation soient abordées sur la place publique».

Si la pétition atteint 4 500 signatures, «cela pourrait faire l'objet de discussion avec les partenaires sociaux», indique le ministère du Travail. «Ce droit existe. Toute personne qui souffre est en droit de ne pas travailler et il serait réactionnaire de demander aux femmes de révéler l'origine de leur malaise», estime Jean-Paul Olinger, directeur de l'UEL.

(Marion Mellinger/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • stef le 25.05.2021 11:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais c’est une blague ? Moi je réclame 1 jour par mois pour mes hémorroïdes

  • Butterfly le 25.05.2021 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis une femme mais je trouve cette pétition ridicule. On ne peut pas se battre pour l'égalité et en même temps demander 2 jours de congés pour règles douloureuses, c'est complètement contradictoire. Et les lycéennes, elles vont manquer les cours 2 jours par mois aussi ? Sans compter toutes les dérives qu'il risque d'y avoir. Il y a 70 ans les femmes se battaient pour le droit de vote, aujourd'hui on se bat pour avoir 2 jours de congés pour menstruations, quelle dégringolade !

  • Monavis le 25.05.2021 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis une femme et à ce titre connaît pertinemment bien la problématique des règles douloureuses. Sans vouloir faire de publicité, mais parce que ça marche, essayez Livia qui stoppe littéralement la douleur et allez bosser. On réclame l’égalité des sexes, cette démarche va encore créer un gap entre les hommes et les femmes pour les employeurs. Imaginez les secteurs quasi exclusivement féminin comme les Creches ! Plusieurs femmes en congés « régles » en même temps ! Ingérable !!!

Les derniers commentaires

  • Pas de censure SVP! le 26.05.2021 05:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'est amusant comme certains besoins naturels doivent être respectés, comme certaines spécificités de genre sont mise en avant et comme d'autres sont complètement ignorées. Les excès de testostérone masculins, les désirs sexuels qui en découlent, la fameuse "aggressivité" dans le sport devraient être réprimées, les hommes devraient effacer leur patrimoine génétique et les femmes en bénéficier. Mais qui a décrété cela? Pourquoi pas des heures de sport ou détente réservées aux hommes et prise en charge par la sécu? Après tout, c'est aussi ça l'égalité.

  • bonsens le 26.05.2021 03:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A l’époque où le travail à la maison a prouvé son efficacité, il n’y aucune raison d’avoir ce débat.

  • Nicolas le 26.05.2021 00:58 Report dénoncer ce commentaire

    donner 2j par mois systématiquement à toutes serait injuste car toutes n'ont pas de douleurs et faut arreter de demander des droits pour tous quand juste certains en ont besoin. Ca pousserait à la fainéantise. Que ceux et celles qui souffrent voient leur médecin et soient arrêté(e)s si besoin et que les autres bossent.

  • Alex le 25.05.2021 23:19 Report dénoncer ce commentaire

    "Toute personne qui souffre est en droit de ne pas travailler" C'est pour ça qu'il existe des médecins, lesquels sont aptes à décider ou non de la nécessité de prendre congé, si nécessaire à répétition. Sinon, bonjour les abus... Qu'on autorise des médecins spécialistes à prescrire des congés périodiques pour les cas problématiques avérés, d'accord. Mais qu'on ne ne prétende pas qu'"il serait réactionnaire de demander l'origine du malaise" : Si quelqu'un est en congé maladie tous les 28 jours, tout le monde connaîtra l'origine du problème, félicitations au débile qui nous a pondu cet argument.

  • serieux le 25.05.2021 23:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et bien moi, je n'embauche aucun sportif, homme ou femme. Après ils se blessent et on en a pour plusieurs semaines d'absence. Je prefere und femme qui s'arrête 2 jours par mois

    • Oups le 26.05.2021 15:46 Report dénoncer ce commentaire

      Je crois qu'on appelle ca de la discrimination, de ne pas embaucher de sportif par principe. Et c'est interdit par la loi.