Planning familial

07 juillet 2016 19:03; Act: 08.07.2016 10:58 Print

651 IVG ont été pratiquées en 2015 au Luxembourg

LUXEMBOURG - Le Planning familial a tenu son assemblée générale, jeudi soir, dans la capitale. L'occasion d'évoquer le bilan de l'année passée.

storybild

Ainhoa Achutegui préside le Planning familial. (photo: Editpress/Hervé Montaigu)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Le plus grand défi pour les prochaines années sera une éducation sexuelle et affective pour tous les âges et à grande échelle». Le Planning familial a tenu jeudi soir son assemblée générale annuelle, en forme de bilan de l'année écoulée. L'association a évoqué les défis à venir pour les prochaines années, au premier rang desquels «l'éducation sexuelle et affective», qui concerne aujourd'hui 13% de son activité. «Aussi longtemps qu’il y aura du sexe et de l’amour, le Planning existera et s’engagera», a déclaré sa présidente Ainhoa Achutegui en préambule. La contraception reste un pilier de l'activité (20% des consultations).

Contrairement aux idées reçues, les grossesses non désirées ne représentent même pas 2% des consultations effectuées par le Planning, d'après les chiffres publiés à l'occasion de l'AG. L'année dernière, 651 IVG ont été pratiquées au Luxembourg, alors qu'il y a eu 738 demandes en ce sens. Cela constitue une petite baisse par rapport à 2014, lorsque 665 avortements avaient été réalisés. La moyenne d'âge des femmes qui ont fait ce choix s'établissait l'année dernière à 27,9 ans.

Les personnes qui se rendent au planning ont pour la plupart moins de 25 ans (53%). Mais l'association accueille des personnes de 13 à 80 ans, précise-t-elle. Les trois quarts sont célibataires, tandis que 70% n'ont pas d'enfant et que 11% sont dans une situation dite précaire.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marcel. le 08.07.2016 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu'il y a encore des irresponsables qui sont contre l'IVG, ne comprenant pas la détresse de ces femmes.

  • Zazou le 08.07.2016 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce sont des chiffres dramatiques. Ceci montre à quel point le Luxembourg cache une misère... Les gens ne sont pas éduqués sexuellement.

  • macca le 08.07.2016 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    IVG? "Avortement"! Assez avec le politiquement correct!

Les derniers commentaires

  • rastaroots le 08.07.2016 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme mentionné sur mon premier post arrêtons de nous donner bonne conscience avec des mots. Avortement=tuer un enfant.

  • rastaroots le 08.07.2016 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment peux-t-on cautionner cet assassina ? Je ne comprendrais jamais les pro IVG. Êtes vous conscient que lorsqu'on pratique une IVG nous tuons un enfant ? N'ayons pas peur des mots.

    • Icarus le 08.07.2016 14:24 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'y a pas de Pro-IVG, mais des Pro-Choice, c'est à dire que l'on a le choix. En opposition au Pro-Life, ou le choix n'existe pas.

    • sophie le 08.07.2016 15:18 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord

  • macca le 08.07.2016 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    IVG? "Avortement"! Assez avec le politiquement correct!

  • AnaLisa le 08.07.2016 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    Ouff...cela nous fait 2 bébés par jour.....quelle tristesse ...

  • Marcel. le 08.07.2016 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Et dire qu'il y a encore des irresponsables qui sont contre l'IVG, ne comprenant pas la détresse de ces femmes.