Covid-19 au Luxembourg

14 septembre 2020 18:52; Act: 15.09.2020 16:48 Print

Vers une deuxième phase de tests «plus ciblée»

LUXEMBOURG – Le gouvernement a dressé lundi un bilan de la première phase de tests à grande échelle, et présenté une ébauche de la deuxième à venir.

storybild

Les tests se feront toujours sous forme de drive-in, mais tout le monde ne sera pas invité. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Luxembourg se prépare à la deuxième phase de tests à grande échelle (large scale testing). Ce dispositif de lutte contre le Covid-19 se base «sur les connaissances de la première phase», indique Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé. Cette fois, pas d'invitation à tous les habitants, mais une stratégie «plus ciblée, sur le modèle de ce qui a été entamé durant l'été». L'idée est de tester là où le virus est potentiellement le plus présent, «surtout en fonction des professions, mais aussi des zones géographiques». Le sud-ouest a notamment été plus touché que le reste du pays, ont noté les autorités sanitaires.

Entre les deux phases, «ce sera une continuité, pas une rupture», veut croire la ministre. Les détails de l'opération, qui devrait durer plusieurs mois, seront présentés «d'ici la fin du mois». Le système des bons (ou vouchers), distribué dans des endroits choisis, comme au Findel, restera quant à lui en place. La manière de tester sera aussi identique, avec des tentes et des drive-in accessibles à pied ou en voiture.

«Expérience osée»

Le Luxembourg se montre satisfait de la première phase de tests à grande échelle. «Elle a permis de briser des chaînes de contamination avant que le virus se répande», lance Paul Wilmes, porte-parole adjoint de la Covid-19 Task force. Il rappelle que le dispositif a révélé «plus de 1 100 cas positifs, essentiellement des personnes asymptomatiques», grâce aux quelque 56 000 tests. Selon les chiffres officiels, 49% de la population résidente a répondu favorablement à l'invitation.

Pendant la première phase de tests, «nous avons été rapides, flexibles, cela nous a donné un temps d'avance, se souvient Paulette Lenert. Ce qui était au départ une expérience osée s'est révélé très positif». Claude Meisch (DP), ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, se dit «heureux que la communauté scientifique ait contribué à la lutte contre le Covid». Il est même convaincu que la collaboration «très efficace entre les différentes institutions» puisse se poursuivre à l'avenir sur d'autres thématiques, car «une certaine confiance s'est installée».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grain de sel le 15.09.2020 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    wow pas fini de gaspiller de l'argent alors que personne ne le demande.

  • zweistein le 14.09.2020 22:17 Report dénoncer ce commentaire

    Courant août, Mme Lenert donnait comme chiffres: 30% de la population résidente a répondu favorablement à l'invitation de se faire tester. Aujourd'hui, on nous parle de 49%. Je crois qu'on nous prend pour des dindons: ceux qui se sont fait testés l'ont été au moins 2 fois, et plus en fonction de l'activité (personnel médical, police, restauration, coiffeur etc...). Donc avec 650.000.tests, on en est encore toujours à 30% de la population. La majorité n'a pas envie de se faire tester !

  • Seulement si le 14.09.2020 21:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez me casser les pieds tant que vous voulez, j'irai me faire tester en France si et seulement si je ressens des symptômes ! stop avec votre propagande honteuse !

Les derniers commentaires

  • lux le 15.09.2020 23:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop ! Un gros est super jovial ! Plus ????que ta façon de voire cette pandémie

  • lux le 15.09.2020 23:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Simple , le covid est notre copain de tous les jours ! Il faudra vivre avec que vous le voulier ou pas ! Comme un jour vous mourrez, vous êtes gravement accidenté ! Bref essayons de vivre avec ! Ceux qui ont créer ce virus l‘ont fait en état de cause ! Ce sont-ils fait dépasser oar la réaction de cette création ??? Certainement ! Alors cherchons les créateurs ainsi que toutes les spus familles qui nous emmerdent aujourd‘hui !

  • Unicorn le 15.09.2020 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    Tiens donc, la Ministre de la Santé déclara que 30% des personnes ont accepté les tests sur 1,2 mio d'invitations, soit 360.000. Et le porte-parole du task-force Covid-19 parle de 49% de résidents sur 56000 tests. Il y a des écarts au niveau des statistiques à expliquer...

  • Palinure le 15.09.2020 10:04 Report dénoncer ce commentaire

    Le pipeau continue, mais il est clair que ça bouge de tous les côtés. Voir le discours de David Icke le 29 août à Londres, et celui de JF Kennedy à la Berlin le même jour. Des foules innombrables se sont rassemblées en ces deux occasions. Les peuples se réveillent. C'est le moment de s'appliquer à penser par soi-même, même si c'est difficile pour ceux qui n'étaient pas avertis et découvrent maintenant l'ampleur de la manipulation.

  • Dindon le 15.09.2020 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    tests ciblés c'est CA la solution, parce que si on fait des tests de masse sur les memes personnes ça sert a rien, tester 2 fois ou 3 fois les memes pour quoi faire ? ça ne fait qu'augmenter artificiellement le taux de négatifs

    • Unicorn le 15.09.2020 11:34 Report dénoncer ce commentaire

      les tests ciblés permettront de hausser le ratio des contaminations, et donc, le Luxembourg va à nouveau figurer dans les listes de pays interdits de libre circulation dans l'UE.